Contrats Aidés : Diwan appelle à des rassemblements samedi 2 septembre à Nantes et Quimper

0

Nantes-Quimper, samedi 2 septembre 2017,

 

Diwan lance un appel à rassemblement, samedi 2 septembre 2017, à 10 h 30, à Quimper (Finistère), place de la Résistance et à Nantes (Loire-Atlantique), devant la préfecture.

« Diwan s’associe aux inquiétudes de nombreuses associations ou collectivités et personnes touchées par cette suppression et appelle tous les citoyens soucieux de la transmission de la langue bretonne aux enfants dans l’enseignement, quelle que soit la filière choisie, à participer au rassemblement, afin de demander une solution maintenant pour l’égalité de tous les enfants. »

Emplois aidés : la rentrée en danger

Une solution maintenant !

Diwan mobilise samedi à Quimper et à Nantes

Diwan est un réseau associatif de 46 écoles, 6 collèges et 1 lycée qui met en place une scolarité gratuite et laïque et un enseignement en immersion en breton. L’enquête réalisée dans les écoles indique au 29 août, que les établissements emploient 207 personnes dont 141 en contrat aidés. Sur les 141 :

– 51 ont été renouvelés avant le gel brutal et violent décidé par le gouvernement,

– 45 emplois à créer ou à renouveler sont déjà refusés

– et 39 sont en danger, leur renouvellement arrivant dans les semaines à venir.

Par ailleurs, ces écoles emploient 66 personnes en CDI, provenant pour bon nombre d’entre elles de contrats aidés ayant été pérennisés.

84 emplois menacés à la rentrée – Les refus de contrats aidés empêchent les écoles de pourvoir aux recrutements nécessaires à leur fonctionnement pour l’accueil garderie, la cantine, les asem en classes maternelles. Par exemple, l’école de Plougastel-Daoulas ouvre à la rentrée, grâce à la mobilisation d’une équipe bénévole pendant deux années, avec le soutien de Diwan et de la mairie (locaux). Le refus de valider les deux emplois aidés sollicités risque d’avoir de graves conséquences.

Selon les derniers éléments, le gouvernement validerait certains emplois en contrat aidé, notamment dans l’Education nationale concernant les AVS et le soutien aux élèves handicapés. Or, les emplois dans nos écoles concernent des postes variés nécessaires au fonctionnement des écoles et plusieurs postes d’AVS Diwan ont déjà essuyé un refus.

Le réseau Diwan donne rendez-vous samedi 2 septembre, à 10h30

– place de la Résistance à Quimper & devant la préfecture de Nantes

Pour exiger :

• Que les emplois des écoles bilingues laïques immersives fassent partie des priorités du gouvernement et que les contrats aidés soient débloqués pour Diwan. En effet, Diwan assure une mission de service public de l’enseignement, sans bénéficier des moyens nécessaires pour accomplir cette mission.

Nos établissements sont contraints de recourir aux contrats aidés, parce que le cadre juridique actuel les exclut des financements publics. D’ailleurs, nous observons que les établissements Diwan bénéficiant d’un bon soutien public local embauchent davantage en CDI.

è Alors qu’il était candidat en avril 2017, Emmanuel Macron écrivait : « Outre une reconnaissance juridique, les moyens de l’expression des identités régionales seront accrus, ainsi sera facilité l’apprentissage de la langue et de la culture locale dès l’école ».

• Que l’enseignement bilingue en langue régionale soit considéré dans le plan de compétences et de formation que le gouvernement lancera à l’automne. En effet, les formations bilingues en breton sont reconnues pour leur efficacité en termes d’insertion professionnelle.

• L’évolution du cadre juridique, notamment pour étendre à tout l’enseignement bilingue les dispositions de la loi NOTRe (7 août 2015) concernant le versement du forfait scolaire. Cette disposition permettrait aux écoles de proposer des contrats pérennes à leurs salariés.

Diwan s’associe aux inquiétudes des nombreuses associations ou collectivités et personnes touchées par cette suppression et appelle tous les citoyens soucieux de la transmission de la langue bretonne aux enfants dans l’enseignement, quelle que soit la filière choisie par les parents à participer au rassemblement de Quimper et Nantes samedi 2 septembre, afin de demander une solution maintenant pour l’égalité de tous les enfants.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here