Pays de Galles -Bretagne : Cruelle comparaison !

0

Mardi 7 août 2018, À l’occasion du festival interceltique de Lorient, le premier ministre du Pays de Galles est intervenu ce lundi 6 août lors d’une conférence au Moustoir pour discuter de l’avenir de la Bretagne et du Pays de Galles, de leurs cultures, de leur rapport au monde.

S’il existe de nombreuses similitudes entre les deux pays sur le plan linguistique, culturel, géographique, la comparaison est en revanche cruelle pour la Bretagne sur le plan politique. Notre dépendance persistante à l’égard de Paris contraste fortement avec l’autonomie construite progressivement au Pays de Galles ces vingt dernières années.

À titre d’exemple, le gouvernement gallois s’est fixé pour objectif de faire passer le nombre de locuteurs du gallois de 500 000 à 1 million d’ici à 2050. Si l’objectif semble relativement ambitieux, le gouvernement gallois a objectivement les moyens de l’atteindre via l’éducation, les médias, l’utilisation de la langue dans l’administration et les services publics… Du côté de la Bretagne, les projections actuelles mèneraient à environ 50 000 locuteurs seulement en 2050, soit quatre fois moins que dans les années 2000 et vingt fois moins qu’au début du XXème siècle. En cause, le budget dérisoire de la politique linguistique régionale (d’ailleurs en baisse) et les obstacles politiques à l’utilisation du breton dans la sphère publique et privée.

Ce seul exemple résume bien le fossé béant qui sépare une région dépendante et amputée d’un département d’une région autonome, malgré leur proximité initiale. Il faut aussi s’en représenter les conséquences dans le domaine de l’emploi, des transports, de la santé, des relations internationales… Combien de temps les Bretons accepteront encore de voir leur avenir décidé à Paris ?

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.