Partager :

" /> Jusqu'au 15/09, souscrivez à un livre inédit sur l'abbé Yann-Vari Perrot - 7seizh.info
Publié le: ven, Sep 15th, 2017

Jusqu’au 15/09, souscrivez à un livre inédit sur l’abbé Yann-Vari Perrot

Soutenez 7seizh par Paypal
Partager
Tags

L’ABBE YANN-VARI PERROT, TOUTE UNE VIE DE COMBATS POUR LA FOI, L’EGLISE, L’ÂME DE LA BRETAGNE. DES COMBATS POUR NOTRE EPOQUE

L’abbé Yann-Vari Perrot (1877-1943) est la plus grande figure bretonne du XXe siècle. Durant ses quarante années de sacerdoce, il va être à l’origine d’un grand renouveau spirituel, culturel et linguistique breton, et redonner à ses compatriotes la fierté d’être Bretons. Pour lui, le renouveau de la foi, l’avenir même de la Bretagne ne pouvait se concevoir que dans une fidélité absolue à ses racines chrétiennes, catholiques et bretonnes. Un programme qui se résumera parfaitement dans sa devise ” Feiz ha Breiz ” (Foi et Bretagne)

Grand érudit, son œuvre littéraire est très importante. Il sera aussi à l’origine du mouvement de restauration des chapelles bretonnes et de la résurrection de l’abbaye de Landévennec. Il n’aura de cesse de se battre pour que la foi en Bretagne soit l’expression de l’âme, de la culture et des traditions bretonnes, d’où l’importance qu’il accordera à la langue et à la beauté de la liturgie. Face aux idéologies – dont la laïcité n’est pas la moindre- destructrices des Patries, de la famille, ennemies de la foi et de l’Eglise, il sera un adversaire sans concessions. Très soucieux de la jeunesse, il sera reconnu par toute une génération comme un Père spirituel. Meneur d’hommes sans pareil, ses ennemis, dont tout particulièrement les communistes, ne s’y tromperont pas, et après l’avoir calomnié, sous le couvert de la Résistance, ils le feront assassiner alors qu’il venait de dire la messe.

Loin d’être une figure du passé, ses combats, dans notre époque nihiliste niveleuse des patries, époque qui rejette Dieu, sont d’une criante actualité et rejoignent les exhortations des Papes Jean-Paul II et Benoît XVI demandant à l’Europe, mais aussi à chaque patrie, d’être fidèle à elles-mêmes, à leurs racines chrétiennes. L’abbé Perrot, alors que la Bretagne connaît aussi le vide de ses séminaires et la désertion de ses églises, est le modèle même du prêtre breton qu’il faudrait aujourd’hui à l’ombre de chacun de ses clochers.

Le livre paraîtra en septembre prochain (délai indicatif). Vous pouvez souscrire au livre via Ar Gedour ( www.argedour.bzh ) afin de :

– Le recevoir en avant-première avant qu’il ne soit disponible en librairie

– Soutenir Ar Gedour par votre achat (le livre vous coûtera le même prix qu’en librairie, mais les bénéfices iront à Ar Gedour)

Et en bonus, vous recevrez un cadeau exclusif, uniquement diffusé par le biais d’Ar Gedour pour l’occasion.

Offre valable jusqu’au 15 septembre 2017 à minuit. Toute commande qui sera faite aujourd’hui sera prise en compte, sous réserve de recevoir le règlement avant jeudi 22 septembre 2017.

Pour plus d’informations et pour souscrire, rendez-vous sur Ar Gedour via ce lien

A propos de l'auteur

- Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication du site Ar Gedour. Certains de ses articles d'Ar Gedour sont reproduits ici par 7Seizh.

Visualiser 10 Comments
Ce que vous en pensez
  1. an Erminig dit :

