EPR de Flamanville : de nouveaux défauts camouflés

1
L’usine du Creusot, en grandes difficultés techniques, est chargée de la fabrication des pièces forgées de l’EPR de Flamanville

Depuis 2005, les entreprises françaises EDF et Areva savaient que Creusot Forge, l’entreprise chargée de la fabrication de la cuve de l’EPR de Flamanville, connaissait de sérieux problèmes de qualité. Et que l’ASN (Autorité de Sûreté Nucléaire) en avait alors averti EDF et Areva, comme le confirme les documents dévoilés par France Info.

Six mois plus tard, sans réponse des fleurons français du nucléaire, l’ASN les avait relancés en insistant sur les difficultés de cette usine, où “de nombreux écarts” ont été constatés, selon le document cité par la radio, et sur les 16 constats établis dans l’entreprise Creusot Forge le mois précédent, et rappelant qu’en 2005, les fabrications des équipements sous pression nucléaires avaient été “émaillées de nombreux incidents”. L’acier de l’usine du Creusot contenait alors trop de carbone, nuisant fortement à la qualité du produit final.

Areva ne nie pas ces erreurs, mais se défend en communiquant sur l’investissement qu’elle aurait fait dans l’usine du Creusot, en 2006, au moment du rachat par Sfarsteel du site en perdition.

Mais l’ASN, prudente face aux déclarations d’Areva, avait déclenché un audit en 2015 dans l’entreprise, révélant des irrégularités et des falsifications dans les dossiers de suivi de fabrication de pièces forgées.

Depuis, Areva dit avoir “renforcé la traçabilité des fabrications en cours et de l’enregistrement des données” à l’usine du Creusot. La production pourrait reprendre cet été, après que l’ASN se sera prononcé sur la conformité de la cuve.

“Au vu des informations qui étaient connues par EDF, Areva et l’ASN dès 2005, le projet de construction de l’EPR de Flamanville n’aurait jamais du être lancé en 2007″, a réagi Greenpeace dans un communiqué, tandis que l’Observatoire du nucléaire considère l’ASN “gravement fautive”, celle-ci n’ayant pas rendu publique ses constatations sur la dangerosité des défauts constatés.

1 COMMENTAIRE

  1. Attention ce n’est pas SFARSTEEL qui rachète la FORGE du Creusot, c’est AREVA qui rachète SFARSTEEL, dont la forge (CREUSOT FORGE).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here