Notre-Dame-des-Landes : Une grande victoire populaire et citoyenne !

1

Notre-Dame-des-Landes, dimanche 21 janvier 2018, “Une grande victoire populaire et citoyenne !” communiqué de presse que publie ce jour l’ATELIER CITOYEN suite à la décision d’abandon de NDDL annoncée par le gouvernement.

Après la décision du Gouvernement, mercredi 17 janvier, d’abandonner le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, nous tenons à remercier chaleureusement toutes celles et tous ceux qui ont participé à l’Atelier Citoyen, et ont étudié collectivement l’ « alternative crédible » du réaménagement de Nantes-Atlantique en apportant chacune et chacun le meilleur de leur compétence. MERCI !

Un grand merci aussi à toutes celles et tous ceux qui nous ont soutenu et ont largement diffusé nos travaux, militant·e·s, ami·e·s, citoyen·ne·s, associations, journalistes…

Merci, bien sûr, aux médiateurs et à leur rapporteur pour leur écoute et l’objectivité de leurs travaux qui ont été déterminants.

Loin d’être un recul, cette décision est bien une évolution majeure de notre société, une prise de conscience de la fragilité des ressources, des terres agricoles, de la biodiversité et de l’environnement. Il s’agit aussi, nous l’espérons, d’une prise de conscience des autorités qui devrait permettre d’améliorer la sincérité du débat public, l’écoute des citoyen·ne·s et l’étude des alternatives.

Nous tenons par ailleurs à dénoncer le dénouement qui se joue actuellement avec le groupe Vinci : après le scandale de la privatisation des autoroutes, générant un manque à gagner de plus d’un milliard d’euro chaque année pour l’Etat Français, il serait anormal que ce groupe tire un quelconque profit de l’échec de son projet aéroportuaire, au-delà du remboursement des études réalisées.

Le groupe Vinci est loin d’avoir respecté toutes les clauses de son contrat avec l’Etat et n’était pas en capacité de démarrer les travaux, même s’il y avait eu une évacuation de la zad. Le permis de construire n’était pas accordé, le projet était sous-dimensionné, les fondations prévues étaient irréalisables, tout comme la ferme solaire, etc. Par ailleurs l’aérogare existante dont Vinci avait la charge se saturait et se dégradait lentement sans que les travaux nécessaires ne soient réalisés.

L’annulation du contrat, ou sa déchéance au sens de l’article 82, serait donc légitime, au-delà de l’abandon du projet. Une négociation de gré à gré en mettant la cession de parts de l’Etat dans Aéroport de Paris (ADP) dans la balance ne serait pas dans l’intérêt des contribuables. Un nouvel appel d’offres doit avoir lieu, d’une part pour l’aéroport de Nantes-Atlantique incluant des exigences claires pour une remise à niveau rapide de cette excellente plateforme et le cas échéant pour les parts de l’Etat dans ADP.
De plus, si indemnités il devait y avoir, nous proposons que soit recherchée la responsabilité – y compris financière-, de tous ceux, politiques ou administratifs, qui ont négocié ce contrat, l’ont signé et sont responsables de ce fiasco.

Quoi qu’en disent certains, l’abandon du projet de Notre-Dame-des-Landes n’est pas la victoire d’une poignée de « voyous » mais bien une grande victoire populaire et citoyenne. La parole des citoyennes et des citoyens en sort renforcée pour construire ensemble un monde compatible avec l’équilibre de notre planète.

1 COMMENTAIRE

  1. Il va maintenant falloir virer tous les arsouilles qui ne sont même pas bretons et qui sont là uniquement pour foutre la merde au “propre” comme au figuré. Ce sont , pour la plupart, des marginaux que l’on voyait trainer dans les rues avec de nombreux chiens et qui n’en ont rien à foutre de la défense de la nature. La presse de gauche les a fait passer pour des résistants, alors que ce sont surtout des fainéants. Notre belle Bretagne est défigurée par leurs bidonvilles dignes du tiers-monde. S’ils partent, ils recommenceront leur merde ailleurs. Les véritables opposants auraient du les virer depuis longtemps.

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.