Cyberaction : Retrait du projet d’extension de la porcherie de Plovan et Plogastel St Germain

0

Lundi 15 octobre 2018, Après un an d’accalmie, les engins de terrassement ont repris pour la construction de la porcherie industrielle portant l’effectif à 30 000 porcs par an soit une production hebdomadaire de 500 porcs.

Une cyberaction est lancée depuis le 12 octobre par le site www.cyberacteurs.org.

 Proposée par Cyberacteurs, en partenariat avec Cafub (Collectif pour une Alternative aux Fermes-usines en Bigoudénie), elle sera envoyée à Ministre de l’Ecologie.

Elle prendra fin le : 12 janvier 2019

 

Vous aviez été 3584 en 2 jours à vous opposer lors de la seconde enquête publique

https://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=1165

Pour aller directement à la signature Cliquez ici

Communiqué Cafub du 7/10/2018

Le passage en force

Malgré l’opposition de milliers de personnes (4000 signatures dont 3600 sur notre site) et l’appui de toutes les organisations environnementales (eau et Rivières en particulier, Alerte à l’ouest…), le rouleau compresseur de l’agriculture productiviste, avec le soutien des services de l’Etat, est une fois de plus en action.
Pourtant, Mme Lefebvre commissaire enquêteur avait dit NON à cette extension sur caillebotis intégral : l’eau, l’air, la lumière solaire, la place sont rationnés drastiquement, ce type de production ne correspond plus à la demande actuelle. ( juin2016)
Mais le lobby porcin a des pouvoirs et c’est la première fois qu’on voit une nouvelle enquête publique pour le même projet se mettre en place au printemps 2017 avec bien évidemment une décision favorable, malgré une opposition encore plus forte .
Tout va bien et dans le meilleur des mondes !
Le Coderst (comité départemental de l’environnement…) donne son feu vert et le Préfet « pond » immédiatement son arrêté d’autorisation en juillet 2017
Nos recours ont été déposés et nous attendons … la justice est lente. L’exploitant n’a-t-il pas le temps d’attendre la fin des recours ?
Un an s’écoule et on apprend que la Sarl de la Vallée se restructure et évince le jeune agriculteur qui pourtant avait fait la demande de permis de construire . C’est donc l’exploitant proche de la retraite qui reprend l’affaire d’une main de maître.
Dans cette même ferme-usine, les Riverains ont déjà connu une situation analogue en cas de carence de l’agriculteur ou son départ, la situation se dégrade, les sociétés d’aliment du bétail gérant mal l’élevage (mouches, odeurs…)
Cet été, les bouffées d’air polluées étaient très fortes, on peut se demander si le lavage d’air est bien géré, les mouches aussi pullulaient sans oublier les bactéries, les poussières, les produits de traitements que l’on ne sent pas et pourtant la nouvelle porcherie n’est pas construite. Qu’en sera-t-il après ??
Ces jours derniers les allers et venues s’accélèrent : plus de temps à perdre, tant pis pour les routes, le contribuable paiera. Tout va tellement vite pour la filière porcine qu’un camion rempli de centaines cochons s’est renversé à Pluguffan!

Les cochons seront donc sur caillebotis, le lisier stagne dessous, la surface par porc est inférieure à 1 m².
L’air pur, l’eau, la lumière sont aussi rationnés, économie oblige. Un porc qui bouge trop, grossit moins vite!
Qui peut prétendre que ce sont les Meilleures Techniques Disponibles (MTD), mis à part les services préfectoraux qui ont validé ce projet!
Les antibiotiques sont toujours présents remplacés sans recul par d’autres médicaments, mais le mal est déjà fait, les résistances créent déjà une forte mortalité:
Salariés, riverains, exploitant sont en première ligne.
Ces porcs sont nourris avec des céréales de plus en plus traités du fait de la spécialisation des terres vers le maïs et les céréales . Concrètement, nous voyons ces engins de plus en plus larges et hauts, sillonner nos routes. Un de ces pulvérisateurs s’est même renversé dans un rond point ! En effet la limitation réglementée est rarement respectée (ça passe ou ça casse).
Le soja transgénique traité au glyphosate est aussi très utilisé dans l’aliment.
Ces produits phytosanitaires sont ou reprotoxiques ou cancérogènes ou précurseurs de maladies telles le Parkinson, bronchites chroniques … Ce n’est pas pour rien que les abeilles se plaisent mieux dans les villes sans traitements chimiques.
Tous ces produits se retrouvent dans nos aliments, les analyses de cheveux ou d’urine attestent de leur forte présence.

Nous craignons, dans ce contexte, pour l’état de l’eau : cette porcherie (Kerviel) c’est 15000m3 d’eau qui seront pompés dans un captage proche du ruisseau de Kergalan soit plus de 50m3/jour en été ; d’autres exploitations pompent aussi; pourtant la nouvelle station d’épuration diluera ses effluents dans ce même ruisseau. La zone de Trunvel Kergalan est en effet une zone faunistique d’intérêt international.
Pour les Riverains, les résidents les personnes vulnérables proches qui subissent nuisances et pollutions, c’est une catastrophe, l’exploitant n’attend même pas la fin des recours.
L’action en justice se poursuivra, car l’exploitant ne respecte pas les mesures qui lui ont été fixées par les services préfectoraux. Nous voyons que l’auto-contrôle a ses limites.
Les consommateurs méritent mieux, le boycott de ces productions porte ses fruits. Les reconversions s’accélèrent.
Nous réfléchissons aussi à des plaintes collectives contre la Sarl la Vallée et les services de l’Etat qui cautionnent.
Pour l’emploi, les techniques alternatives sur paille et/ou bio par exemple, ou sans traitements chimiques créent plus d’emploi. La Chambre de Commerce y travaille. L’usine Hénaff a fait un petit pas vers le bio…
En Conclusion, la Sarl de la Vallée peut aussi remettre en cause son projet et se reconvertir . Il n’est jamais trop tard. D’autres exploitants l’ont compris et la rentabilité est au rendez-vous.

CAFUB(Collectif pour une Alternative aux Fermes-usines en Bigoudénie)

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.