Pétition : Avis de tempête sur la Bretagne ! Mobilisons-nous pour sauver Arkea !

0
Mardi 12 février 2018, un Collectif d’entrepreneurs, d’élus, d’associations et de citoyens Bretons ont lancé une pétition qui sera adressée à la Banque Centrale Européenne et du Premier ministre Edouard Philippe afin de sauver Arkea.

La pétition recueille d’ores et déjà plus de 14000 signatures dont près de 300 personnalités. Elle dénonce une véritable tentative d’OPA hostile menée par le CM11-CIC et des risques sur l’emploi “9 000 emplois et une région directement menacés”.

“Le maintien de l’indépendance d’Arkéa est vital pour la Bretagne et pour l’économie numérique française !

Pour signer la pétition :  http://bit.ly/2soXZVq

Nous, entrepreneurs, rejoints par les élus, associations et citoyens bretons faisons part de notre vive inquiétude concernant l’avenir du Crédit Mutuel Arkéa et des emplois qu’il génère en Bretagne et dans l’Ouest. Le CM11-CIC tente une véritable « OPA Hostile » sur les actifs de cette banque prospère et innovante. Nous soutenons Arkea dans son combat pour le maintien de son indépendance en quittant la marque Crédit Mutuel. Plus que celui d’une entreprise, ce combat est avant tout celui de la décentralisation et du maintien des centres de décision en région.

Nous réclamons d’urgence de la Banque Centrale Européenne qu’elle reconnaisse Arkéa en tant que banque coopérative et mutualiste indépendante et demandons à l’Etat français de rendre possible cette demande.”

 

En savoir plus : www.avisdetempete.bzh

 

“Des associations aux startups : un pilier du territoire breton et de l’économie numérique française
Le Crédit Mutuel de Bretagne a été depuis ses origines un de plus grands artisans de la réussite et de l’essor de la Bretagne. Avec les fédérations du Massif Central et du Sud-Ouest, Arkéa poursuit aujourd’hui ce travail. Héritière de toute la tradition mutualiste bretonne, la banque a contribué à l’essor de succès économiques connus de tous: du pâté Hénaff aux chantiers navals Piriou, de l’exceptionnelle aventure industrielle de Sermeta au soutien quotidien de la pêche et de l’agriculture bretonne.

Grâce à la dynamique engagée par Ronan Le Moal, son Directeur général, le groupe est devenu un grand champion européen du digital. Il est le premier investisseur français du monde des « Fintech » (Fortuneo, Leetchi, Younited Credit, Pumpkin…) avec plus de 100M€ investis en direct ces dernières années. Dans le paiement, Arkéa est même un leader européen respecté: tous les paiements d’Amazon arrivent à Brest !

Pour nous, Arkéa va au-delà de son rôle d’entreprise : elle est au coeur de la vie de toutes les Bretonnes et de tous les Bretons: du club de football local au Festival des Vieilles Charrues, c’est toute une région qu’elle dynamise, qu’elle soutient.

 

Une indépendance, 9 000 emplois et une région directement menacés
La tentative menée par le CM11-CIC de prise de contrôle d’Arkéa via la Confédération nationale du Crédit Mutuel est inacceptable. Au-delà des méthodes très critiquables employées, il nous apparaît étonnant que le CM11-CIC, concurrent sur la quasi-totalité de ses métiers, puisse mettre la main d’une telle manière sur une entreprise régionale indépendante depuis toujours et ne partageant ensemble tout au plus qu’une marque.
Si cette opération devait aboutir, les 2 000 emplois du siège et de ses filiales à Brest, à Rennes et à Nantes disparaitront à court ou moyen terme laissant exsangue une Bretagne et un Finistère déjà affaiblis. La suppression inévitable des emplois, agences et filiales redondants saignera un peu plus profondément notre région. Qui sera demain la banque qui investira massivement au capital de nos entreprises (plus d’un milliard investi ces dernière années par Arkea) ? Et que dire des emplois indirects qui se comptent par milliers !

 

Non à la centralisation !
La décentralisation n’est pas qu’une histoire d’institutions et de transfert de compétences aux régions. C’est avant tout la présence de centres de décision au plus proche des gens. Dans le privé comme dans le public. Noyer Arkéa dans un grand ensemble piloté depuis Paris serait à cet égard un signal terrible, trois ans après l’épisode des Bonnets rouges.

Dans cette tempête, nous soutiendrons Arkéa et ses trois dirigeants Jean-Pierre Denis, Ronan Le Moal et Anne Le Goff dans leur projet. Nous enjoignons toutes les Bretonnes et les Bretons, tous ceux qui saluent la vivacité du groupe, à se mobiliser et à souquer ferme ensemble.”

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.