Brest : Bernadette Malgorn s’adresse au Premier ministre en visite au CIMer

1

Brest, vendredi 16 novembre 2017, lettre de Bernadette Malgorn, présidente du Rassemblement  remise ce jour en préfecture maritime à l’attention de M. Edouard Philippe, premier ministre, à l’occasion de sa venue pour le  Comité interministériel de la mer (CIMer 2017) à Brest.

Rappelant la place singulière de Brest, les élus du Rassemblement pour Brest formulent les pistes  qu’ils souhaitent voir prises en compte et précisées lors de ce CIMer  dans les domaines de la défense,  de la sécurité maritime, des EMR et du pôle européen de recherche à Brest.

Ils  attendent de cette visite  “des mesures concrètes et  fortes de nature à écrire depuis Brest, une nouvelle ambition maritime pour notre pays”.

Pour le Rassemblement pour Brest, ” l’Etat doit donc rester un acteur majeur pour l’ensemble du site brestois (port militaire et civil) et y développer une politique stratégique et industrielle vers l’économie bleue à la hauteur des enjeux du 21 ème siècle. Quels que soient les statuts juridiques et les responsabilités des collectivités territoriales, l’avenir du port de Brest  dépend de l’engagement de l’

 

 

Groupe des élus Rassemblement Pour Brest Ville de Brest — Brest métropole

la (Présidente

Brest, le 16 novembre 2017

Monsieur Edouard PHILIPPE

Premier Ministre Hôtel de Matignon 55, rue de Varennes 75007 PARIS

Monsieur le Premier Ministre,

Chaque année depuis sa création en 1995, le Comité Interministériel de la Mer se réunit pour fixer les orientations du gouvernement dans tous les domaines de l’activité maritime.

Avec onze millions de km2 de surface maritime, la France possède la deuxième Zone maritime mondiale, presque à égalité avec les Etats-Unis. Sa puissance stratégique, économique et environnementale doit être à la hauteur de cette souveraineté.

Vous avez choisi Brest pour la tenue de ce CIMer 2017. Notre ville a toujours eu une place singulière dans la Construction de la France comme puissance maritime. Nous espérons des mesures concrètes et fortes de nature à écrire depuis Brest, une nouvelle ambition maritime pour notre pays.

Vous avez décidé de confier à Toulon l’entretien lourd des sous-marins d’attaque type Barracuda. Nous prenons acte avec regret mais sans surprise d’une décision annoncée mais attendue depuis 2013.

Nous sommes particulièrement Vigilants sur le maintien du potentiel de défense depuis Brest Comme sur la mise en œuvre des savoirs faire locaux essentiels (portés par Thalès et Naval Group), notamment pour :

– la lutte Contre les mines, et plus largement l’intervention sous la mer, deux domaines historiques d’excellence ;

– le développement d’un nouveau système fondé sur la robotisation et la navigation en

meute ne doit pas échapper à Brest ;

– l’intervention sous la mer, clé de la « maritimisation », l’exploitation des ressources surtout énergétiques inépuisables des fonds marins et à terme la faculté de transfert en haute mer des capacités industrielles qui ne trouvent plus place à terre.

Autre domaine d’excellence à Brest, la sécurité maritime doit être renforcée par :

– la mutualisation des capacités qui doit atteindre un bien meilleur niveau, pour un meilleur préavis, et l’objectif d’une efficacité comparable à la mutualisation opérationnelle sur le lieu de l’action. Le bénéfice sera une meilleure protection de nos ressources futures.

– une nouvelle flotte de patrouilleurs de haute-mer, très automatisés. La pointe de la

Bretagne en a le potentiel (Piriou, Naval Group…).

Pour les Energies marines renouvelables, le site brestois est aujourd’hui confronté à de nouvelles problématiques :

– au moment où les travaux du polder prennent leur essor, les EMR connaissent pour leur part un risque de fort ralentissement dû à la chute des prix des hydrocarbures et du gaz ;

– l’arrêt des expérimentations d’hydroliennes (Naval group / Edf) et le choix de SaintNazaire pour les premières éoliennes flottantes, pourtant clés de l’avenir industriel du Port de Brest, font peser des incertitudes pour le site brestois en construction.

21 rue Jean Macé – 29200 Brest – Tél. 0298 4764 96

Courriel : rassemblement- -brest.fr – site internet : WWW, rassemblement

1 COMMENTAIRE

  1. Opposer Saint-Nazaire à Brest, autrement dit, opposer deux villes bretonnes me semble une très mauvaise idée…à moins que Madame Malgorn accepte l’inacceptable, c’est-à-dire l’infâme découpage qui place la Loire-Atlantique en dehors de la Bretagne. C’Est de la haute trahison !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here