    L’essentiel de la vie et du message de l’abbé Perrot tient en 3 mots: Feiz ha Breiz (Foi et Bretagne), l’équivalent du Doue ha Breiz (Dieu et Bretagne) de Georges Cadoudal.
    Dans son idéal de vie,il mettait Dieu en première position, suivi de la Bretagne.
    Qu’est ce que cela veut dire de mettre Dieu en première position? Dans son esprit Chrétien, c’était de vivre les évangiles à fond et réellement: le commandement de Dieu”tu aimeras ton prochain comme toi- même” animait sa vie, tel qu’il l’a illustré sur le front de la première guerre mondiale pour sauver un blessé et un père de famille.
    Cet amour du prochain l’a conduit aussi à ne pas faire D’AMALGAMES, sachant discerner les personnes des idéologies, et voyant que dans chaque peuple, chaque camp aussi, il y avait de bonnes personnes et de mauvaises personnes: des allemands dénués de haine, présents par obligation liée à la guerre, et des allemands criminels. Des résistants qui étaient de très bonnes personnes et des résistants qui étaient des criminels.
    Ensuite, il plaçait la Bretagne, et savait qu’elle n’avait rien à attendre de la France. Pour lui, la langue Bretonne était vouée à disparaître si on attendait tout de la France. Il avait raison sur ce plan: jamais il n’y a eu aussi peu de locuteurs Bretons qu’aujourd’hui…. Ni si peu de catholiques….

  2. Rédaction dit :

    Bonjour à tous,
    L’équipe 7seizh remercie les contributeurs de cet échange courtois même si les points de vue divergent.
    Afin d’éviter toute procédure en justice, nous nous réservons le droit que supprimer les noms de personne dans les échanges.
    Nous vous invitons vivement à poursuivre cet échange dans le respect mutuel que vous avez adopté.
    Merci et bonne lecture sur 7seizh.

  3. Goldored dit :

    @Penmarc’h
    Il n’y a pas nécessairement opposition entre anarchisme et nationalisme indépendantisme. L’idée fondamentale, au moins à mon sens, c’est que mes racines – mon pays (en l’occurrence le Coglais et le Pays malouin), ma culture, ma langue… – sont constitutives de mon identité d’individu.
    Voyez ici pour quelques éclaircissements : https://www.c-g-a.org/content/regard-sur-lanarcho-ind-pendantisme
    Et l’anarchie, ce n’est pas l’absence d’ordre, c’est l’absence de pouvoir. Proudhon disait : « l’anarchie, c’est l’ordre moins le pouvoir ».
    Et libertaire, ce n’est certainement pas dire « s’affranchir de toute contrainte, physique et morale. » C’est au contraire une exigence morale de tous les instants.
    Voyez ici une définition : http://www.cnrtl.fr/definition/libertaire
    Quant à mettre des frontières, ce n’est pas nécessairement mettre un verrou. Il ne faut pas confondre le nationalisme d’extrême droite, qui rejette et enferme et le nationalisme de gauche qui reconnait chacun dans ses différences sans établir de hiérarchie, sans rejeter la différence.

    @an Erminig & Eflamm Caouissin
    Faut-il avoir lu pour comprendre le sens du propos de l’auteur ?
    Perrot était collaborationniste, déplorant les « bandes d’énergumènes qui n’écoutent que la radio de Londres », confiant des noms à des oreilles attentives en les priant d’oublier le nom du délateur… Quand d’autres bretons, indépendantistes ou non choisissaient de sauver leur honneur et celui de la Bretagne en luttant contre l’horreur des dictatures nazies et fascistes qui s’en enorgueillissaient de leurs pogroms, de leurs massacres plus ou moins de masse – et quand bien même certains manquaient singulièrement de discernement en soutenant leur versant stalinien -, (NOMS SUPPRIMES PAR LA REDACTION AFIN D’EVITER TOUTE PROCEDURE EN DIFFAMATION) quelques autres préféraient les laissez-passer et les armes de l’occupant nazis, la délation de leur compatriotes bretons – ou non bretons ! Ceux-là choisirent le camp de l’horreur, des camps de concentration.
    Le « scoop » d’une biographie de Perrot serait de nous montrer qu’il n’a pas choisi cette voie de la honte. Voire qu’il aurait été résistant. Mais rien de cela dans l’annonce du livre. On comprend donc bien – parce qu’il n’y a pas besoin d’avoir fait science-po pour le piger – qu’on a affaire à une tentative de réhabilitation. Pas d’annonce pour nous dire : « on le disait collabo et ultra-réactionnaire, en fait il n’en est rien ». Point de ça, mais un discours pour nous rappeler son enracinement dans un – prétendu – renouveau de la foi bretonne et que ce n’est que ça qu’il faudrait honorer… Certes, il a pris position pour les Basques contre Franco, mais cela le sauve-t’il pour ses pêchés des années suivantes ?
    Bretons aujourd’hui, indépendantistes aujourd’hui, Il nous faut assumer notre passé dans son ensemble. Rol Tanguy et Tillon, ceux de Sein et du maquis de St-Marcel, toutes celles et ceux de l’honneur comme celles et ceux du camp du déshonneur.
    Je ne me sens pas « stigmatisé », ni « contristé », ni « disqualifié ». Vous, en revanche, semblez l’être en confondant – volontairement bien entendu, histoire de vous faire menaçant – « injure publique » et qualificatif dépréciatif.
    Vos arguments sur la publication sont faux, y compris au sens juridique. Lorsque des articles paraissent sur un site, il s’agit bien de « publication ». C’est donc bien le cas pour Breizh Info et cet auteur. Et si ces articles sont repris sans son accord, que ne les a-t-il pas fait retirer ? Vous auriez pu le conseiller puisque vous semblez vous y connaître en droit de la presse. Parce que cela permet « ainsi de toucher un auditoire bien plus grand en faisant fi des barrières », quitte à s’accommoder de quelques odeurs nauséabondes, puisque sur Breizh Info, l’amour de son prochain ne semble valoir qu’à condition qu’il soit blanc et catholique, ce qui est loin du message des évangiles et du catholicisme breton !
    Pardonnez-moi d’avoir été si long et acceptez, malgré nos divergences totales, mes remerciements pour, à tout le moins, avoir accepté cette discussion.

