Malgré les incertitudes liées au Brexit, Brittany Ferries annonce une hausse de 2% du trafic passagers cet été et confirme son ambition d’une flotte « propre » au GNL

0

Roscoff, vendredi 19 octobre 2018, Brittany Ferries publie les chiffres du trafic passagers et fret pour le troisième trimestre 2018. Les résultats font état d’une saison estivale encourageante. Cependant, l’entreprise bretonne tire la sonnette d’alarme et met en garde contre les graves conséquences, notamment pour le Nord-Ouest de la France, si un accord sur le Brexit ne vient pas soutenir la libre circulation des personnes et des marchandises.

 

© Brittany Ferries

Les chiffres du 3è trimestre :
Au global, le trafic passagers a augmenté de 2 % au cours de la saison estivale (juillet-septembre), par rapport à la même période que l’an dernier. C’est la ligne Roscoff-Cork qui affiche la meilleure performance avec une hausse de 9% de passagers. Ce résultat reflète l’augmentation de capacité consécutive à l’arrivée du Connemara dans la flotte de Brittany Ferries en mai dernier. Le Connemara a également contribué à une hausse de 12% sur les lignes longues entre le Royaume-Uni, l’Espagne et l’Irlande.

La ligne la plus fréquentée de la compagnie, Portsmouth-Caen – qui transporte environ 30% des passagers – a enregistré une hausse de 2%.

Les lignes Plymouth-Roscoff affichent  un recul de 1% et  Cherbourg-Portsmouth de 9%  dû pour cette dernière à une saison plus courte du Normandie Express, le navire rapide de la Compagnie.

Les volumes fret globaux, pour la même période, ont diminué de 5%, passant de 47 815 à 45 649 unités.

Fréquentation de Juillet 2018 à Septembre 2018, par ligne :

Le Brexit, un enjeu majeur pour Brittany Ferries et les territoires
Depuis la toute première traversée transmanche le 2 janvier 1973, le jour même de l’entrée de la Grande-Bretagne dans la Communauté Economique Européenne, la Compagnie est devenue une entreprise internationale dont le cœur de l’activité est le tourisme britannique. Aujourd’hui, l’impact attendu du Brexit pour les régions du nord-ouest de la France est évident : la grande majorité des passagers britanniques ont pour destination la Bretagne, la Normandie et les Pays de Loire, stimulant ainsi les économies locales et l’emploi.

” Malgré les incertitudes du Brexit, la période estivale a connu une augmentation encourageante du trafic passagers “, déclare Christophe Mathieu, Président du Directoire de Brittany Ferries. ” Cependant, 85% de nos passagers étant britanniques, nous devons être bien conscients que le Brexit n’est pas seulement un problème pour le Royaume-Uni. L’incertitude, l’instabilité et le déclin de la confiance des voyageurs qui empruntent le Channel sont une entrave à notre croissance et au développement des régions que nous desservons.

Les réservations passagers pour l’été 2019 montrent déjà une tendance inquiétante à la baisse, aussi, il est urgent pour nous de tirer dès à présent la sonnette d’alarme.  Un mauvais accord Brexit, ou même peut-être pas d’accord du tout, pourrait avoir des conséquences négatives et significatives sur la Bretagne, la Normandie et les Pays de Loire, régions qui bénéficient directement des liens que nous avons tissés au cours des 45 dernières années.”

Une Compagnie résolument engagée dans la transition énergétique
Les engagements pris par Brittany Ferries  en faveur de la transition écologique et énergétique se renforcent toujours plus. En 2019, le Honfleur entrera en service sur la ligne la plus fréquentée de la Compagnie, Caen-Portsmouth. Il sera alors le premier navire français de transport de passagers propulsé au GNL (gaz naturel liquéfié) et le ferry le plus moderne et le plus grand d’Europe : long de 187 mètres, large de 31 mètres, de 42.000 tonnes pouvant accueillir près de 1.700 passagers, avec 257 cabines sur plus de 5.200 m2 d’espace passagers.

Deux autres navires suivront, dans le cadre d’un investissement de 450 millions d’euros destiné au renouvellement de la flotte.

Pour Jean-Marc Roué, président du Conseil de surveillance de Brittany Ferries, l’enjeu est de réussir à promouvoir une filière transport et service maritime qui utilise, avec le GNL, les avancées techniques pour servir la transition écologique.

” Avant 2025, gage d’exemplarité, la moitié de la flotte de Brittany Ferries devrait être renouvelée avec le choix du GNL, ce carburant propre qui sera celui du futur pour le secteur maritime. ”

Provenance et destination des britanniques en été 2018

 

A propos de Brittany Ferries
En 1967, un agriculteur du Finistère, Alexis Gourvennec, parvient à fédérer le Comité d’Etudes et de Liaison des Intérêts Bretons (CELIB) et la Société d’Economie Mixte du Nord-Finistère (SEMENF) autour d’un projet aussi novateur qu’ambitieux : contribuer au désenclavement de la Bretagne par son ouverture maritime aux partenaires traditionnels que constituent pour elle l’Irlande et la Grande-Bretagne.

En 1972 naît la compagnie BAI (Bretagne-Angleterre-Irlande), dont la première liaison transmanche est inaugurée, en janvier 1973, quand le navire Kerisnel quitte le port de Roscoff pour celui de Plymouth avec, à son bord, des camions transportant différentes productions légumières bretonnes. L’histoire de Brittany Ferries commence donc le 2 janvier 1973, c’est à dire 24 heures après l’entrée de la Grande-Bretagne dans le Marché commun. Une première réussite pour la toute jeune compagnie. Elle s’ouvre rapidement au transport passager, puis devient également opérateur de croisières.
Brittany Ferries s’imposera rapidement comme leader national du transport maritime français : un leader atypique, sous actionnariat privé, toujours détenu par une coopérative agricole bretonne et battant pavillon français.

Brittany Ferries en quelques chiffres aujourd’hui :
•    1er employeur de marins français
•    CA : Environ €450m+ par an
•    Entre 2.400 et 3.200 salariés (dont 1.700 marins), selon la saisonnalité de l’activité.
•    Environ 6.000 emplois indirects
•    2,7 millions de passagers
•    901.000 voitures
•    205.000 camions
•    11 navires
•    11 routes maritimes desservies entre la France, le Royaume Uni, l’Irlande et l’Espagne
•    11 ports : Bilbao, Santander, Portsmouth, Poole, Plymouth, Cork, Caen, Cherbourg, Le Havre, Saint-Malo, Roscoff
•    20.5 millions de nuités générées en Europe dont 9,4 millions en France

 

 

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.