Une visite en Corse hautement attendue

0

Mardi 6 février 2018, Le président français Emmanuel Macron se rendra sur l’île pour l’hommage à Claude Erignac. Les Corses espèrent des annonces politiques.

En partenariat avec le média Mediabask et avec leur accord nous partageons leur information

 

Les jeunes corses ont ouvert la manifestation en faveur de la démocratie à Ajaccio. @rgaroby

La mort du préfet Claude Erignac symbolise quarante ans de conflit entre les nationalistes Corses et l’Etat. Son vingtième anniversaire, ce mardi 6 février, cristallise les enjeux du présent. La présence annoncée du président de la République Emmanuel Macron à Ajaccio ne fait qu’accroître les attentes des élus et des milliers d’habitants de l’île ayant manifesté dans les rues de la ville samedi dernier.

“Démocratie et respect pour le peuple corse” disait la banderole à la tête du cortège. Près de 25 000 personnes auraient suivi l’appel des représentants des institutions corses, selon les organisateurs ; ils étaient quatre fois moins d’après la préfecture.

Le rassemblement a été précédé d’une résolution solennelle, votée à l’assemblée de Corse vendredi, fond de la revendication de la majorité de la société corse. Les élus demandent au président de la République, présent dans l’île jusqu’à jeudi matin, d’ouvrir des discussions “sans préalable ni tabou”. Ils souhaitent une mention spécifique de la Corse dans la Constitution, une reconnaissance en vue d’un statut d’autonomie. Ils évoquent également la question des détenus, pour qui ils attendent le rapprochement et une amnistie “dont les modalités sont à préciser”.

Le texte a recueilli le soutien des élus la République en marche (LRM) de l’île, ce qui a mis en évidence un décalage d’autant plus clair avec les responsables politiques du continent que leur patron, Christophe Castaner, les a désavoués. Les conseillers territoriaux de LRM qui ont soutenu vendredi dernier à l’Assemblée de Corse la résolution de la majorité nationaliste à l’intention d’Emmanuel Macron, n’ont “pas voté une position de LRM”.

Expérimentation

La position du mouvement sur la Corse, elle, a été présentée par le candidat Macron lors de la campagne présidentielle, à Furiani, et pour le moment, il n’a rien promis d’autre que les expérimentations locales dont il avait parlé lors de ses voeux adressés aux maires de France. Il avait proposé une modification de l’article 72 de la Constitution, afin de permettre à une collectivité de pérenniser une expérimentation réussie sur son territoire, sans que celle-ci ne soit généralisée sur l’ensemble du territoire français.

Malgré la nomination d’une “Madame Corse” en la personne de Jacqueline Gourault, la dernière rencontre entre les représentants des élus corses, Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni, et le Premier ministre français n’a entre-ouvert aucune porte. Avec la victoire de la coalition Pè a Corsica aux élections de décembre dernier et la manifestation de samedi dernier, la position du gouvernement est de moins en moins tenable.

Ce mardi, tous les regards seront rivés sur la Corse. Dans toutes les préfectures de l’Etat français, dont celle de Pau, un hommage sera rendu à l’ancien préfet C. Erignac.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here