La Bretagne n’est pas à vendre, action Dispac’h à Carnac

1

Dimanche 22 juillet 2018, pour protester contre la spéculation immobilière sur le littoral breton, le collectif Dispac’h a mené une action ce dimanche sur une plage de Carnac.

Nous nous sommes rendu à Carnac, dimanche 22 juillet, pour dénoncer la spéculation immobilière sur le littoral breton dont les résidences secondaires et la mono-activité touristique sont la cause principale.

Aujourd’hui les jeunes, les travailleuses et travailleurs, les personnes les plus précaires, ne peuvent accéder facilement aux logements sur la côte du fait de cette spéculation.

Après avoir collé des centaines d’affiches sur les volets fermés au cours du printemps, ils se sont maintenant ouverts et nous amenons notre revendication une fois de plus sur le terrain.

Nous avons planté 80 croix sur la grande plage de Carnac symbolisant ainsi la mort des communes littorales durant la basse saison. Nous avons pu échanger avec des propriétaires de résidences secondaires ou tout simplement des touristes qui dans l’ensemble comprenaient nos revendications. L’accueil a été bon !

Pour rappel, 14% des logements bretons sont des habitats secondaires. A Carnac ce pourcentage monte à 73% avec plus de 6 000 logements vides les trois quarts de l’année ! Le choix du lieu de l’action n’est donc pas anodin. Le maire de Carnac s’était aussi exprimé sur le taux hautement indécent de résidences secondaires dans sa commune. Avouant que cette problématique lui revenait souvent aux oreilles de la part de ses administré.e.s. Visiblement celui-ci tend la sourde oreille aux quelques rares habitant.e.s permanents de sa commune… puisque rien n’est fait pour inverser la situation !

C’est pour cela que nous étions à Carnac dimanche, c’est pour alerter que partout en Bretagne, des Moutiers en Retz jusqu’à Ouessant, le tout tourisme et la spéculation qui en découle ne permettent pas un développement harmonieux et durable du territoire. Que la jeunesse ne veut plus se faire exclure du littoral à la basse saison et servir uniquement de main d’oeuvre à bas coup et docile car précaire !

Breizh n’eo ket da werzhañ !
La Bretagne n’est pas à vendre !

1 COMMENTAIRE

  1. Ya, re wir eo !
    Ur stourm all da gas : a-enep al linennoù a lakaio an TTB da vont buanoc’h… Hag a gaso muioc’h a Barizianiz leun a arc’hant en o chakodoù, ar pezh a lakaio priz an tiez da greskiñ !

    Oui, c’est bien vrai !
    Un autre combat à mener : s’opposer aux lignes qui permettront au TGV d’aller plus vite… Et qui fera venir plus de Parisiens les poches pleines d’argent, ce qui fera augmenter le prix de l’immobilier !

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.