8ème Défi Azimut et dernier test avant La Route du Rhum

0

Du 21 au 23 septembre à Lorient La Base, le 8 ème Défi Azimut réunira un plateau assez éclectique avec 15 IMOCA en lice, un record ! Une épreuve devenueincontournable dans le calendrier de la classe IMOCA, même si elle ne compte pas pour les Globe Series. A un mois et demi de la Route du Rhum-Destination Guadeloupe, les marins pourront ainsi se confronter une dernière fois. Vendredi à 17h, ils prendront le départ d’une course intense de 24 heures en solitaire. Dimanche, ils disputeront des runs, puis s’affronteront en équipage autour de l’île de Groix.

 

© JM Liot / Défi Azimut

Sur les 22 inscrits à la Route du Rhum-Destination Guadeloupe en IMOCA, pas moins de 15 participeront au Défi Azimut. C’est dire à quel point l’événement est implanté dans le paysage de la classe. « Pour l’IMOCA, désormais basée à Lorient, le Défi est une belle occasion d’échanger avec les skippers, les équipes, les partenaires », souligne Antoine Mermod, Président de l’IMOCA.

« Une confrontation précieuse »
L’événement débutera par une course de 24 heures en solitaire (départ vendredi à 17h) et permettra aux marins de se situer par rapport à la concurrence mais aussi d’identifier les axes de travail pour les dernières semaines de préparation. « A cette période de l’année, les bateaux sont prêts, en configuration Route du Rhum et cette confrontation de haut niveau est précieuse », explique Louis Burton, résumant bien l’état d’esprit général des coureurs qui apprécient par ailleurs ce week-end placé sous le signe de la convivialité et du partage.

Bataille entre foilers !
Près des deux tiers des inscrits au 8ème Défi Azimut sont des foilers. Neuf des 15 IMOCA en lice sont en effet équipés d’appendices porteurs. Tout le monde attend avec impatience d’assister à la première confrontation du magnifique Charal de Jérémie Beyou qui prend en main sa nouvelle machine et vient de boucler son parcours de qualification pour la Route du Rhum (1200 milles en solitaire). « Je viens sans aucune prétention sportive, ce qui n’est pas dans mes habitudes ! », indique Jérémie. « Avec l’équipe nous sommes encore en phase de découverte et de fiabilisation de cet IMOCA très complexe. Il faudra du temps pour le prendre en main et en tirer le meilleur. Le Défi Azimut va me permettre de prendre mes marques en mode course et de continuer à fiabiliser le bateau. »
Gagnante de la dernière épreuve disputée en IMOCA, la Dhream Cup, la Britannique Sam Davies (Initiatives-Cœur) s’engage avec des ambitions élevées : « Le niveau va monter d’un cran sur le Défi Azimut avec plus de concurrents, plus de foilers. Ce sera donc plus compliqué de décrocher un podium. J’aimerais naviguer « propre » et faire les bons choix pour accrocher les autres foilers, et notamment les IMOCA de la génération 2016. »
Fabrice Amedeo (Newrest-Art et Fenêtres) analysera aussi de très près les performances des autres IMOCA à foils : « Il va être très intéressant de surveiller Vincent Riou et PRB – c’est un bateau de 2010 sur lequel il a été ajouté des foils, mais qui sort plus léger que la génération 2016. Quant à Ucar-St Michel, on connait le potentiel du bateau qui a été largement démontré par Jean-Pierre Dick, puis Yann Eliès qui hérite d’une monture éprouvée. Et je vais particulièrement suivre les performances d’Arnaud Boissières (La Mie Câline – Artipôle) et d’Alan Roura (La Fabrique) avec qui je me suis mesuré pendant le Vendée Globe et qui ont également mis des foils sur leurs bateaux. »

