Brevet : Seaska appelle à se mobiliser lors du Tour de France

0

Mercredi 4 juillet 2018, Seaska a fait part de sa colère et de son mécontentent après que le rectorat a “séquestré” les copies du brevet des collèges des épreuves de sciences rédigées en langue basque. La fédération a accusé la politique du ministère de l’Education nationale de vouloir “achever” les langues régionales.

En partenariat avec le média Mediabask et avec leur accord nous partageons leur information

Conseil des ikastola pour le brevet en basque.

Au total, 179 collégiens des collèges Piarres Larzabal, Xalbador, Manex Erdozaintzi Etxart et les élèves de la 3ème du lycée Professionnel Bernat Etxepare seront pénalisés par la décision du rectorat. Ce dernier a appelé les centres d’examen afin que les copies de Sciences rédigées en euskara ne soient pas distribuées aux correcteurs.

Selon Seaska, la politique du nouveau gouvernement cherche à limiter les moyens d’enseignement des langues régionales. Elle souhaiterait “ôter tout prestige aux langues, pour les limiter au cercle familial, sans qu’elles puissent être langues d’examens, comme en Bretagne, mais également au Pays Basque”.

Pour la fédération des ikastola, le président Emmanuel Macron a commencé à mettre en place ces nouvelles mesures afin d’attendre son objectif : “que la France soit le seul pays de la francophonie qui ne vit uniquement qu’en français”.

Seaska a dénoncé le fait que la création de postes d’enseignants n’a jamais été aussi “éphémère en 20 ans”. Pour la rentrée prochaine, pour une croissance attendue de plus de 230 élèves, le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer a prévu 5,5 postes de plus pour Seaska.

L’association a lancé un appel au Pays Basque à exprimer la colère face à cette politique “linguicide et coloniale, durant ces prochains jours, et notamment lors du passage du Tour de France au Pays Basque le 28 juillet”.

Enfin, dès demain matin, mercredi 4 juillet, un rassemblement appelé par les parents d’élèves et les enseignants est organisé à partir de 10h30 devant le Rectorat de Bordeaux, au 5 rue Joseph de Carayon-Latour.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.