Pays Basque : La sculpture de la paix érigée à Bayonne

0

Dimanche 8 avril 2018, L’œuvre de l’artiste gipuzkoar Koldobika Jauregi a été inaugurée ce dimanche 8 avril à Bayonne, esplanade Roland Barthes, un an jour pour jour après le désarmement d’ETA.

En partenariat avec le média Mediabask et avec leur accord nous partageons leur information

Jean rene Etxegarray, maire de Bayonne, lors de l’inauguration de la sculpture “Arbolaren Egia” offert par Bake Bidea a Bayonne, Dimanche 8 Avril 2018. (Photo Bob Edme)

300 personnes se sont rassemblées ce dimanche matin sous une pluie fine et continue pour inaugurer la gigantesque sculpture dénommée “Arbolaren egia” (la vérité de l’arbre). Cette sculpture en acier corten et en fer forgé mesure quatre mètres de longueur et huit mètres de hauteur. De toute sa longueur, l’œuvre développe la métaphore de la floraison de la paix par l’enterrement de la hache. “La fin de la violence entraine avec elle la fin de ses symboles” assure l’artiste. Dans sa sculpture, la hache, une des deux composantes du symbole d’ETA, est représentée à l’envers, comme pour assurer que la violence de l’organisation armée est terminée. Une hache au bout de laquelle naît un arbre, symbole de paix et de vivre-ensemble. Selon le sculpteur, “il n’est pas rare que l’art s’inspire de la violence”, et de citer Guernica de Pablo Picasso ou Tres de Mayo de Francisco Goya.

Les prises de parole de cette matinée ont permis de soulever les malentendus autour de cette scuplture, pour toute oreille disposée à l’entendre. La présidente de Bake Bidea, Anaiz Funosas, le pasteur irlandais Harold Good, le sculpteur Koldobika Jauregi, le maire de Bayonne Jean-René Etchegaray et l’Artisan de la paix Michel Berhocoirigoin, ont tour à tour pris la parole, devant un parterre d’élus et d’acteurs du Pays Basque.

Parmi les élus, les parlementaires Max Brisson (Les Républicains) et Vincent Bru (Modem), les conseillères régionales Emilie Dutoya (PS) et Alice Leiciagueçahar (EELV), les conseillers départementaux Kotte Ecenarro (PS) et Marie-Christine Aragon (DVG). Cette dernière avait pourtant refusé, lors du dernier conseil municipal de Bayonne, de participer au vote pour la mise en place de cette sculpture, “préférant privilégier la cohésion du groupe d’opposition Bayonne Ville Ouverte”, pourtant très divisé sur d’autres questions. La garde rapprochée de Jean-René Etchegaray était présente avec de nombreux élus municipaux de son bord, ainsi que l’opposition abertzale de Baiona 2014 (Jean-Claude Iriart).

Dans l’assistance, étaient également présents Arkaitz Rodriguez, Rufi Etxeberria et Xabi Larralde (Sortu), Alain Iriart et Anita Lopepe (EH Bai), Arnaldo Otegi et Maialen Iriarte (EH Bildu), ainsi que les syndicalistes du Pays Basque Txiki Munoa et Amaia Munoa (ELA), Jeronimo Prieto (LAB), Michel Larralde (CFDT), Janot Lastiry (CGT)…

Le 8 avril 2017, ETA devenait officiellement une organisation “désarmée”. Un an après, avec l’annonce prochaine de la disparition d’ETA qui devrait intervenir “avant l’été” et la mise en place “dans un climat de confiance de discussions qui vont dans le bon sens concernant la question des prisonniers”, l’espoir d’une paix durable pour le Pays Basque est de plus en plus ancré au sein de la société. “Il nous a paru important de laisser une trace symbolique du chemin parcouru par la société civile et d’en assurer la transmission aux générations futures par le biais de cette sculpture, devant l’université de Bayonne” a conclu la représentante de Bake Bidea, structure à l’origine de ce projet. “Cette œuvre appartient dorénavant à tous, à l’image de la réussite du désarmement”.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.