Home Agriculture Les victimes des pesticides demandent l’interdiction immédiate du glyphosate

Les victimes des pesticides demandent l’interdiction immédiate du glyphosate

Vendredi 3 novembre 2017, communiqué Solidaires Bretagne et Collectif de soutien aux victimes des pesticides de l’ouest

 Les victimes des pesticides demandent l’interdiction immédiate du glyphosate

 

Le débat sur le glyphosate et les pesticides se focalise en ce moment sur les délais d’interdiction. Nous qui sommes victimes, parents ou amis de victimes des pesticides, nous tenons à dire que nous trouvons indécent de mettre en débat le fait d’attendre encore 3, 4 ou 10 ans pour arrêter d’empoisonner. Pourquoi attendre ? pour écouler les stocks ? pour trouver une nouvelle molécule qui n’ait aucun effet nocif ?

Personne n’est dupe : les intérêts économiques passent avant la santé de la population. Les générations futures auront raison de juger sévèrement ces atermoiements, d’autant que chacun sait que la population est très mal protégée contre les effets des pesticides et qu’il a déjà de bonnes doses de glyphosate dans son corps. Aujourd’hui « on sait » les dangers que représentent ces poisons ; continuer de les utiliser est criminel. Nous, malades ou proches de malades, veuves, souffrons dans nos corps et dans nos vies familiales.

Il est plus que temps de s’interroger sur une réorientation de notre politique agricole.

Le glyphosate a agi comme un dopant sur notre système agricole. Il a produit des effets mortifères sur les personnes et sur l’environnement. Et pourtant, certains responsables n’imaginent pas que l’on puisse s’en passer un jour.

L’utilisation massive de pesticides et du glyphosate concerne plus particulièrement les exploitations importantes qui ont opté pour la chimie afin de réduire leurs charges de personnel. Celles-ci ne se donnent plus le temps de faire de l’agronomie, de travailler le sol, d’installer les couverts végétaux, qui fixeraient carbone et azote de l’air, éviteraient l’érosion des sols et participeraient au refroidissement du climat.

Les agriculteurs de terrain et particulièrement ceux qui ont opté pour un autre modèle agricole, savent que le salut ne viendra pas de la découverte d’une molécule miraculeuse. Elle viendra du changement des pratiques. Elle passera par la construction d’alternatives prenant en compte à la fois la santé, l’emploi, la préservation de la biodiversité et la question climatique.

Pour nourrir une planète qui accueillera bientôt près de 11 milliards d’êtres humains, fixons-nous des urgences et des politiques à long terme. Notre besoin n’est pas de produire toujours plus, mais de produire mieux.

Commençons par deux urgences : réduire les gaspillages (qui représentent tout de même près de 40 % de la production), et supprimer les produits les plus dangereux. Tous n’ont pas le même niveau de toxicité : un tiers d’entre eux sont considérés comme cancérigènes ou probablement cancérigènes. Au nom du principe de précaution, ceux-là doivent être proscrits immédiatement, c’est le cas du glyphosate. Le discours du type « attendons » n’est pas entendable.

À plus long terme, il faut aller dans le sens de la souveraineté alimentaire des peuples. Pour produire au plus près des besoins, il faut atteindre la productivité nécessaire. Pour construire l’avenir, il nous faut aller vers la mise en réseaux des paysans, des salariés de l’agroalimentaire, des chercheurs et des techniciens. C’est la pierre angulaire de l’agriculture paysanne et bio. Orientons vers eux l’argent public : des associations comme les CIVAM appréhendent toutes les fonctions marchandes et non marchandes de l’agriculture et de la pérennisation d’un mode de vie, de savoirs.

Nous entrons dans la phase de préparation de la politique agricole européenne pour la période 2020 à 2026, qui va dédier près de 500 milliards d’argent public au secteur de production alimentaire. Au lieu de répondre aux appétits grandissants des multinationales, profitons-en pour conduire une vraie réflexion autour de la légitimité des aides publiques. N’oublions que chaque contribuable apporte en moyenne chaque année une contribution de 140 € pour contribuer à la politique agricole.

Profitons-en pour construire un autre contrat entre agriculture et société. Un contrat centré sur l’intérêt général, qui conciliera l’intérêt du paysan qui retrouvera sa fierté en fabriquant des produits propres et sains, celui du consommateur qui fera évoluer ses habitudes en ajustant sa demande aux cultures locales et aux saisons, tout en évitant de gaspiller l’eau et l’énergie nécessaires à la production et à l’acheminement des produits. Sans oublier l’intérêt du citoyen contribuable, qui appréciera d’apporter une contribution enfin utile à une politique qui nourrit et protège.

Les malades victimes des pesticides vous invitent à changer de cap sans perdre de temps.

Le vivre ensemble demain doit nous mobiliser pour construire une société de sobriété et de partage.
LISTE DES SIGNATAIRES :
1 ABIVEN Andrée 29 KERNILIS Epouse de André, paysan décédé
2 BERTRAND Denis 35 MONTFORT SUR MEU paysan
3 BLOINO Nathalie 56 NOYAL-MUZILLAC Epouse de Jean Michel, paysan décédé
4 BRIGANT Pascal 22 CAVAN coopérative
5 GOELOU Régine 22 CAVAN Compagne de Pascal
6 CHEVREL Jean Claude 35 AMANLIS coopérative
7 CHEVREL Dany 35 AMANLIS Epouse de Jean Claude
8 CROCHARD Christophe 56 BEIGNON paysan
9 EVANNO Ange 56 LANGUIDIC paysan
10 GERTSCH Pascal 22 HILLION ouvrier
11 GUILLOU Laurent 22 TREGONNEAU coopérative
12 GUILLOU Françoise 22 TREGONNEAU Epouse de Laurent
13 GUINARD Joël 35 MONTAUBAN DE BRETAGNE paysan
14 JOUAULT Christian 35 NOUVOITOU paysan
15 LE GALL Christian 29 AUDIERNE riverain
16 LE GOFFIC Edith 22 PLOUNERIN Epouse de Gwénaël, salarié décédé
17 LE GUYADER Claude 22 PLOUEC DU TRIEUX coopérative
18 LEBOT Gaby 44 ST NICOLAS DE REDON espaces verts
19 LEBOT Lucette 45 ST NICOLAS DE REDON Epouse de Gaby
20 LEBRUN Ernest 56 ST ALLOUESTRE paysan
21 MONTECOT Michel 53 NIAFLES coopérative
22 POULIQUEN Noel 56 GOURIN coopérative
23 POULIQUEN Pascale 56 GOURIN Epouse de Noël
24 POULIQUEN Raymond 56 GOURIN coopérative
25 POULIQUEN Christiane 56 GOURIN Epouse de Raymond
26 RICHARD Tatiana 35 LES BRULAIS Epouse de Jean Yves, paysan décédé
27 RICHOMME Armel 35 BOURGBARRE paysan
28 RICHOMME Brigitte 35 BOURGBARRE Epouse de Armel
29 ROUXEL Stéphane 22 TREGONNEAU coopérative
30 ROUXEL Bernadette 22 TREGONNEAU Epouse de Stéphane
31 ROZE Noel 56 CARO paysan
32 RAYSSIGUIER Rose 35 RENNES Compagne de Francis
33 SAUVAGET Michelle 85 ST PHILBERT DE BOUAINE Epouse de Clément, paysan décédé
34 SOURDRIL Francis 53 LAVAL espaces verts
35 TRINITE Nicolas 35 LE RHEU coopérative
36 JUET Gwenola 35 LE RHEU Compagne de Nicolas

NO COMMENTS

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

7seizh.info

GRATUIT
VOIR