Le Défi Azimut sera la première course en solitaire de Boris Herrmann à bord de Malizia 2-Yacht Club de Monaco. « J’aimerais finir dans le bon groupe, disons en première partie de flotte. Je ne lâcherai rien, tout comme mes concurrents », annonce le skipper allemand.
Seul marin à avoir participé à toutes les éditions du Défi Azimut depuis la création de l’épreuve en 2011, Louis Burton (Bureau Vallée 2) compte profiter pleinement de sa 8ème participation : « Mon projet étant basé à Saint-Malo, je n’ai pas tellement d’occasions de me jauger ainsi à la concurrence. C’est aussi pour cette raison que le Défi Azimut est un rendez-vous important pour moi. »

Tout le monde aura ses chances
Directeur de course du Défi Azimut, Jacques Caraës aura notamment pour mission de dessiner un tracé sur-mesure pour la course de 24 heures en prenant en compte les conditions météo attendues mais aussi l’équité sportive. « Nous proposerons un parcours équitable entre foilers et non foilers pour que chacun puisse y trouver son intérêt », confirme Jacques Caraës qui sera assisté dans sa mission par Guillaume Evrard, secrétaire Général de l’IMOCA. L’an dernier, c’est d’ailleurs Paul Meilhat (SMA) qui l’avait emporté, en double avec Gwénolé Gahinet. Immobilisé ces dernières semaines à cause d’une blessure, Paul aura à cœur de faire un retour gagnant.

Cinq autres skippers sont engagés sur des IMOCA à dérives droites. Après une jolie 2e place dans la Dhream Cup fin juillet, Isabelle Joschke (Monin) aborde le Défi Azimut avec beaucoup d’humilité. « Je ne me fixe aucun objectif au niveau sportif », confie la navigatrice. « Le Défi Azimut sera seulement ma deuxième course en solitaire en IMOCA, après la Dhream Cup. Mes objectifs sont plus personnels. Je souhaite naviguer en cohérence avec mon projet et mon état d’esprit, être dans les bons timings et surtout ne pas faire de grosses erreurs. »

Engagé sur son plan Finot-Conq de 2007, Stéphane Le Diraison participera à sa première course avec son nouveau projet sportif et sociétal, Time For Oceans. Dans le Top 5 de la Drheam Cup, Romain Attanasio (Pure-Famille Mary) souhaite poursuivre sur cette lancée et rester dans le bon wagon. A l’issue d’un été très actif durant lequel il a enchaîné les sorties, Manuel Cousin (Groupe Setin) viendra constater si le travail entrepris a payé. Erik Nigon(Vers un monde sans sida) participera pour la première fois à la grande course de 24 heures du Défi Azimut. Lui aussi tirera de précieux enseignements de cette confrontation intense et relevée.

Demandez le programme
Après le match en solitaire, disputé vendredi et samedi, les marins se retrouveront dimanche pour deux rendez-vous en équipage : des runs de vitesse puis un tour de l’île de Groix. Pour cette dernière épreuve, ils auront pour objectif, si les conditions le permettent, de battre le record établi en 2015 par Vincent Riou et son équipage : 1heure 08 minutes et 10 secondes.

____________________

Les inscrits au Défi Azimut 2018 :
Fabrice Amedeo (Newrest-Art et Fenêtres) – Foiler
Romain Attanasio (Pure-Famille Mary)
Jérémie Beyou (Charal) – Foiler
Arnaud Boissières (La Mie Câline-Artipôle) – Foiler
Louis Burton (Bureau Vallée 2) – Foiler
Manuel Cousin (Groupe Sétin)
Samantha Davies (Initiatives-Cœur) – Foiler
Yann Eliès (Ucar-StMichel) – Foiler
Boris Herrmann (Malizia 2-Yacht Club de Monaco) – Foiler
Isabelle Joschke (Monin)
Stéphane Le Diraison (Time For Oceans)
Paul Meilhat (SMA)
Erik Nigon (Vers un monde sans SIDA)
Vincent Riou (PRB) – Foiler
Alan Roura (La Fabrique) – Foiler

Le programme du 8ème Défi Azimut :

Vendredi 21 septembre :
– 17h : départ de la course de 24h en solitaire

Samedi 22 septembre :
– Dans l’après-midi : arrivée de la course de 24h

Dimanche 23 septembre :
– Runs de vitesse en équipage
– Tour de l’île de Groix en équipage

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.