Hénaff, la souffrance en boîte

1

Pouldreuzic, jeudi 28 juin 2017, l’association  L214 a rendu publiques ce jeudi les images des conditions de vie industrielles des cochons dans deux élevages du Finistère fournissant Hénaff, marque bretonne réputée pour son pâté. Elles montrent des cochons enfermés sur un sol en béton, des truies immobilisées dans des cages exiguës, des cochons aux queues mutilées, des blessures non soignées, des cadavres de porcelets entassés, des cochons agonisants ou morts dans les couloirs…

 

“Comme vous le savez peut-être, 95% des cochons en France naissent et grandissent dans des élevages intensifs. Avec l’aide du chanteur Arthur H, nous révélons aujourd’hui les conditions de vie des cochons dans les élevages qui approvisionnent Hénaff, célèbre marque de pâté.
Loin de l’image bucolique que la marque cherche à entretenir, les cochons vivent dans des conditions déplorables.

Sans accès à l’extérieur, ces cochons passent leur vie sur un sol en béton. Les mères sont enfermées dans des cages exiguës dans lesquelles elles ne peuvent pas se retourner. Leurs petits subissent diverses mutilations pour tenter de les “adapter” à ces conditions concentrationnaires : coupe des queues, meulage des dents.

On y croise des animaux blessés, laissés sans soins, des cadavres de porcelets entassés, des cochons à l’agonie dans les couloirs…

Les images proviennent de deux élevages intensifs du Finistère qui “produisent” chaque année plusieurs milliers de cochons.

communication Hénaff insidieuse

Avec les noms des éleveurs inscrits sur ses produits et de jolis montages montrant des cochons souriants ou libres dans les prés, la marque Hénaff entretient subtilement les représentations idéalisées des consommateurs…

Nous sommes près de 9 Français sur 10* à refuser que les cochons vivent dans ces conditions.
Alors, exigeons des dirigeants d’Hénaff l’arrêt de l’enfermement des cochons, des cages et des mutilations !

Je signe la pétition

Merci d’agir pour eux !

https://www.l214.com/

1 COMMENTAIRE

  1. Il serait peut être venu le temps de changer de mode d’élevage. L’élevage intensif est d’un autre temps. On ne va pas me dire que l’éleveur est fier et heureux de travailler dans de tels conditionsd.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here