Point de rentrée avec Frank Bellion, président de la CCIMBO

0

COMMUNIQUE DE PRESSE
CCI métropolitaine Bretagne ouest

 

Brest, mardi 23 janvier 2018, lors d’un point presse de rentrée,Vendredi 19 janvier?  Frank Bellion, président de la CCI métropolitaine Bretagne ouest, a passé en revue les sujets d’actualité de la chambre de commerce et d’industrie du Finistère avec les faits marquants 2017 et les perspectives 2018.

 

FAITS MARQUANTS 2017 POUR LA CCI MÉTROPOLITAINE BRETAGNE OUEST (CCIMBO) :
Un siège (à Brest), trois délégations (Brest, Morlaix, Quimper), une CCI qui se met en place. La 3e de France.
Le gain de la délégation de service public des ports de Cornouaille.
Notre association avec la CCI d’Ille-et-Vilaine pour l’appel d’offres du port de Saint Malo.
Le démarrage du partenariat avec Weidong pour l’école supérieure de commerce Brest Business School (BBS) avec un début d’année 2018 qui se traduit par la signature avec l’établissement public de l’Etat chinois d’un accord nous permettant de construire un campus des métiers à Qingdao.
Une présence constante sur le terrain auprès des EPCI (métropole, communautés d’agglomération, communautés de communes) pour les accompagner, auprès des réseaux. Ainsi, sur la délégation de Morlaix, le dispositif d’accompagnement financé par la CCI dans le cadre du Pacte d’avenir pour la Bretagne (un montant de 7,5 M€ sur 5 ans à partir de 2015) continue d’être déployé, il concerne notamment les projets collectifs des unions commerciales, des groupements.
LES PORTS
Les chiffres des gestions portuaires sont contrastés :

Roscoff Bloscon : en dépit de la baisse du nombre de ferries en 2017, (398 navires en 2017 contre 409 en 2016, soit -2,7%), le nombre de passagers est resté stable : 517 334 passagers en 2017 contre 520 770 en 2016 soit -0,7%. Des perspectives 2018 qui nous rendent circonspects en raison du Brexit. Les prochaines semaines nous donnerons la tendance.

Port de Brest : le port de commerce réalise une performance moyenne avec une stabilité à la baisse du CA et une baisse des volumes à 2,4 millions de tonnes, des perspectives 2018 d’une faible progression du trafic.
Nous avons perdu les marchés de l’exportation du bois du fait de réglementations concernant le traitement des bois, le bâtiment n’a pas redémarré et donc les trafics liés à celui-ci ne sont pas au rendez-vous.
L’usine Bunge a effectué une période de maintenance et la perte des abattoirs de Gad et de Tilly produit ses pleins effets. Une année aussi difficile en 2017 en réparation navale et, pour 2018, des perspectives meilleures avec le retour des paquebots mais avec une lisibilité du carnet de commande toujours faible.

Ports de Cornouaille : l’année 2017 se caractérise par une baisse des apports sous criée de -5,4% en tonnage et -4,4% en valeur avec cependant un prix moyen qui continue sa progression de +1,2%.
L’augmentation de +14 % des débarquements hors criée portent le total des produits débarqués et vendus dans les ports de pêche de Cornouaille à 52 700 tonnes et 151 millions d’€ en valeur, soit un léger recul de -1%.
Une nouvelle DSP de gestion des ports de pêche démarre au premier janvier 2018. C’est un contrat ambitieux sur 8 ans avec 28,6 M€ d’investissements prévus. La CCIMBO croit en la pêche, il ne faut pas que celle-ci soit un variable d’ajustement des négociations sur le Brexit.
La CCIMBO s’est vue confier par la Région une prolongation de deux ans du contrat de DSP pour la partie réparation navale du port de Concarneau. La CCI vient d’achever un important programme de travaux de modernisation (nouvel élévateur) et de mise aux normes environnementales pour 13 millions d’€.

Pour tous ces ports, notre inquiétude porte sur leur taxation prochaine, taxation qui risque de venir rendre compliqué l’investissement. Cette décision de taxation est tombée le 6 décembre 2017, Bercy, sur ce point, suivant alors la décision de Bruxelles qui datait du 27 juillet 2017. Nous avons d’ailleurs introduit un recours devant la Cour de Justice européenne contre la décision de Bruxelles.

 

LA FORMATION
L’activité formation de la CCIMBO poursuit sa croissance avec une progression des effectifs de +3 %, et même + 5 % dans l’apprentissage. La réforme à venir est un sujet de vigilance. L’impression est quand même que la concertation est vraiment minimale par rapport à nous qui formons chaque année 20 000 personnes.
EMBA, Irtec, Campus des métiers, Cefortech sont les sites qui tirent l’activité vers le haut. C’est plus difficile dans le domaine de la formation tertiaire.

