Guyot Environnement : À poste au Havre !

0

Mardi 12 juin 2018, Depuis son retour de la Transat AG2R La Mondiale (et sa belle 4e place à Saint-Barth), Pierre Leboucher n’a pas chômé. Le skipper de Guyot environnement a, en effet, enchaîné les navigations en Moth à foil, s’offrant même une victoire au National Waszp à Quiberon il y a trois semaines. Puis, il a repris intensément la préparation physique, bouclant dernièrement le GR20 en Corse en seulement quatre jours et 6 heures. Il s’apprête désormais à reprendre du service en Figaro Bénéteau à l’occasion de la Le Havre Allmer Cup, la quatrième épreuve comptant pour le Championnat de France Elite de Course au Large 2018. Le coup d’envoi de la course est programmé ce dimanche, en baie de Seine, mais avant ça, le Nantais va devoir s’atteler à remettre sa machine en route après deux semaines passées en mer sur le cargo retour des Antilles.

 

© COURCOUX Alexis

Fraîchement rentré de Corse où il a réussi le pari de boucler les 180 kilomètres et les 11 000 mètres de dénivelé du GR 20 en seulement quatre jours et six heures avec son binôme de la Transat AG2R La Mondiale, Christopher Pratt, Pierre Leboucher a rejoint Le Havre hier soir. Le navigateur avait, de fait, rendez-vous dès 7h45, ce mardi, pour participer au déchargement de son Figaro Bénéteau. « Le bateau a été mis à l’eau en milieu de matinée. Quelques pièces ont un peu rouillé. Dans l’immédiat, je vais travailler pour tout remettre propre et essayer de renaviguer au plus vite mais je ne suis pas très sûr d’avoir le temps d’aller m’entraîner avant le départ de la course », explique le skipper de Guyot Environnement, incertain donc de pouvoir prendre part aux deux jours de stage organisés sur place par le Pôle Finistère Course au Large à partir de jeudi. « Je préfère prendre le temps qu’il faut et m’assurer que tout est nickel », avance Pierre, toutefois évidemment très impatient de faire son retour sur l’eau, à la barre de son bateau vert.

Une belle épreuve de préparation

« Finalement, ça fait longtemps », détaille le double vice-champion du monde de 470 qui n’a plus mis les pieds sur un Figaro depuis son arrivée à Saint-Barth il y a près d’un mois. « Ça va faire du bien surtout que pendant la transat, on a essentiellement navigué entre 150 et 160° du vent. À présent, il va falloir se remettre dans le bain des manœuvres », explique le skipper qui sait que c’est précisément un point sur lequel il doit encore travailler. « De ce point de vue, je manque encore d’expérience, naturellement, mais le programme de la Le Havre Allmer Cup mixe des petits côtiers et un grand parcours de 400 milles. Ça va donc être une très bonne régate de préparation à la Solitaire Urgo – Le Figaro. Elle va me permettre de définir au mieux les points sur lesquels il va falloir que je travaille en juillet et en août », ajoute Pierre Leboucher qui ne se fixe donc pas d’objectifs précis de résultat, mais plutôt des objectifs de travail ces prochains jours, en baie de Seine. « C’est un plan d’eau sur lequel j’ai déjà navigué par le passé, que ce soit en 470 ou en Diam 24 OD. Il est intéressant car il y a du courant et du vent généralement instable. Je pense qu’il va y avoir beaucoup de petits coups à jouer. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.