Solitaire Urgo-Le Figaro : Erwan Tabarly « L’envie de revenir l’an prochain en Figaro 3 »

0

Lundi 17 septembre 2018, On le sait, la Solitaire Urgo – Le Figaro est une course exigeante où la moindre petite erreur se paie cash, et parfois durement. Erwan Tabarly en a fait les frais sur cette 49e édition. Auteur d’une option malheureuse dans le Fromveur, à la pointe bretagne, dans la deuxième étape entre la baie de Saint-Brieuc et Ria du Muros – Noia, le skipper d’Armor-Lux a cumulé plus de deux heures de retard sur les leaders. Dès lors, impossible d’espérer se refaire et ce malgré trois autres belles manches (6e, 4e et 4e). Un coup dur pour le marin Fouesnantais qui nourrissait légitimement l’ambition de remporter la course, mais qui affiche d’ores et déjà la motivation de revenir en 2019, en Figaro 3 cette fois, pour un autre match, une autre histoire.

 

Qu’allez-vous retenir de cette 49e Solitaire du Figaro ?
« Assurément mon passage dans le Fromveur. C’est une erreur qui m’a coûté cher : au moins dix places au général. Elle m’a plombé ma course car même avec trois belles manches par ailleurs, je n’existe pas au général (16e). C’est dommage et forcément je suis déçu. Maintenant, au-delà du résultat, il y a eu pas mal de belles choses comme le bord de portant dans la brise entre Le Havre et l’Angleterre dans la première étape. Un bord engagé on va dire. Ça a été un moment sympa de l’épreuve. Même chose pour le début de la troisième étape entre Ria de Muros – Noia et Saint-Gilles-Croix-de-Vie. A chaque pointe, le long de l’Espagne, des écarts monstrueux se créaient puis tout le monde finissait toujours par se regrouper ensuite. On a pensé que certains prendraient cher mais au final, pas du tout. Tout le monde est arrivé en même temps. Ce sont des choses qui rendent cette Solitaire magique, mais ingrate aussi. On ne sait jamais ce qu’il va se passer. »

Quid de la suite ?
« Mon sponsor souhaite continuer mais je dois néanmoins trouver un co-partenaire. J’ai très envie de me battre pour faire du Figaro 3 l’an prochain. Je suis sur le circuit depuis 18 ans maintenant. J’ai montré de belles choses, fait de bons résultats et c’est vrai que la motivation s’est un peu essoufflée au fur et à mesure, ce qui est normal. D’ailleurs, si le Figaro 2 était resté, ça aurait été ma dernière Solitaire cette année, mais le fait que l’on change de support me motive énormément. Cela va relancer le jeu et donner un nouvel élan. C’est stimulant d’avoir plein de trucs à réapprendre : le bateau, les manœuvres… D’ailleurs, pas mal d’anciens ont annoncé vouloir faire leur retour, comme Michel Desjoyeaux entre autres. C’est sympa et ça promet d’être super intéressant. Ce serait donc dommage de ne pas être là ! »

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.