    • Vous semblez faire partie de ces gens qui ont une certaine culture. Comment donc pouvez-vous poser des affirmations pseudo-historiques sans preuves ? L’auteur, même en n’étant peut-être pas totalement objectif, s’appuie sur des documents qui proviennent directement de l’abbé et de témoignages de personnes qui l’ont personnellement connu. Et vous ?

      Par ailleurs, n’importe quel historien sérieux sait que la guerre a été l’occasion pour certains de régler des comptes, soit par le meurtre, soit par la diffamation. Car autant il y a eu beaucoup d’hommes d’honneur dans la résistance comme le colonel Rémy ou bien ces gendarmes du réseau Vengeance (pour ne citer qu’eux), autant il y a eu ces nombreux salopards qui ont maquillé leurs exactions du manteau de la résistance et se sont ensuite montrés aux commémorations aux côtés de ceux qui avaient vraiment combattu.

      Il est bien joli de traiter l’abbé Perrot de collabo, mais alors fournissez des preuves solides !

      Vous dites “Le « scoop » d’une biographie de Perrot serait de nous montrer qu’il n’a pas choisi cette voie de la honte. Voire qu’il aurait été résistant. Mais rien de cela dans l’annonce du livre.”
      Qu’en savez-vous ? Et si justement ce livre était là pour ça, pour montrer aux gens qui était vraiment ce prêtre ?

      Vous jugez un livre sur une 4ème de couverture. Pour ma part, je ne juge un livre qu’après lecture. Et pour me faire une opinion personnelle, je lis différentes sources à charge et à décharge, permettant de prendre une certaine hauteur dans l’analyse des choses.

      Je vais vous dire ! De par mon métier, j’ai l’occasion de rencontrer des gens aux opinions diverses, et cela me permet d’avoir une vision relativement objective sur certains sujets. Y compris sur cette période de l’histoire. Car ne vous en déplaise, je connais bien le monde des anciens combattants et des associations patriotiques avec qui j’ai plaisir à échanger.

      Vous dites qu’il faut assumer son histoire. Mais pour cela, mon cher Goldored, il serait bon de s’extirper de certaines visions qui se prétendent historiques afin de mieux asseoir une idéologie, cela pour essayer de mieux comprendre la complexité d’un monde que vous n’avez pas connu mais que vous semblez connaître mieux que les contemporains de l’abbé, quels qu’ils soient.

      Pensez-vous sincèrement que la paix peut revenir entre les peuples si chacun reste confortablement assis dans ses certitudes sans tenter de voir au-delà de ce que semble dire l’Histoire, sans chercher à comprendre et à aller au-delà du miroir ?

      L’Histoire mérite mieux qu’un prêt-à-penser idéologiquement marqué ! Et je vais donc réitérer ici mon propos auquel vous ne semblez pas avoir répondu : Avant d’être indépendantiste comme vous vous targuez d’être, ne serait-il pas souhaitable que vous puissiez réfléchir de manière indépendante, et non en consommant le prêt-à-penser livré comme un happy-meal dans vos bras ?

