Comment traduire “Breizh eo ma bro” ?

2

Vendredi 4 août 2017

Comment traduire “Breizh eo ma bro” ?

 

 

Il y a peu, Ar Gedour publiait une critique de l’album collectif “Breizh eo ma bro”, article que vous pouvez retrouver ici. Sur les réseaux sociaux, une question récurrente : comment traduire l’expression “Breizh eo ma bro” ?

Comme l’indique le sous-titre “La Bretagne est mon pays ?” ou devrait-on plutôt traduire par “C’est la Bretagne, mon pays ?” ou encore  “Mon pays, c’est la Bretagne ?”

Je pense que cela pourrait aller bien plus loin qu’une géographie sous-jacente ou une appartenance.  “Breizh” est en caractères bien plus grand que le reste de la phrase, donnant un indice. Je pousserai plutôt pour “Breizh est mon pays”, en tenant compte que le “Breizh” en question est à la fois une localisation, un peuple, une culture, cette Bretagne qui nous prend aux tripes et qui nous dépasse.

“Breizh” qui au-delà d’un espace aux racines bien prégnantes devient presque dans cette phrase une personne que l’on aime et que l’on chérit. Un grand-père ou une grand-mère sur les genoux desquels on se pose pour écouter la vie d’antan, une mère qui nous susurre à l’oreille l’amour sans pareil ou le père qui nous ouvre à une vie nouvelle, un enfant que l’on embrasse tendrement. Breizh, c’est la douceur d’un prénom, la ferveur d’une âme, la palpitation d’un coeur sur lequel on se penche pour se laisser bercer.

Voilà peut-être en quelques mots comment traduire, tout simplement, la phrase “Breizh eo ma bro”…

 

/www.argedour.bzh

2 Commentaires

  1. Ben tout comme en Gallo, l’inversion de la phrase par rapport au Français est logique, mon pays c’est la Bretagne.
    J’ai pas la traduction en Gallo, langue de la toute petite enfance,

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here