Droit de réponse aux fourberies du rédacteur Philippe Argouarch

0

Billet d’humeur

par Philippe Parisse

 

Droit de réponse aux fourberies  du rédacteur Philippe Argouarch

 

Le 7 septembre 2017, Philippa Argouarch, rédacteur d’un web média breton, me contacte par mail pour connaitre mon positionnement par rapport à 7Seizh Info dont je suis contributeur depuis 2013.

“Salut, je vois que ton dernier article sur 7Seizh est de juillet, peux tu confirmer que tu n’es plus a 7Seizh, merci philippe”

 

Ne sachant guère où celui-ci voulait m’ emmener par cette question, j’ ai décidé de ne pas répondre immédiatement et de prendre le temps de la réflexion ; était-ce une nouvelle tentative de racolage de sa part  car, oui, Philippe Argouarch a bien essayé, à un certain moment, de me récupérer pour son site.

Voilà où commencent les fourberies de monsieur Argouarch : ne pas avoir eu la franchise ou l’ honnêteté de me dire que sa question s’inscrivait dans la publication d’un article sur 7Seizh quelques heures plus tard.

Après lecture de cet article, j’ ai posté un commentaire que vous ne lirez jamais sur ce média, Philippe Argouarch, ayant refusé de le valider, mais en voici le contenu :

 

“Monsieur Argouarch, le 7 septembre 2017,à 8h32, vous m’ avez contacté par mail pour connaître mon positionnement par rapport à 7Seizh : aussi je suis très étonné que ce même jour vous vous permettez de me citer dans votre article sans avoir obtenu ma réponse, donnant ainsi de fausses informations à vos lecteurs : cet empressement démontre votre volonté de détruire un autre média breton sans trop réfléchir, ce qui ne vous grandit pas , c’ est dommage et pitoyable”

Sans attendre ma réponse ! alors oui, il y a eu empressement à publier quitte à diffuser de fausses informations dans un article dénommé pourtant “investigations” ; ce n’ est même plus de l’ empressement c’ est de la précipitation. Bien sûr, Monsieur Argouarch rêve de détruire un autre média breton, sans doute jugé concurrent ;  il suffit de lire la suite de son article pour y déceler les craintes qu’il décrit quant à la survie des petits médias face aux futurs géants de l’information. C’est clair pour Philippe Argouarch, il n’y a pas de place pour tout le monde. Lui, le “grand” défenseur de la liberté d’expression, commence par censurer mon commentaire quand je suis en droit d’exiger un droit de réponse, étant cité dans son article.

Fourberie ou malhonnêteté ? quand il écrit :

“Un contributeur, qui a fourni du contenu pendant plusieurs années, Philippe Parisse, n’a rien publié entre le 14 juillet et aujourd’hui 7 septembre 2017”

Pourtant, il suffit de taper mon nom dans la barre de recherche de la page d’accueil de 7Seizh pour s’apercevoir que j’ ai publié quatre reportages photos sous mon nom dans la période citée par monsieur Argouarch.

Alors bien sûr, l’article “Locronan, visite et découverte du tissage…”va lui poser un petit problème : l’ensemble de la galerie photo est sous mon nom et pourtant l’article est bien signé Rédaction 7Seizh : voilà ce qu’ignore monsieur Argouarch, la quasi totalité des articles, on va dire 98%, rédigés sous Rédaction 7Seizh sont de ma responsabilité depuis plusieurs mois. Etant devenu administrateur du site depuis plus de deux ans (2014), je publie sous Rédaction pour éviter justement les attaques ignobles du même Philippe Argouarch qui me reprochait de laisser sous mon nom la publication de communiqués de presse.

Philippe Argouarch a commis une erreur, disons même plusieurs : il a cru pouvoir démonter 7Seizh.info en s’ attaquant à une seule personne en tentant de faire croire qu’ elle formait  le “dernier carré”, d’autant plus qu’ il s’agit d’une femme ; cette erreur l’a amené dans la précipitation à en commettre d’autres en diffusant de fausses informations à ses lecteurs : pas très brillant pour quelqu’un qui se targue de faire du journalisme d’investigation.

Philippe, je suis vraiment déçu de cette soupe truffée de mensonges que tu viens de servir aux militants bretons, tu nous avais promis pourtant d’ enterrer la hache de guerre, il y a peu. Peut-on encore te croire ?

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.