  4. Penmac'h dit :

    Goldored: pardon pour mon ignorance politique, mais peut-on être anarchiste, libertaire et indépendantiste? En effet, l’anarchie est “l’absence d’ordre”, c’est à dire d’organisation. Or, pour qu’un état soit indépendant, il faut un minimum d’organisation, à mon humble avis. De même, être libertaire veut dire s’affranchir de toute contrainte, physique et morale. Or, être indépendantiste, c’est précisément mettre des frontières plus ou moins souples, dans les domaines économiques,physiques, culturelles….Sinon,il n’y a pas d’indépendance.La liberté n’est donc pas totale et ce n’est pas non plus l’anarchie, puisque ces frontières sont une forme d’organisation.
    Peut-être pourriez-vous m’éclairer car en définitive, je puis avoir tort

  5. an Erminig dit :

    A lire quelques commentaires, tant sur ce site que sur d’autres, je vois qu’il y a des opinions, jugements de faits sur un ouvrage que personne n’a encore lu, si ce n’est les proches de l’auteur. Solution de facilité que de se croire quelqu’un en ayant un avis sur tout et n’importe quoi sans avoir LU, ANALYSE,ETUDIE le livre ou sujet en question. On le voit dans tous les domaines: scientifiques, religieux, politiques….La sagesse voudrait pourtant que l’on ait le courage de dire “je ne sais pas”, et ensuite de se cultiver pour essayer de savoir.
    D’après les quelques éléments que j’ai eu à ma connaissance, l’auteur étaye tous les propos de son livre par des sources, des archives qui sont tout autant de preuves venant appuyer ses dires…..Alors, attendons la sortie du livre, lisons le et ensuite parlons AVEC DES ARGUMENTS et non pas des invectives, clichés ou insultes.
    Car en définitive, Goldored, avez-vous connu l’abbé YV Perrot? Avez-vous connu des personnes l’ayant côtoyé, et qui était autant de “témoins de sa personne”? Avez-vous en votre possession des documents écrits de la main de ce prêtre, qui pourrait soutenir vos propos? Je ne le crois pas. Ou alors, écrivez un livre en réponse à celui qui va sortir, étayé par vos documents….

  6. Goldored dit :

    Merci d’avoir bien voulu publier mon commentaire. Aurez-vous l’audace de publier ce nouveau commentaire ? Je le souhaite vivement.
    Vous me reprochez de stigmatiser un ouvrage et son auteur – donc je comprends que vous pensez qu’il est mal de stigmatiser – mais dans la même phrase, c’est bien vous qui me stigmatisez, me disqualifiez – pour reprendre vos propres mots – en cherchant à me faire passer pour un communiste. Or je suis anarchiste, libertaire et indépendantiste. Le camp idéologique auquel je me rattache a donc de tout temps été victime aussi bien des rouges que des bruns ! Point de nostalgie, donc, de ma part pour la faucille et le marteau. Mais bel et bien une exigence de vérité – tout au moins d’objectivité – en matière historique. Votre argument sombre à pic dans le gouffre de l’invective facile.
    Mais comment attendre de l’objectivité sur une biographie d’un curé de la part d’un cul-béni actif dans le prosélytisme catholique et par ailleurs auteurs d’articles sur Breizh Info ? Breizh Info, rappelons-le, est un site qui passe plus de temps à stigmatiser les immigrés et les réfugiés – bref tout ce qui n’est pas trop blanc de peau – et le camp progressiste sans la moindre nuance – est-ce étonnant ? – que de défendre l’émancipation bretonne – en oubliant au passage qu’hier, c’était les Bretons qui étaient ainsi maltraités par les Français bien-pensants de Paris !
    Ne feriez-vous pas vous-même ce genre de commentaire, doutant de l’objectivité d’un auteur, sur une biographie d’un résistant FTP au passé polémique si elle était rédigée par un communiste ? Bien sûr que si.
    Par ailleurs, je ne me cache pas derrière un pseudonyme. Celui-ci ne me donne aucun courage et j’assume pleinement mes opinions, sans que la connaissance de mon nom ne vous apporte la moindre information pertinente pour évaluer mon propos.
    Quant à me prêter des « accointances “madrilènes”, voilà un argument, certes proche de l’actualité, mais qui fait vraiment petit bras et a quelque chose de pathétique dans le cadre d’une discussion polémique. Voilà de l’invective et nullement un argument.
    Enfin, pour ce qui est d’excommunier des gens et de pratiquer l’inquisition, vous et vos amis en soutane en êtes indubitablement bien plus familiers que les miens qui savent polémiquer mais n’excommunient personne. À chacun ses habitudes. On place les miens plus volontiers sur les bûchers allumés par les vôtres.
    Enfin, comment espérer une quelconque objectivité dans le traitement de la biographie de Perrot tant on sent une œuvre de réhabilitation familiale ?
    À quand, donc, des articles, un livre pour nous prouver que le Kommando de Landerneau – une section de la Gestapo – était un outil pour l’indépendance de la Bretagne et n’était pas compromis avec les nazis ? En toute objectivité bien entendu.

