Interdiction du prénom Fañch: Lettre commune à la ministre de la justice

1
3
Avec 21 députés de la majorité nous avons écrit à Mme Nicole Belloubet, Garde des Sceaux, ministre de la Justice, afin de lui demander de modifier la circulaire du 23 juillet 2014 relative à l’Etat Civil. Cette circulaire qui définit les principes d’écriture des prénoms admis par l’administration française, est à l’origine de l’interdiction faite à un couple de parents de prénommer leur enfant « Fañch » selon un jugement en première instance du Tribunal de grande instance de Quimper le 13 septembre dernier. La modification de cette circulaire par la prise en compte des signes diacritiques contenus dans les prénoms en langues régionales serait une solution rapide et efficace à ce problème alors que les parents de Fañch ont décidé de faire appel et que la procédure judiciaire risque d’être longue pour faire reconnaître un droit qui devrait être élémentaire.

Fañch1Fañch2

Previous articleKevre Breizh n’appelle à aucune manifestation pour la réunification samedi 30 septembre
Next articleProjets miniers : « Mobilisons nous pour que l’Etat ne cède pas face à l’industrie fossile »
Paul Molac, votre député---------------------------------------------- ---------------------------------------------- Né à Ploërmel, j’ai vécu dans la ferme familiale où j’ai participé au travail depuis mon plus jeune âge. J’ai suivi dans un premier temps des études agricoles et suis devenu aide-familial. Ensuite, j’ai repris le chemin des études et j’ai suivi un cursus d’histoire à l’Université de Rennes 2, obtenant le CAPES en 1988. J’ai depuis enseigné au lycée-collège de Brocéliande à Guer pendant vingt-deux ans. --- Parallèlement à mon activité professionnelle, je me suis engagé dans des associations sportives et culturelles : Bagad de Ploërmel, association Chom’te (collecte de traditions orales gallèses), club de hand-ball, association de parents d’élèves, assoication pour un lycée public à Ploërmel. --- Entre 2001 et 2011, j’ai été président régional de l’association Div Yezh (pour l’enseignement du breton à l’éocle publique). Je suis également vice-président de la coordination associative Kevre Breizh et vice-président de la FLAREP (Fédération pour les langues régionales dans l’enseignement public).--- En 2009, je deviens président du Conseil culturel de Bretagne, créé par la Région Bretagne. Cette institution a pour fonction d’apporter des conseils à la Région sur ses politiques culturelles et linguistiques, sur le tourisme et plus globalement sur le rayonnement de la Bretagne. --- Ayant toujours habité dans le Pays de Ploërmel, j’ai gardé de mon travail dans l’exploitation familiale, un grand intérêt pour l’agriculture et les questions économiques. Breton de cœur et de conviction, je continue à promouvoir la culture bretonne, en particulier les langues (breton et gallo), ainsi que la musique avec, à titre personnel, le groupe Ferzaè.--- Régionaliste, je suis resté longtemps assez discret sur mon engagement politique du fait de mes engagements associatifs.--- En 2012, il m’a été proposé de me présenter aux élections législatives. J’ai accepté cette responsabilité et ai été soutenu par trois partis de la majorité présidentielle. N’étant encarté dans aucun parti, j’appartiens toutefois à la majorité à l’Assemblée nationale. Je suis aujourd’hui député de la 4ème circonscription du Morbihan, élu pour cinq ans.--- Mon action politique se veut réaliste et pragmatique, au service à la fois des habitants, de la Bretagne et de ma circonscription. La politique n’a d’intérêt que si elle s’incarne dans des projets concrets au service des citoyens. --- ---------------------------------------------- Paul Molac, ho kannad---------------------------------------------- Ganet on e Ploermael, el lec’h em eus bevet e menaj ar familh ha labouret kalz e-kerzh ma bugaleaj. Bet on bet war studioù al labour douar ha goude ur prantad labour em eus adtapet hent ar studioù evit bezañ kelenner istor-douaroniezh. Kelennet em eus 22 bloaz e Gwern-Porc’hoed. Bet on bet ezel eus kevredigezhioù sevenadurel, war ar skol hag ar sport ivez. Etre 2001 ha 2011 e oan kadoriad Div Yezh hag eil kadoriad Kevre Breizh hag ar FLAREP. En 2009 ez on bet dilennet kadoriad Kuzul Sevedurel Breizh. Sachet on war-zu al labour douar, an armerzh ha sevenadur Breizh, en o touesk ar yezhoù hag ar sonerezh. Rannvroelour on chomet e-pad pell dindan ar skeud. E 2012 eo bet kinniget din lakaat ma anv evit dilennedagoù kannad gant souten tri strollad politikel. E-barzh an niver brasañ er breujoù emaon. Ar politikerezh evidon a zlee bezañ fetis ha pleustrek, ne dalv nemet pa vez graet evit servij an dud.--- ---------------------------------------------- Paul Molac, vot deputë---------------------------------------------- Në a Pllerrmè, je fus elevë dan unn feurm ou je travallis o mèz paran depè mon pllu jeun age. Je fis le métieu mè o tou apraè lèz étud d’agriqhultur. Je repris le chemin de la gran écoll, je saè devenu enseignou d’istoer a Ghè, 22 an de temp. Je fus dan dèz souet pour la qhutur, l’écoll é le sport. Antr 2001-2011, je fus le mnou de Div Yezh é le sous mnou de Kevre Breizh é de la FLAREP. An 2009, je fu ëlu mnou du Qonsailh Qhuturel de Beurtègn. Je vis depè terjou dan le paiz de Plleurmè é je m’en chui de l’agrighultur è de elijes é ben sur de not qhultur, lèz langaj, le gallo é le berton, la musig o tou. Pour la rejion depé terjou, je fus demandë an 2012 pour ètr deputẽ apoyẽ o troi parti de la majoritë de mezë. Je saè pa dan un parti mè dan la majoritẽ. La politig pour mé se n’è point pour barbacher é ren fèr. I fô fèr dèz chaoz util pour le mond.

1 COMMENT

  1. Unvaniezh Bro c’hall a oa bet graet dre ar feulster, dre ar freuz… ne oa ket bet dre volontez, youl pe vennad ar pobloù a oa anezho hag a chom bev c’hoazh hiziv. Gouzout a ouzoc’h ‘na…
    L’affaire du tilde est un symbole pour la “démocratie véritable” celle que l’on ne connaît pas encore… et qui semble maintenant inéluctable compte tenu du droit international qui se popularise; cf position de droit de la cour internationale La Haye vis-à-vis de la Catalogne. Vous m’aviez répondu à Nantes le 17 avril 2014 en conférence de presse “qu’il fallait réinventer la démocratie!”. C’est aujourd’hui le moment… Le tribunal européen vous aide aujourd’hui à interpeller le parlement Français pour défendre les Catalans.

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.