Solo Concarneau – Trophée Guy Cotten : Belle entrée en matière pour Erwan Tabarly

0

Concarneau, samedi 8 avril 2017,

Après un hiver studieux à Port-la-Forêt, Erwan Tabarly, qui avait fait l’impasse sur la Solo Normandie le mois dernier afin de terminer au mieux la préparation de son projet, a fait son retour en course sur le circuit des Figaro Bénéteau cette semaine, à l’occasion de la Solo Concarneau – Trophée Guy Cotten. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le skipper d’Armor-Lux n’a pas raté son entrée en matière. Le navigateur Fouesnantais s’est, en effet, octroyé une belle deuxième place à moins de deux minutes du vainqueur, Charlie Dalin. La preuve est donc faite qu’il est en forme et qu’il faudra, de nouveau, compter sur lui sur la Solitaire URGO Le Figaro, course sur laquelle il vise clairement la victoire cette saison.

© RivaCom

Cette 41e édition de la Solo Concarneau – Trophée Guy Cotten s’annonçait délicate et pleine de rebondissements. Le fait est qu’elle a tenu toutes ses promesses. « Sur chaque tronçon du parcours, il y avait des choses à tenter. Jamais on ne s’est ennuyé car il y avait constamment des options à prendre. Le plus petit décalage a souvent suffi à créer des écarts significatifs. C’était super intéressant. J’ai vraiment bien aimé cette course », a déclaré Erwan Tabarly, à son arrivée à terre, manifestement content de ce premier résultat de la saison. « D’entrée de jeu, je me suis retrouvé devant. J’ai pris un bon départ, ce qui m’a aidé à, d’emblée, me retrouver dans le bon paquet. Ensuite, forcément, c’est plus agréable d’avoir les autres aux trousses que l’inverse », a expliqué le skipper d’Armor-Lux qui a parfaitement bien négocié l’ensemble des difficultés de l’épreuve, en particulier la fameuse zone de transition entre les Glénan et les Birvideaux qui a explosé la flotte. « Cette zone de conflit entre vent thermique et vent synoptique n’a pas été évidente à gérer. Pour moi, ça a bien fonctionné au bout du compte, mais ce n’était pas garanti. Dans ce type de conditions, à un moment donné, il faut bien faire quelque chose et espérer que ça marche tout en sachant que, généralement, ça ne se joue pas à grand-chose. Dans la pétole, il faut rester humble ! », a précisé Erwan soulignant les coups durs subits par certains à l’image de Nicolas Lunven.

Répétition générale d’une étape de la Solitaire
« Sur ce coup, il a pris cher alors qu’il était en tête », a noté le navigateur, pour sa part, un peu frustré d’avoir laissé Charlie Dalin le doubler sur la dernière portion du parcours, peu avant Belle-Ile. « Quand tu as Charlie derrière toi, tu sais que ça va être chaud. Il va vraiment très vite. C’est d’ailleurs en vitesse pure qu’il est passé devant moi. Forcément, c’est un peu agaçant et j’espère combler ce petit déficit que j’ai par rapport à lui d’ici à la Solitaire du Figaro », a détaillé Erwan qui n’a toutefois concédé que deux minutes et trente-cinq secondes à son adversaire à l’arrivée. « Je suis content de terminer deuxième. Le plateau était similaire à celui que l’on retrouvera en juin sur la Solitaire. Cette Solo Concarneau s’apparentait donc, pour moi, à une étape de la Figaro d’autant qu’elle a été très technique. L’expérience m’a sous doute aidé à ne pas me faire piéger. De plus, j’ai la vitesse et la motivation. Tout çela est, globalement, satisfaisant et encourageant », a conclu Erwan Tabarly que l’on retrouvera au départ de la Solo Maître Coq à la fin du mois.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here