Bob Escoffier sur tous les fronts !

0

Mardi 25 septembre 2018, C’est désormais dans moins d’un mois que s’ouvrira officiellement le village de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe à Saint-Malo. L’heure est donc au dernier coup de collier pour les marins. En ce qui le concerne, Bob Escoffier se concentre sur les derniers détails avec un objectif : avoir un bateau fin prêt, justement au moment du lancement de festivités. D’ici là, rien ne doit donc être négligé même si le planning du skipper de Kriter V – Socomore – Quéguiner reste, à l’image de cet été, bien chargé avec, entre autres, l’arrivée du trois-mâts barque Le Français dans la cité Corsaire et la sortie de son livre « La mer pour horizon », ce vendredi, mais aussi, bien sûr, les derniers entraînements en solitaire.

 

Depuis sa participation à le Drheam Cup – Destination Cotentin à la fin du mois de juillet dernier, Bob Escoffier n’a pas chômé. Le skipper malouin a, en effet, effectué les 1 200 milles nécessaires à sa qualification pour la légendaire Route du Rhum – Destination Guadeloupe avant d’attaquer un dernier gros chantier que le navigateur et son équipe ont terminé hier. « Nous avons essentiellement concentré notre travail sur la descente. L’accès à l’intérieur du bateau était très dangereux et plusieurs fois déjà, j’étais tombé. Nous l’avons donc repensé », indique Bob qui, pour mémoire, s’était salement blessé à la main en avril dernier, et qui souhaitait donc limiter les risques à bord de son voilier. « Il m’a fallu du temps pour me remettre de mon accident. De plus, ces dernières semaines, j’ai été très pris par la Solitaire Urgo – Le Figaro, course sur laquelle j’assurais le rôle de bateau suiveur à bord du catamaran Etoile. Je recommence néanmoins à naviguer la semaine prochaine », détaille le skipper de Kriter V – Socomore – Quéguiner qui a prévu des sorties à la journée en faux-solo essentiellement. « L’idée, c’est de sortir tous les jours entre 3 et 4 heures au début, puis d’augmenter progressivement la cadence d’ici au 24 octobre », indique Bob a qui il reste seulement quelques réglages à réaliser, notamment sur le pilote automatique.

 

Partager et laisser une trace

« Le bateau est quasiment prêt », assure le marin qui compte deux rendez-vous importants cette semaine, outre la conférence de presse de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe à Paris. En premier lieu, la sortie de son livre « La mer pour horizon » publié chez City Editions et préfacé par Serge Herbin. Le récit d’un homme qui a mis sa vie au service d’une passion : la mer. « Cet ouvrage broché de 256 pages retrace l’aventure d’une vie mais aussi celles de tous les bateaux que j’ai restauré et sauvé de l’oubli afin d’en laisser une trace », explique Bob Escoffier qui présentera son écrit à Saint-Malo ce vendredi, jour d’arrivée du trois-mâts barques (l’ex Le Kaskelot construit au Danemark en 1948 pour la Royal Greenland Trading Company et rénové en 1983 pour les besoins du cinéma) qu’il vient d’acquérir et de rebaptiser Le Français, comme l’ancien trois-mâts goélette de la première expédition Charcot au début des années 1900. « L’actualité est bien chargée mais c’est important d’avoir des buts. Cela permet de ne pas vieillir trop vite ou, à tout le moins, de ne pas s’en apercevoir », s’amuse le Breton qui trouve également le temps de rendre visite aux élèves de différents établissements scolaires, entre Saint-Malo et Laval. « Je leur raconte mon histoire et je réponds à leurs questions. C’est important de partager mon aventure avec ces jeunes qui, je l’espère, réaliseront un jour, eux-aussi, leurs rêves. ».

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.