Maritime : après l’ Amoco Cadiz, l’Olympic Bravery … où en est la sécurité passive embarquée ?

0

Brest, mardi 6 mars 2018, après les naufrages des navires Olympic Bravery, Amoco Cadiz et bien d’autres, la CGT des Marinspose la question centrale de la sécurité des équipages, proposant l’obligation à tous les navires civils et militaires d’installer les systèmes SMIT BRAKET et JLMD FOR SYSTEM.

La sécurité passive embarquée devrait être obligatoire sur tous les navires « civils et militaires », le SMIT BRAKET et le JLMD FOR SYSTEM  installés sur tous les navires, y compris sur les navires équipés de moteurs dit « Dual fuel ». Afin d’affronter sereinement le sauvetage des navires transporteur de gaz liquéfié des équipes de sauvetage doivent être formées rapidement !

Les projecteurs sont braqués durant une courte période sur les naufrages successifs survenus au large de la Bretagne dans les années 70 et plus précisément sur celui des pétroliers « OLYMPIC BRAVERY » dont le naufrage suscite  toujours des  interrogations 42 ans après le naufrage et  «AMOCO CADIZ».

Une belle opportunité pour le Syndicat CGT des Marins du Grand Ouest de rappeler la lente évolution de la sécurité dans le secteur du transport maritime. Mais aussi de rappeler les risques du gigantisme des navires et la course effrénée depuis 15 ans au toujours plus grand et plus haut (porte-conteneurs, paquebots et autres navires).Et une autre époque se prépare avec les navires sans Equipage.

Des naufrages successifs polluèrent  le littoral Français sur des centaines de kilomètres. Après chaque naufrage des discours sont tenus, de nouveaux  textes sont élaborés, « plus ou moins appliqués et applicables » des milles feuilles administratifs édités, ces derniers  rendent parfois encore plus difficile la tâche des Inspecteurs des Centres de Sécurité des Navires, qui ne sont plus qu’une centaine en France, avec de tel effectifs la mission est devenue impossible.  Le Syndicat CGT des Marins du Grand Ouest dénonce sans cesse et avec force, la mise en concurrence des ports mondiaux, au détriment de la sécurité maritime, les échanges doivent s’effectuer et tant pis pour les conditions sociales des Marins et la sécurité maritime !

Sans aucun corporatisme, le Syndicat CGT des Marins du Grand Ouest, défend toutes les activités maritimes en mettant au centre des activités l’Homme le Marin, le pavillon, la sécurité passive embarquée et la sécurité maritime. La prévention doit être une priorité absolue de la part des Armateurs, les seuls à pouvoir et devoir la faire évoluer ! En cas de difficultés rencontrées par ces navires de plus en plus « gigantesques» de plus en plus dangereux par le volume des divers produits transportés, mais aussi parfois par le manque d’effectif, de Marins confirmés etc… « Le Syndicat CGT des Marins du Grand Ouest ne s’explique toujours pas un accident comme celui survenu le 6janvier 2018 à 180 milles de Shanghai dans lequel 32 Marins perdirent la vie. Plus de 120 navires chaque année en toute indifférence».

Le Syndicat CGT des Marins du Grand Ouest à interrogé des experts du remorquage et du sauvetage en mer, ils sont tous unanimes pour dire que l’accident d’un navire gazier (qui seront au nombre de 500 en 2020) sera  beaucoup plus complexe à gérer que tout autre accident de navire, ainsi que celui  par mauvais temps d’un porte-conteneurs s’il y a des conteurs à l’eau ! Par ailleurs  le contexte gaz appelle des approches prudentes dû à l’instabilité de ce fluide. Les températures extrêmes mises en jeux (-150 degrés) nécessitent des matériels spécifiques et coûteux. Le remorquage, reste la phase cruciale pour désamorcer la crise avant qu’elle ne tourne en catastrophe, elle devient très complexe. La taille des navires, la  nature des marchandises, les fluides transportés, rendent instables et imprévisibles les situations de crise. Même si sur le papier le gigantisme des navires et le danger qu’ils représentent est désormais intégré dans les plans ORSEC Maritimes et autres, nous pensons que « la réalité du danger nous a dépassé », il faut donc désormais  l’accepter et prévenir par la loi si nécessaire

Tous les navires  doivent être équipés de SMIT BRAKET et le JLMD FOR SYSTEM, pour certains navires, la question ne se pose même pas, ces nouveaux navires seraient-ils équipés de moteur dit « Dual Fuel ». Le Syndicat CGT des Marins du Grand Ouest demande aux  Armateurs sérieux, des assureurs, des sociétés de classification une lucidité suffisante, les bons réflexes afin de nous prémunir de catastrophes humaines et environnementales ! Une occasion de contrer tous les reportages qui présentent le transport maritime comme le plus grand pollueur de la planète !

Pour le Syndicat CGT des Marins du Grand Ouest

Jean-Paul HELLEQUIN Secrétaire adjoint et porte-parole

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.