La France soutient le militant tibétain Tashi Wangchuk, accusé de “séparatisme”

0

Mardi 22 mai 2018,par la voix de son ministère des Affaires étrangères, la France soutient le militant tibétain Tashi Wangchuk, accusé de “séparatisme”.

Faut-il  en rire ou en pleurer ? Faut-il se réjouir de la position française volant au secours d’un militant tibétain, ardent défenseur de la langue tibétaine,  au nom des Droits de l’ Homme, au moment où Le Premier ministre français et la garde des Sceaux ont présenté, à l’issue du Conseil des ministres du 9 mai 2018, le “projet de loi constitutionnelle pour une démocratie plus représentative, responsable et efficace“ où les langues régionales sont les grandes absentes du texte ?

Dans la disparition programmée des langues dites “régionales”, la France jacobine irréformable  n’ a aucune leçon à donner à la Chine dans ce domaine.

Communiqué de France Diplomatie

 

Chine – Droits de l’Homme – Condamnation de M. Tashi Wangchuk (22 mai 2018)

“La France regrette la condamnation à 5 ans de prison de Tashi Wangchuk, annoncée le 22 mai par le tribunal intermédiaire de Yushu, pour “incitation au séparatisme”. Tashi Wangchuk a joué un rôle essentiel dans la protection de la langue tibétaine dans le cadre des lois de la République populaire de Chine.

La France est attachée à la défense des droits de l’Homme. Elle considère que le dialogue entre les autorités chinoises et les populations locales est essentiel pour parvenir à une solution durable aux tensions au Tibet, respectant pleinement l’identité culturelle et spirituelle tibétaine, dans le cadre de la République populaire de Chine.”

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.