Pardon de Saint Gildas-des-Bois ce 2 juillet 2017

0

Il existe début juillet dans le Diocèse de Nantes un pardon qui grandit, qui grandit ! Cet événement à ne pas manquer a été relancé en 2015 par le Père Michael Brétéché, curé de ce secteur paroissial depuis 2012, entouré d’une équipe de bénévoles très actifs notamment sur ce projet. Il se confiait à Ar Gedour à cette occasion :

Les premiers Pardons sont nés avec l’arrivée des moines de Redon à Saint-Gildas-des-Bois (qui s’appelait alors Lampridic), au XIIè siècle. Rapidement, trois Pardons se mettent en place : le 29 janvier, le 11 mai et le 1er juillet, date anniversaire de l’arrivée des reliques de saint Gildas. On y demande à Dieu, par l’intercession de saint Gildas, de délivrer la population de la lèpre et de la folie. Un autre Pardon s’ajoute à ceux-ci en 1595, sous le patronage de saint Sébastien, en raison d’une importante épidémie de lèpre. C’est la jacobine Révolution Française (1793) qui a stoppé les Pardons à Saint-Gildas-des-Bois. Des fêtes paroissiales de belle allure remplacèrent les Pardons jusque dans les année 60-70. Mais l’enracinement culturel était forcément bien moindre : le lien entre la foi et son incarnation humaine et sociale se distendait…

L’idée dans la relance de ce pardon est de transmettre !Laissons là encore la parole au Père Brétéché :

Nous sommes des héritiers recueillant des siècles d’union de la grâce et du temporel pour en vivre. A nous revient le tour de rendre, encore bonifiée, aux générations naissantes, cette union propre à notre foi : l’union de la grâce et de la nature.En étant nommé sur cette paroisse, l’intuition m’a été donnée très clairement de retrouver cela. La réalisation dépasse mon espérance ! Je crois que cette dévotion noblement populaire est propre à rendre aux cœur cette fierté évangélique dont parle saint Paul, qu’elle attire et redonne le sens de la foi et du réel. Elle attire très largement et agit selon les plus simples et beaux ressorts intérieurs de l’humanité. Un Pardon n’est donc pas du « passéisme », mais correspond exactement à ce dont nous avons besoin actuellement, comme un remède au déracinement social et spirituel.

Deux ans plus tard, ce sont bannières pour enfants, confections de chapeaux et costumes bretons, ornements liturgiques spécialement cousus pour l’occasion, pavoisement des rues, petits drapeaux, etc… qui sont à l’actif de ces bénévoles enthousiastes, dynamisant un pardon qui partait presque de rien. Juste d’une volonté !

Le 2 juillet, il y aura donc à Saint-Gildas-des-Bois la grand’messe à 10h30 (avec procession et présence des reliques, 40 bannières enfant, 12 grandes bannières, bagadoù) incluant bien évidemment des cantiques bretons, office suivi de nombreuses animations, repas, jeux bretons, musique bretonne, marché artisanal, fest-deiz et fest-noz (avec Plantec), etc…

Notons que le comité sait s’y prendre en matière de communication, puisqu’un tirage au sort permet de gagner 2 entrées au Puy du Fou, moyennant le partage d’information sur le pardon via les réseaux sociaux. Une solution virale s’alliant au bouche-à-oreille et aux articles de presse ! Décidément, ils savent y faire à Saint-Gildas-des-Bois !

Suivez la page Facebook de l’événement, avec de nombreuses photos, en cliquant ici.

SAINT GILDAS DES BOIS

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.