Panier de Yoplait 0% au bœuf : la liste peu ragoûtante des animaux cachés dans nos aliments révélée par foodwatch

0

Jeudi 20 septembre 2018, Panier de Yoplait 0% au bœuf : la liste peu ragoûtante des animaux cachés dans nos aliments révélée par foodwatch
Insectes, porc, bœuf, etc. : toutes sortes de bestioles se cachent dans nos aliments et boissons sans que nous le sachions. Les industriels de l’agroalimentaire les utilisent à dessein mais se gardent bien de l’indiquer clairement aux consommateurs∙rices. Dans sa nouvelle enquête, foodwatch épingle une douzaine de produits connus. On n’y suspecte pas nécessairement la présence de ces animaux, ou bien leur présence est indiquée dans un jargon obscur. Parfois il est même impossible de savoir que le fabricant y a recours.

.foodwatch cible tout particulièrement avec une pétition Yoplait et son Panier 0% aux fruits rouges qui contient de la gélatine de bœuf mais ne le signale pas 

Parce que les consommateurs∙rices ont le droit de savoir, afin de choisir en toute connaissance de cause.

Paris, le 20 septembre. « Ils sont bons, ces yaourts à la viande ; ils sont bons, ces Youghli », déclamait Marina Foïs dans un fameux sketch des Robins des Bois. Une blague ? Non. Yoplait l’a presque fait. Les Paniers de Yoplait 0% contiennent en effet de la gélatine de bœuf mais ne l’indiquent pas clairement sur l’étiquetage qui mentionne juste « gélatine ». C’est également le cas de L’Authentique Petit Ourson Guimauve de Cémoi et des Chamallows Haribo qui contiennent de la gélatine de porc mais écrivent uniquement « gélatine ».

Excédée par les trop nombreuses arnaques sur l’étiquette, foodwatch lance une nouvelle pétition qui exige cette fois de Yoplait qu’elle renseigne la vérité en toutes lettres sur les emballages. « Les industriels de l’agroalimentaire savent pertinemment quand ils recourent à des ingrédients, additifs ou auxiliaires technologiques dérivés d’animaux. Nous avons nous aussi le droit de savoir pour choisir librement ce que l’on souhaite consommer ou pas. Yoplait doit renseigner la présence de bœuf sur son étiquetage », réclame Mégane Ghorbani, responsable de campagnes chez foodwatch.

foodwatch pointe également du doigt les indications sur l’emballage qui embrouillent les consommateurs∙rices. C’est par exemple le cas du mystérieux « shellac » (E904) – une sécrétion de cochenille asiatique – que l’on retrouve dans la glace Façon glacier, fraise & morceaux de meringue Carte d’Or (Unilever) ou encore sur les pommes bien rouges et luisantes Fuji, par exemple. Alors que rien, au rayon frais, ne laisse penser que les pommes ont été enduites de cette résine d’insectes.

Au rayon des bestioles peu ragoûtantes, l’Orangina rouge contient des carmins – un colorant issu de la cochenille. L’emballage du Comté AOP au lait cru bio chez Système U indique, lui, la présence de présure. Mais peu de consommateurs∙rices savent que cette présure provient en réalité de l’estomac de veaux abattus avant sevrage.

Pour établir cette liste peu appétissante, foodwatch a interrogé des dizaines de fabricants. Certains se sont refusés à répondre à propos de leur recours aux « auxiliaires technologiques » à base d’animal en particulier. Généralement utilisés lors du processus de transformation, ces auxiliaires technologiques – par exemple, de la colle de poisson pour clarifier les liquides – ne doivent pas obligatoirement être renseignés sur l’étiquette. Les fabricants préfèrent donc jouer la carte de l’opacité. Impossible pour les consommateur-trices de savoir.

Enfin, certains industriels de l’agroalimentaire jouent la transparence et affichent l’espèce des animaux cachés sur la liste ingrédients. Cela n’en reste pas moins inattendu. On trouve ainsi du bouillon de volaille dans des conserves de flageolets Cassegrain, de la gélatine porcine dansdes Viennois chocolat de Nestlé et dans du Tiramisu au rayon frais chez Carrefour ou de lagélatine de bœuf dans un Macaron aux Framboises Auchan.

A travers sa campagne « Arnaques sur l’étiquette », foodwatch dénonce le règne de la désinformation et permet aux consommateurs de faire pression sur les industriels de l’agroalimentaire pour qu’ils changent leurs pratiques abusives.

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.