    • Monsieur est contristé parce qu’on lui retourne les outils qu’il utilise, à l’instar de nombreuses personnes ? Vous vous dites anarchiste et libertaire mais vous pensez comme la masse. Avant d’être indépendantiste, ne serait-il pas souhaitable que vous puissiez réfléchir de manière indépendante, et non en consommant le prêt-à-penser livré comme un happy-meal dans vos bras ?

      Il n’est pas question de vous stigmatiser et j’attache trop d’importance, comme je vous l’ai dit, à la liberté de penser de chacun, pour me permettre cela. J’aime entendre des points de vues différents des miens, entendre d’autres façons de penser… pour peu que la personne pense par elle-même sans tomber dans les travers où chacun est l’extrémiste de l’autre plutôt que d’être son prochain. D’où la volonté de laisser vos propos sur la place publique, et de vous répondre. Si vous vous sentez stigmatisé ou disqualifié par mon propos, osez comprendre que cela ne puisse être à géométrie variable. Plutôt que de sombrer dans l’invective facile, je ne fais qu’user de vos propres outils pour vous démontrer de facto l’absurdité d’une situation provoquée par votre schéma de pensée qui ne semble pas concevoir des chemins autres que le vôtre.

      En traitant un catholique pratiquant de cul-bénit, vous êtes dans l’insulte publique qui soit dit en passant tombe sous le coup de la loi. Et on sent bien votre cathophobie primaire en filigrane de ce propos. Puis-je me permettre de vous dire que lorsque l’on affirme un point, on se renseigne avant : sachez, pour votre gouverne, que l’auteur du livre ne publie pas sur Breizh Info. Si certains sites prennent parfois nos articles sans notre accord, Breizh Infos comme 7Seizh, comme ABP et d’autres sites reprennent aussi des articles (dont ceux de l’auteur) sur notre propre site (avec l’accord des auteurs) permettant ainsi de toucher un auditoire bien plus grand en faisant fi des barrières que des gens comme vous se mettent, en pleine contradiction avec la volonté d’abattre les frontières. Non pour que tout le monde pense pareil mais pour qu’enfin les gens puissent se parler. Comment voulez-vous que l’on avance vers la paix si personne ne se parle ? Mais ici, de toutes façons, vous mélangez les sujets.

      Vous demandez “Ne feriez-vous pas vous-même ce genre de commentaire, doutant de l’objectivité d’un auteur, sur une biographie d’un résistant FTP au passé polémique si elle était rédigée par un communiste ?” C’est justement parce que l’objectivité n’est pas de mise dans certaines versions FTP que l’auteur a voulu écrire son livre. Comme je l’ai dit, on peut ne pas être d’accord avec lui ou avec la totalité de son approche, mais tomber dans l’insulte facile et la disqualification éculée plutôt que de parler et d’opposer des arguments solides est facile, et l’arme des faibles.
      Polémiquez avec l’auteur en usant de faits, de preuves et de documents, et là vous pourrez dire le sérieux de votre approche, face à quelqu’un qui ne pense pas comme vous. Sinon, vous ne faites que colporter des propos qui ne font qu’asseoir un schéma de pensée idéologiquement marqué. Et cela est dit en toute objectivité !!!

  7. Goldored dit :

    La plus grande figure de la Bretagne du XXe siècle serait donc un collabo qui se félicitait de l’engagement de jeunes Français et Bretons allant combattre les Soviétiques aux côtés des nazis ?
    Sans doute était-ce pour “redonner à ses compatriotes la fierté d’être Bretons” qu’il les dénonçait au SD nazi ?
    La plupart des indépendantistes bretons d’aujourd’hui s’honorent à trier le bon grain de l’ivraie. Visiblement, d’autres restent nostalgiques de la vieille alliance du sabre prussien nazi et du goupillon breton. Dommage.
    Dommage que 7Seizh se fasse complice de ce travail nostalgique.
    Sans doute une biographie de Perrot serait-elle utile aux chercheurs, aux Bretons. Encore faudrait-il qu’elle soit le fruit d’un travail réellement scientifique. Ce que n’annonce pas cet appel à souscription qui, dans son propos sur la période 1940-1943 de Perrot, qui est celle pour laquelle il est majoritairement connu, annonce la couleur d’entrée de jeu d’un parti pris total !
    La publicité de M. Youenn Caouissin a bien plus sa place sur le site bien complaisant à l’égard des fascistoïde Breizh Info que sur 7Seizh.

