Brevet : La Région en soutien de l’association Seaska

0

Jeudi 5 juillet 2018, Dans un communiqué datant du mercredi 4 juillet, le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine affirme son soutien à l’association Seaska dans le cadre de la non prise en compte de certaines copies du Brevet composées en langue basque.

En partenariat avec le média Mediabask et avec leur accord nous partageons leur information

Une centaine de personnes s’est rassemblée devant le Rectorat de Bordeaux ce mercredi, huit d’entre elles se sont enchaînées. (@iurrebidegain)

Le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine soutient l’interpellation que la fédération des ikastola a lancée afin de protester contre la non prise en compte des copies du Brevet des 179 collégiens composées en langue basque sur leurs épreuves de sciences.

Pour Charline Claveau-Abbadie, conseillère régionale en charge des langues régionales, “la reconnaissance des langues régionales est au cœur du projet de la Région qui la met en œuvre avec les acteurs, les associations et dans un dialogue construit de longue date avec le Rectorat”. Elle indique ainsi “qu’il est donc important que les objectifs communs soient respectés et qu’en tout premier lieu les collégiens ne soient pas pénalisés”.

En période de réformes, notamment celles en cours du baccalauréat et du lycée par l’Education nationale, le président de la République avait affirmé le 21 juin dernier son attachement aux langues régionales lors de son déplacement à Quimper : “les langues régionales jouent leur rôle dans l’enracinement qui fait la force des régions. Nous allons pérenniser leur enseignement”.

Le Conseil régional regrette ainsi que les faits contredisent cette position à quelques jours d’intervalle. Des contradictions qui ne devraient avoir lieu “tant dans la mise en œuvre des accords en cours au travers des conventions passées entre les collectivités et l’Education nationale, que dans les projets de réforme”.

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.