Kantvloaziad an Arsav-Brezel Centenaire de l’Armistice – 1918/2018

0

Un drailh euzhus ne oa ken ar brezel 14-18 gant ar pennoů Stad oc’h ober o stal da dud all « er veli » a-benn gwareziń o lazioů personel ha kellidel. Dimp-ni, Bretoned, eo bet an trec’h-se :

 

– gloazadur an tiegezhioů freuzet gant marv unan eus o zud « en oad da vont d’an talbenn », ar re vac’hagnet, klańvadurioů bred diremed ar re manet bev, intańvezed, freuzioů-stal, poanioů-spered…

– galladur sevenadurel pobl Vreizh dre zivroań ar re wellań anezho ha, da heul, enbroań ar galleg e Breizh : gant ar brezel 14-18 emań dizamant ar brezhoneg war an diskar, fonnusoc’h eget deskadurezh ret Jules Ferry.

– galladur politikel ar gevredigezh vreizhat : ar stourmerion gozh, mezhus gant ar brezel, sachet d’o heul gant ar Stad da gaeraat ar stourm bet warno d’ober, dre ziskouez dreist-holl o c’hengred e-keńver o c’hamaradoů marvet er brezel.

– un dispign bras. En tu-hont d’al leveoů paeet gant gwir abeg d’ar re vac’hagnet, tud a labour a voe ranket kavout evit adsevel Bro-C’hall !

 

Un treuma don o deus bet ar Vretoned da ober gantań 100 vloaz zo.

 

Ar c’hard eus re varv ar c’hwec’hkorn kaset d’al lazh dre ar Frańs a oa Breizhiz. Gwellań tro da varrań diouer a galon an dilennidi, an dud ofisiel, ha diskennidi ar stourmerien-se eo dougen bri dezho e brezhoneg ha doujań da le ar stourmerion gozh deuet eus an talbenn, c’hoant ganto ma’z afe an 11 a viz Du d’ur gouel diarm a-benn lidań ar peoc’h.

 

Emań an emgav da 2 e. goude-merenn e leurenn ar Waremm, Gwened. Degasit ho Kwenn-ha-du !

 

 

 

La guerre 14-18 fut avant tout une horrible boucherie issue d’un règlement de compte entre chefs d’Etat et autres “hommes de pouvoir” protégeant leurs intérêts personnels et financiers. Pour nous, Bretons, cette victoire s’est traduite par :

 

– le traumatisme des familles brisées par la mort de plusieurs de leurs membres « en âge de partir au front », des individus mutilés, des lésions psychologiques irréversibles pour les survivants…

– l’acculturation du peuple breton par l’émigration de ses forces vives et l’importation du français en Bretagne qui s’ensuivit. Plus encore que l’instruction obligatoire de Jules Ferry, la guerre 14-18 marque le déclin inexorable de la langue bretonne.

– la politisation du conflit dans la société bretonne : les anciens combattants, honteux de guerre, ont été encouragés à justifier le combat qu’ils ont dû mener, notamment pour exprimer leur solidarité envers leurs compagnons tombés au front.

– Un coût financier élevé. Outre, les pensions versées à juste titre aux mutilés de guerre, une importante main-d’oeuvre fut mobilisée pour la reconstruction.

 

C’est un profond traumatisme que les Bretons ont vécu il y a 100 ans.

 

Le quart des hommes qui y laissèrent la vie sous les couleurs de la France étaient Bretons. Le meilleur moyen de pallier le manque de cœur ou de courage politique des élus, des officiels, des descendants des combattants, est de leur rendre hommage en leur langue, en respectant le vœu des anciens combattants revenus du front qui voulaient un 11 novembre sans arme, afin de célébrer la paix.

 

Le rendez-vous est fixé à 14 h. au plateau de Garenne, Vannes. Apportez vos drapeaux bretons !

 

 

Bertrand Deléon (Bemdez).

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.