    • Comme vous pouvez le constater, j’ai validé votre propos, alors que j’aurai pu le virer à la corbeille. Mais, attaché à la liberté de pensée et d’expression, je pense que votre point de vue comme d’autres doivent pouvoir être exprimés.
      Je me permets de vous répondre en toute franchise, étant l’auteur de l’article invitant à souscription via le site AR GEDOUR :

      Evidemment, courageux derrière un pseudonyme, quand comme beaucoup vous ressortez l’histoire telle qu’on vous l’a mâchée dans un prêt-à-penser n’offrant qu’une approche subjective et biaisée de l’histoire, vous ne pouvez opter que pour un tel discours.
      On peut ne pas être d’accord avec le point de vue de l’auteur, on peut ne pas accepter son approche, mais encore faut-il avoir lu le livre… Cependant un point m’importe ici : vous parlez de nostalgie, mais finalement, la nostalgie vient certainement de gens comme vous qui se réfèrent à la glorification d’un seul point de vue, nécessitant une stigmatisation “fascistoïde” des gens qui se permettent de ne pas accepter une seule vision de l’Histoire. Il est tellement aisé de disqualifier les gens, quelle que soit leur vision, en les traitant de fachos (et autres noms d’oiseaux) plutôt qu’en leur opposant des arguments solides. Visiblement, vous semblez nostalgique de la faucille soviétique (qui soit dit en passant a si bien collaboré avec les nazis, ne l’oublions pas…). Vous avez le droit d’avoir votre point de vue mais, quand vous parlez de parti pris, disons que c’est quand même un peu l’hôpital qui se fout de la charité…

      7Seizh ne se fait pas ici complice d’un travail nostalgique. 7Seizh a simplement un regard objectif en acceptant des points de vues différents dans les publications diverses. Vous êtes certainement de ces chantres de la démocratie qui acceptent toute pensée, du moment qu’elle n’aille pas en opposition avec la vôtre. Mais, à moins que vous n’ayez des accointances “madrilènes”, souffrez que quelqu’un qui publie un ouvrage en se basant sur la correspondance personnelle de l’abbé (et de gens qui l’ont véritablement connu) puisse exprimer son travail sans le vouer à votre inquisition, dont le Saint Office n’aurait certainement pas eu à rougir.

      Ne croyez-vous pas que, si au lieu de s’excommunier les uns les autres et de les traiter comme vous le faites ici, chacun écoutait l’autre, sans forcément partager ou accepter son point de vue, on avancerait bien plus pour le bien commun ?

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser les expressions html suivantes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Média participatif : contact(at)7seizh.info 0033 (0) 972 338 711 - regie.publicitaire(at)7seizh.info Mentions légales - Conditions générales d'utilisation

L’utilisateur s’interdit de manière non exhaustive :

- de diffuser des informations contraires à l’ordre public ou aux bonnes mœurs, - de détourner la finalité du service pour faire de la propagande ou du prosélytisme, de la prospection ou du racolage, - de publier des informations à caractère commercial, publicitaire ou constituant de la propagande en faveur du tabac, de l’alcool, ou de toute autre substance, produit ou service réglementé - de diffuser des contenus contrevenant aux droits de la personnalité de tiers ou présentant un caractère diffamatoire, injurieux, obscène, pornographique, offensant, violent ou incitant à la discrimination, à la violence politique, raciste, xénophobe, sexiste ou homophobe, - de publier des informations contrevenant à la législation sur la protection des données personnelles permettant l’identification des personnes physiques sans leur consentement, notamment leur nom de famille, adresse postale et/ou électronique, téléphone, photographie, enregistrement sonore ou audiovisuel, - d’accéder frauduleusement au site et notamment aux services interactifs, ainsi qu’il est indiqué dans les conditions générales d’utilisation du site.

7seizh.info ® Tous droits réservés-2012-2016 © 7seizh.info.