Quelques conseils de navigation pour jeunes NøøMatelots, par Yann Minh

0
http.www.noomuseum.net

Voici quelques conseils d’explorateur du cyber espace que je donne pendant mes cours à mes NøøMoussaillons.

FAIRE (Tekné)

“Une des règles essentielles en art c’est de faire.”

C’est l’essence de la Tekné, que connaissent tous ceux qui se confrontés à l’enjeu de faire exister dans l’espace physique, ou dans l’espace informationnel collectif de l’humanité, ce qui n’existe que dans leur propre immatérialité spirituelle : Le réel ne se laisse pas faire.
Et c’est par la Praxis, que chaque artiste, auteur, ingénieur, artisan… acquiert cette connaissance subtile, intuitive, ineffable et intransmissible de comment on dialogue et négocie avec la réalité pour aboutir notre oeuvre à peu près correctement. Cette connaissance est personnelle et intransmissible, et variera en fonction de l’histoire de chacun. L’oeuvre réalisée, contiendra et transmettra une part de nous même, mais aussi une part mystérieuse, métaphysique, produite par cet échange temporel qui a eut lieu avec le “réel” pendant sa “réalisation”.
Comme dans l’aphorisme populaire : “l’essentiel n’est pas la destination, mais le voyage”, pour moi, l’important, n’est pas seulement l’oeuvre terminée, mais aussi et surtout son élaboration. Cette relation intime que nous établissons avec l’oeuvre pendant sa création, et qui se popularise massivement par le processus “d’empowerment créatif” décrit par Nils Aziosmanoff (https://digital-society-forum.orange.com/…). Ce moment où nous cheminons ensemble vers son accomplissement. L’oeuvre n’est que la trace laissée dans le réel, et maintenant dans le cyberespace, par ce cheminement en interaction avec le “Réel” que nous avons fait avec “elle”.

La voie humide, ou L’Instant Créateur

Dans son fameux livre, “La formation de l’acteur”, Stanislavski décrit ce moment étrange ou l’acteur, même débutant est “inspiré” et va transmettre cette énergie inspiratrice à ses partenaires et au public, dans une sorte d’instant de grâce individuel et collectif, qu’il appelle l’instant créateur. Ce “moment” d’inspiration très particulier qui fait dire à Terry Gilliam que les artistes sont des “antennes” : http://www.yannminh.org/french/Ct-T… Nombreux sont les artistes et auteurs, qui ont souvent cette impression d’une force mystérieuse qui soudain guide leur bras, ce qui était mon cas pendant l’écriture de mon roman Thanatos, Les Récifs. Nous devenons les vecteurs d’une inspiration extatique parfois perçue comme une sorte de révélation métaphysique qui guide notre pinceau, notre écriture, nos jeux d’acteur, de musicien ou de danseur. Très tôt la pratique artistique m’a apprise à reconnaitre quand je suis sous l’emprise mémétique puissante d’un “plasme humide”, par référence humoristique au concept de “mème” de Richard Dawkins, ou au concept de “Plasme” de Philip K.Dick dans son roman SIVA, et aux “Voies sèches et humides alchimiques” évoquées par Alexandro Jodorowski dans mon documentaire de création Haime. http://www.yannminh.org/french/Ctha… : _ “Dans l’alchimie, il y a la voie sèche et la voie humide. La voie sèche, c’est quand tu travailles, tu pries, tu relis… et puis, après des années d’efforts, parfois tu trouves… Dans la voie humide, ce sont des forces mystérieuses, venues du cosmos qui te tombent dessus, et tu trouves tout de suite…”
En off, après le tournage, je lui avais confié que cette histoire de voie humide et vois sèche alchimique me semblait bien illustrer le travail de l’artiste. Jodo, me répondit alors : — “Oui, mais en art, si tu n’es pas passé par la voie sèche, alors quand la voie humide te tombe dessus, tu ne fais rien que de la merde !”

L’oeuvre numérique est vivante.

Une oeuvre réalisée en numérique est directement projetée dans un espace informationnel, le plus souvent collectif grâce aux réseaux sociaux numériques, avec relativement peu d’interaction avec la matérialité physique dans son élaboration (en regard du dessin, de la peinture, de la sculpture… ). On reste essentiellement dans ‘l’immatérialité” cyberspatiale et nøøsphérique des nombres, du début à la fin du processus de création.
Mais, les outils numériques, en particulier en 3D, s’ils atténuent relativement cette très ancienne relation métaphysique au monde, spécifique des outils traditionnels, ils sont une métaphore mémétique puissante des structures essentielles originelles du vivant : les outils de modélisation 3D, donnent “vie” aux créations.
En effet, les oeuvres numériques deviennent vivantes dans le cyber espace immatériel des nombres (Aleph ø de Cantor cf Pierre Berloquin), elles ont une dimension organiques car évolutives. Un fichier 3D est l’équivalent d’une matrice ADN, ou comme le généticien Richard Dawkins l’évoque pour les “mèmes”, l’équivalent d’un génotype. Avec l’évolution des technologies, il est entre autre possible de recalculer le fichier originel, avec plus de définition, plus de qualité graphiques, lumineuses, de profondeur. L’image numérique 3D n’est pas figée dans sa réalisation originelle, mais évolue avec l’évolution des techniques…
L’image de synthèse est une “nøøentité”. Elle est “vivante”, car elle évolue en fonction des transformations de son environnement technico-culturel, et bientôt, elle sera, grâce à l’informatique, équipée d’I.A. qui lui permettront d’évoluer, de se transformer par elle même, en plus d’être une forme de génotypes évolutifs.
“Dans l’expérience de l’origami, ce qui est transmis à la génération suivante n’est pas le phénotype en papier, mais un ensemble d’instructions pour le fabriquer. Les imperfections dans l’exécution des instructions ont pour conséquence des jonques imparfaites (phénotypes), mais ce n’est pas elles qui seront transmises à la génération suivante : elles ne sont pas mémétiques. ”
Richard Dawkins Préface à “la théorie des mèmes” de Susan Blackmore.
Retours à la matière. Et parfois… je range le stylet de ma tablette graphique, je prends mon carnet de croquis et un crayon, et je dessine, car le dessin est un acte magique très ancien, antérieur à l’écriture qui nous connecte et re-connecte aux espaces les plus anciens qui relient la noosphère, la cybersphère et la biosphère…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here