Espagne : les archives de la guerre civile et du franquisme bientôt rendues publiques

0

Mardi 25 septembre 2018, Un rapport du ministère de la Défense espagnole indique qu’il souhaite rendre publiques les archives secrètes de la guerre civile et du franquisme.

En partenariat avec le média Mediabask et avec leur accord nous partageons leur information

La décision du ministère de la Défense n’est qu’un premier pas étant donné qu’elle affecte seulement les Archives d’Avila.

Le ministère de la Défense espagnole a réalisé les premiers pas afin de rendre les documents militaires de la guerre civile et de l’après-guerre accessibles aux universitaires, chercheurs et au grand public.

La commission en charge de classer les documents “secret-défense” a approuvé, le 4 septembre dernier, un rapport dans lequel elle recommande à la ministre Margarita Robles d’autoriser la consultation au public des archives regroupant les documents militaires antérieurs à 1968. Cette décision va donner accès à un fond documentaire très important qui était jusqu’à maintenant très difficile voire impossible de consulter. Les archives, placées sous le sceau de la confidentialité, couvrent la période de la guerre civile, de la répression franquiste et de l’après-guerre. Ils regroupent par ailleurs des informations sur la Division des renseignements de l’Etat espagnol.

Les documents militaires sont conservés aux Archives générales militaires d’Avila, un des centres de référence pour les études sur la guerre civile. En 2011, Carme Chacon, alors ministre de la Défense, avait indiqué que près de 10 000 documents de l’armée couvrant la guerre civile et l’après-guerre pourraient être déclassifiés. Des experts ont quant à eux évalué que cette quantité pourrait être multipliée par trois. Dans tous les cas, c’est ce travail d’analyse et de classement effectué à l’époque de C. Chacon qui a permis d’avancer rapidement. La ministre avait laissé la déclassification quasi achevée mais n’avait pu aller au bout de cette opération en raison de l’anticipation des élections. Son successeur Pedro Morenes, membre du Parti Populaire, avait quant à lui décidé de stopper net l’action de son prédécesseur. Il avait déclaré qu’il avait “d’autres priorités” et que le la publication de ces documents classés secrets n’avait d’autres intérêts que “le buzz médiatique”.

Cependant, à la différence de la démarche de Carme Chacon, cette fois-ci le ministère de Défense ne prévoit pas de déclassifier les documents. Le rapport de la commission technique conclut en effet que la loi franquiste des Secrets Officiels, même si elle est toujours en vigueur, n’a pas de caractère rétroactif. C’est à dire qu’aucun des documents antérieurs au 28 avril 1968, date d’entrée en vigueur de la loi, ne devrait être légalement classé comme secret.

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.