Brest : l’organisation de la course des “Ultim” peine à rassembler

0

Brest, jeudi 22 février 2018, le groupe des élus Brest Nouvelle Alternative réagit sur l’organisation de la course des “Ultim”, régate en solitaire autour du monde au départ de Brest.

“Malgré les propos désagréables de François Cuillandre, les élus du groupe Brest Nouvelle Alternative ne sont pas opposés à
l’organisation d’ une belle course de bateaux au départ et à l’arrivée de Brest.

Mais ce n’est pas le fruit du hasard si 19 élus de toutes tendances confondues, sur les 55 du conseil municipal, ont suivi le propos de Michel Calonnec et jugé que les conditions n’étaient pas réunies pour approuver les modalités de cette course, quitte à se faire traiter de « ouin ouin».

Rappelons qu’il nous a été demandé d’approuver-pour un budget devant atteindre 6 M€- la tenue d’ une régate en solitaire autour du monde réunissant à ce jour quatre bateaux. Une régate organisée, dirigée et jaugée par les propriétaires de ces quatre trimarans ainsi que le collectif des “Ultim” composé des mêmes personnes. Ceci permettant d’écarter certains bateaux jugés trop petits comme les “MOD 70″ avec leurs 21 mètres mais aussi les véritables multicoques ultimes tels que Spindrift 2, supérieurs à 32 mètres.

Le maire de Brest s’est risqué à faire le parallèle entre le Vendée Globe Challenge et son budget de 13 M€ ; le Vendée Globe aligne
30 bateaux de 10 nationalités différentes sur une course de 124 jours. Brest Ultim Sailing ferait  à côté figure de parent pauvre avec,
dans le meilleur des cas, une demi-douzaine d’unités franco-françaises sur la ligne de départ d’une course périlleuse de 50 jours.
Brest Nouvelle Alternative est évidemment favorable à la création d’un tour du monde de trimarans en solitaire, mais nous souhaitons
que cette régate des «Ultims» habilement organisée en tout petit comité (mais avec un gros budget!) se transforme en une véritable
compétition internationale, ouverte à tous les bateaux multicoques répondant à cette notion d’ultimes, sans restriction de logos, marques, ou de taille maximum.

Si l’intérêt sportif de la course est sujet à caution,et c’est le cas à l’heure actuelle, la couverture médiatique risque de ne pas être à la hauteur des attentes, ce qui compliquera la recherche de sponsors. Et faute d’une participation privée suffisante, se présenteront alors deux options : abandonner la course, ou mettre une nouvelle fois à contribution Brest’aim, et donc, notre collectivité. Pas sûr que le contribuable brestois l’entende de cette oreille…”

Les élu.e.s du groupe Brest Nouvelle Alternative

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here