Fin d’aventure pour l’application sensuelle bretonne B-Sensory

0

La page Facebook de l’application B-Sensory est en berne. Elle vient d’annoncer la mise en liquidation judiciaire de la société qui l’a développée : la startup brestoise E-Sensory. Le concept de l’application est de connecter la lecture de textes érotiques numériques avec un sextoy baptisé Little Bird. Ce principe liant l’imaginaire à la technologie est intelligent dans une société où le nombre de personnes vivant seules va croissant.

Cela semblait pourtant avoir bien commencé. Le produit a remporté en janvier 2016 un CES Innovation Award à Las Vegas. La société a recensé plus de 250 articles de presse à ce sujet en France et à l’International. Leur stand avait reçu la visite du futur président Emmanuel Macron. Il s’était volontiers prêté à l’exercice du selfie avec la porteuse du projet, visiblement séduite. Le concept a également été récompensé en octobre 2016 par un Grand Prix de l’Innovation d’Argent lors de la Foire d’automne de Paris. Pourtant dès mai 2017, la société subissait une petite désillusion. Après trois jours de tournage pour M6, elle fut priée de quitter la Foire de Paris par les responsables du Concours Lépine. C’est quand même un comble de s’appeler « Lépine » pour être coincés sur les sujets liés au sexe.

Difficultés de développement de B-Sensory

L’équipe de B.Sensory a annoncé la mise en liquidation judiciaire et fait le bilan : « Malgré tous nos efforts, nous n’avons jamais réussi à nous remettre des problèmes de production successifs du Little Bird qui ont fragilisé notre trésorerie et freiné notre développement. Il nous reste un mois pour trouver un repreneur pour B.Sensory ». Le problème était donc surtout matériel et technique. Car, sur le plan de l’imaginaire, le blog annonce une soixantaine d’auteurs de textes érotiques. Le succès frappait à la porte.

Peut-être aussi le projet était-il un pari sur le succès du livre numérique. Malgré l’optimisme initial, ce format ne marche pas, du moins pour l’instant. Il lui faudra beaucoup de temps pour s’imposer éventuellement. Le cas échéant, le concept B.Sensory peut finir par trouver sa voie. Le format numérique pourrait être particulièrement adapté au domaine de l’érotisme. Le succès de la littérature érotique pour femmes est avéré. La série de romans « 50 nuances de gris » a aussi cartonné dans les librairies de la région. Dans les dernières années, les romans érotiques de deux auteures bretonnes, Sonia Eska et Camille Revlann, ont rencontré le succès. C’est peut-être, pour les hommes, un triste constat, mais les femmes n’en finiront sans doute pas de rêver au plaisir, même en Bretagne.

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.