Pour Emmanuel Macron, la Bretagne c’est du passé !

1

Vendredi 22 juin 2018, Nil Caouissin, porte-parole de l’Union démocratique bretonne, réagit dans la tribune ci-dessous aux propos tenus par Emmanuel Macron durant sa visite en Bretagne, et notamment au jugement porté sur la réunification de la Bretagne présentée comme “dépassée”. Pour l’Union démocratique bretonne, ces propos, et plus largement l’attitude du Président de la République, dénotent une vision fort peu démocratique de la relation entre l’Etat et les territoires.

Nil Caouissin

En déplacement présidentiel en Bretagne, Emmanuel Macron rejoue une fois de plus un cérémonial monarchique et paternaliste, se présentant comme l’homme qui apporte des solutions à la Bretagne, après avoir reçu les doléances de ses sujets ; doléances entre lesquelles il fait le tri selon son bon vouloir. Vous avez dit République ? Si seulement… Dans une démocratie moderne, les élus territoriaux sont à même de faire des choix politiques et d’apporter des solutions aux problèmes de la vie quotidienne ; ils sont comptables de ces choix devant leurs électeurs. Dans la Ve République gaullo-macronienne, rien de tel : les élus locaux servent à prier le monarque.

 

Si au moins les annonces avaient apporté des avancées sérieuses, on aurait pu, avec un peu de pragmatisme, passer sur la mise en scène. Hélas, le discours était creux, quand il n’était pas insultant. Nous aurons des parcs éoliens en mer, annoncés comme un grand marqueur environnemental ? Fort bien, mais ils étaient prévus depuis des années ; M. Macron a simplement annoncé qu’il n’annulerait pas l’engagement de l’État. La Bretagne doit-elle remercier l’État de tenir, pour une fois, sa parole ? Attendons la construction des premiers mâts…

 

La visite n’aurait pas été complète sans une démonstration de l’autorité transcendante lui permettant de classer les revendications politiques dans l’avenir ou dans le passé. Le thème de la reconstruction du lien entre l’Église et l’État, cher au Président, peut tout de même faire douter du sens qu’il entend donner à l’histoire. Une chose est sûre : la Bretagne est du mauvais côté. La volonté de sa population, de la plupart de ses élus, de milliers de militants, d’entrepreneurs, de responsables associatifs, de retrouver le cadre de la Bretagne unifiée, est à ses yeux « un sujet dépassé ». Quel cynisme de la part de l’ancien candidat qui déclarait, à Quimper même, que la Bretagne allait jusqu’à Nantes… Donner des gages aux partisans de la réunification les plus crédules pour gagner leurs voix, et se dédire une fois l’élection, voilà bien une pratique de « l’Ancien Monde » qui n’est pas près de disparaître ! Rappelons tout de même à ce sujet que plus de 75 % de la population de la Loire-Atlantique est favorable à la réunification. Mais peut-être la démocratie est-elle aussi un sujet du passé ?

 

Conscient, sans doute, de devoir lâcher un peu de lest sur ce sujet sensible en Bretagne, M. Macron se justifie en évoquant la qualité des coopérations entre la Région Bretagne et la Région Pays-de-la-Loire, qui rendrait superflue la réunification. Il n’a sans doute jamais été à Châteaubriant : il y constaterait la présence d’un mur de béton entre la ligne Châteaubriant-Rennes et la ligne Châteaubriant-Nantes, empêchant, par pur caprice politique, qu’une liaison ferroviaire efficace ne relie les métropoles rennaise et nantaise. Sans doute ne sait-il pas non plus que des parents d’élèves se voient refuser des ouvertures de classe bilingue breton-français dans la Loire-Atlantique, malgré des effectifs potentiels suffisants, en raison du choix de l’académie de Nantes, donc de l’État central, d’empêcher le développement de l’enseignement du breton sur son territoire. En réalité, la limite administrative séparant le pays nantais du reste de la Bretagne est bien, hélas, une frontière politique, que les coopérations régionales sont bien loin d’effacer.

 

Seule annonce qui ouvre la perspective d’une éclaircie pour la Bretagne, l’affichage d’une volonté qui reste à concrétiser de mettre en œuvre un droit à l’expérimentation en Bretagne et de faire évoluer les périmètres institutionnels pour assurer l’avenir de l’enseignement en breton, dans les écoles publiques, privées, et dans le réseau Diwan. Il y a en effet urgence. Mais on ne saura rien de plus précis. Il n’y a plus qu’à espérer que ces orientations seront rapidement mises en œuvre et qu’elles ne seront pas condamnées, dans un an, lors d’un nouveau discours de Quimper, à rejoindre les « sujets du passé »…

 

Nil Caouissin, porte-parole de l’Union démocratique bretonne

source www.federation-rps.org

1 COMMENTAIRE

  1. “Seule annonce qui ouvre la perspective d’une éclaircie pour la Bretagne, l’affichage d’une volonté qui reste à concrétiser de mettre en œuvre un droit à l’expérimentation en Bretagne et de faire évoluer les périmètres institutionnels”… Ben voyons, cela serait acceptable si la Bretagne n’était qu’une région. Par quel tour de passe-passe ne parle t-on plus de MINORITE NATIONALE en ce qui concerne la Bretagne? Aze e huñvreer c’hoazh!

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.