Un nouveau gouvernement pour la Catalogne

0

Mercredi 30 mai 2018, Le président de la Generalitat, Quim Torra, a nommé un nouveau gouvernement sans prisonnier ni exilé. Une annonce qui pourrait débloquer la situation politique de la Catalogne qui est toujours sous la tutelle de Madrid.

En partenariat avec le média Mediabask et avec leur accord nous partageons leur information

Quim Torra a nommé comme porte-parole, Elsa Artadi, une économiste fidèle comme lui de Carles Puigdemont. @Govern)

Le président catalan a signé, mardi 29 mai, un nouveau décret de nomination pour former un gouvernement en Catalogne. Ce dernier n’inclut plus d’indépendantistes emprisonnés ou exilés. Ces nouvelles nominations correspondent aux exigences du premier ministre espagnol, Mariano Rajoy.

Q. Torra  a finalement renoncé à nommer quatre ministres emprisonnés ou exilés en Belgique depuis la tentative de sécession de la Catalogne l’automne dernier. “Les conseillers emprisonnés ou exilés en Belgique expriment leur pleine confiance dans le président et sont d’accord pour que les institutions catalanes se remettent au service du peuple de Catalogne le plus tôt possible” indique le communiqué envoyé par les services de la présidence catalane.

Il indique par ailleurs que les anciens ministres maintenant évincés, Jordi Turull, Antoni Comin, Josep Rull et Lluis Puig, “ont toujours voulu faire partie de la solution et non du problème” et qu’ils dénoncent “le mauvais usage fait du droit et de la justice par les tribunaux espagnols”. Deux d’entre eux sont actuellement en détention provisoire tandis que les deux autres sont exilés à Bruxelles.
Le choix de ce nouveau gouvernement freine par ailleurs les critiques sur la parité dont souffrent Q. Torra comme les partis indépendantistes. Alors que seulement trois femmes siégeaient au sein de l’ancien exécutif, une parité quasi totale est maintenant respectée.

La nomination de ce nouvel exécutif devrait entrainer la levée par Madrid de la tutelle imposée à la Catalogne dans le cadre de l’article 155 de la Constitution. Cela fait désormais sept mois que la région est sans gouvernement et sous le contrôle direct de Madrid. Q. Torra avait dans un premier temps décidé d’inclure dans son exécutif les quatre anciens membres du gouvernement régional de C. Puigdemont emprisonnés ou exilés. Un geste qui avait été considéré comme une provocation par le gouvernement de Mariano Rajoy qui avait ainsi refusé d’avaliser son entrée en fonction et avait maintenu la mise sous tutelle par Madrid.

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.