 

LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE
Nous avons accueilli 2 300 porteurs de projets de création ou reprise d’entreprises. Ce chiffre est croissant. C’est un élément positif, on peut y voir un regain d’optimisme dans l’économique. On peut aussi y voir l’efficacité de l’action de terrain et de proximité de nos conseillers d’entreprises.

Concernant le développement des réseaux d’entreprises, nous accompagnons, entre autres, les unions commerciales et nous animons, avec le soutien du conseil régional de Bretagne, plusieurs groupes Plato (7) qui fonctionnent bien dans le département.
Plato est un programme d’échanges pour les dirigeants de TPE-PME de tailles et de secteurs d’activités différents ayant des problématiques de gestion d’entreprise communes. C’est un réseau de chefs d’entreprise souhaitant acquérir de nouvelles compétences tout en élargissant leur tissu relationnel et ce, dans un esprit de convivialité. La plénière régionale s’est tenue à Carhaix le 28 novembre 2017.

Les sujets concernant la nouvelle économie sont très présents dans nos actions à travers la Blue Economy, la French tech. Nous animons aussi plusieurs pépinières d’entreprises en partenariat avec les communautés de communes. Par ailleurs, le CRT à Morlaix, notre centre de ressources techniques en métrologie et en expertise 3D, accompagne annuellement plus 350 entreprises de l’industrie en étroit partenariat avec les collectivités territoriales qui nous soutiennent.

Notre implication en 2017 dans le développement touristique a été également forte pour positionner le Finistère comme une destination de choix. Nous développons ainsi notre politique d’accompagnement des professionnels du tourisme (entre autres, un salon de l’emploi des métiers du tourisme et de l’hôtellerie-restauration organisé depuis 7 ans à Morlaix pour pallier aux difficultés de recrutement). Nous travaillons également à l’accueil de paquebots de croisière et nous poursuivons des investissements sur des équipements emblématiques comme le château du Taureau et sur des événements nautiques d’envergure.

A souligner également, notre volonté de développer les actions de bonne coordination avec les EPCI (métropole, communautés d’agglomération, communautés de communes) au profit des entreprises et du territoire (plusieurs conventions signées dans ce sens). Cette volonté de mieux coopérer s’exprime également au travers de plusieurs opérations communes avec la chambre des métiers du Finistère (forums de la création, Terre d’entreprises, chèques cadeaux,..).

 

LA BAISSE DES RESSOURCES FISCALES, SUJET RÉCURRENT
En 2018, la loi de finances prévoit une baisse de la ressource fiscale de 20 % après une baisse de 45 % sur la précédente mandature. C’est -2,1 M€ de cash flow. Cette baisse risque de remettre en cause la poursuite de nombre de missions d’intérêt général. Elle intervient, pour nous, au plus mauvais moment, au moment où la fusion coûte et au moment où celle-ci ne produit pas d’effets positifs.

Le gouvernement a lancé une mission de l’Inspection Générale des Finances et du Contrôle Général Economique pour définir les missions des chambres. Nous sommes suspendus au résultat de ces missions et j’admets que ce n’est pas là une situation normale.

Un autre point préoccupant est l’absence de lisibilité, quel sera le montant de la ressource fiscale en 2019 et jusqu’au bout de la mandature ? Quelle en sera la trajectoire sur le reste de la mandature?

Nous sommes un peu dans l’expectative et il serait hasardeux de procéder par affirmations. Je suis d’accord pour faire des efforts. Notre tutelle a des droits mais aussi des devoirs notamment celui de nous donner de la lisibilité pour gérer notre Chambre durnat la mandature.

 

NOTRE DAME DES LANDES :
Les avis sur le projet d’aéroport à Notre Dame des Landes étaient divergents. Le gouvernement a tranché, c’est son rôle.

Je me réjouis que dans la communication de la décision de l’Etat, le Premier Ministre ait annoncé un traitement équivalent pour les dessertes des aéroports de Brest, Rennes et Nantes même si, hélas, les financements ne semblent prévus que pour les aéroports de Rennes et de Nantes.

De plus, la communication d’Edouard Philippe en matière ferroviaire n’a concerné que les métropoles de Rennes et de Nantes.

Je pense utile de rappeler au Gouvernement la nécessité pour les villes de Brest et de Quimper d’être aussi reliées au monde par une desserte ferroviaire digne du XXIème siècle.

 

CRÉDIT MUTUEL ARKÉA :
La CCIMBO soutient Arkéa dans sa démarche. C’est un centre de décision stratégique pour le département qui a des effets directs sur la dynamique économique du département. Faisons en sorte que son siège reste ici.

CCI métropolitaine Bretagne ouest

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.