Pays Basque : Le droit de décider revient en force

0

Dimanche 10 juin 2018,La chaîne humaine organisée par Gure Esku Dago a rassemblé 175 000 personnes le 10 juin. Grâce à cet événement qui a relié Donostia, Bilbo et Gasteiz, le débat sur le droit de décider est désormais plus présent dans l’agenda social, mais aussi politique.

En partenariat avec le média Mediabask et avec leur accord nous partageons leur information

 

175 000 personnes, main dans la main, en faveur du droit de décider. L’initiative Gure Esku Dago a de nouveau réussi son pari. Les citoyens de tout le Pays Basque se sont mobilisés une fois de plus pour exprimer leur souhait et revendiquer le droit de décider de leur futur.

En comparaison à la chaîne humaine qui avait eu lieu en 2014, celle de ce week-end avait un but plus pratique. Gure Esku Dago veut intégrer le débat dans le cadre de l’élaboration du nouveau statut pour la Communauté autonome basque actuellement en discusssion au Parlement de Gasteiz.

Les retraités, les travailleurs, les chômeurs, le mouvement féministe, les indépendantistes… La plupart des secteurs de la société civile étaient présents dans la chaîne humaine organisée entre Donostia, Bilbo et Gasteiz. Les amis catalans ont aussi soutenu l’action de Gure Esku Dago. Dans ce cadre, le président catalan Carles Puigdemont a souligné la force des deux pays-frères qui ont pour but des “républiques libres, démocrates, sociales et égales”.

En ce qui concerne les partis politiques, le PNV, EH Bildu et Podemos étaient présents. Le PP est le seul parti qui s’est clairement positionné contre.

Gure Esku Dago a fait un bilan très positif de l’action. Il s’agissait d’un défi du pays entier. Le travail mené ces quatre dernières années a réussi à installer de manière naturelle au sein de la société civile le débat sur le droit de décider. Reste à voir à présent de quelle manière le sujet s’intègrera en Navarre et au Pays Basque Nord.

 

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.