Route du Rhum : Où sont nos navires ? mercredi 7 novembre

0

Mercredi 7 novembre 2018, Après deux jours de navigation dans des conditions difficiles, de mer et de vent, les solitaires se scindent en deux groupes : ceux qui ont choisi d’affronter le mauvais temps pour tenter d’atteindre les Açores ou Madère au plus vite, et ceux qui ont préféré s’abriter dans l’attente d’une fenêtre météo plus favorable. Car au final, on compte très peu d’abandons et modérément de casses irréparables en mer. François Gabart (ULTIME),  Thibaut Vauchel-Camus (Multi50), Alex Thomson (IMOCA), Yoann Richomme (Class40), Pierre Antoine (Rhum Multi) et Sidney Gavignet (Rhum Mono) mènent la danse dans leur catégorie.

 

© Yann RIOU

Il y avait eu 27 abandons sur la Route du Rhum-Destination Guadeloupe en 2014, la plupart lors des trois premiers jours de course. Ce mercredi, il n’y a que trois abandons officiels, ceux de Louis Burton (IMOCA-Bureau Vallée : fuite d’eau au niveau du puits de foil), Sébastien Josse (ULTIME-Maxi Edmond de Rothschild : flotteur arraché) et Samantha Davies (IMOCA-Initiatives Cœur : problème structurel de la coque). Même si on se doute qu’Armel Le Cléac’h (ULTIME-Maxi Solo Banque Populaire IX : chavirage au large des Açores) n’est pas en mesure de reprendre la course… Tout comme Isabelle Joschke (IMOCA-Monin : démâtage), Sam Goodchild (Class40-Narcos Mexico : démâtage) ou Willy Bissainte (Class40-C’ La Guadeloupe : échouage au Sept Îles).

En attente d’un nouveau départ

Mais pour le reste, ils sont quarante à s’être réfugiés dans un port de Bretagne ou d’Espagne en attendant que le golfe de Gascogne se calme. Une réaction qui marque le sens marin de ces skippers, face à une succession de perturbations actives sur l’Atlantique. Parmi eux, douze se sont déroutés pour réparer ou faire un break, à l’image de Lalou Roucayrol (Multi50-Arkema) qui est reparti de Porto ce mercredi matin après une pause méritée, de Yann Marilley (Rhum Multi-No Limit-BMP) après un pit-stop à Gijon tout comme Gilles Buekenhout (Multi Rhum-Jess), ou de Romain Rossi (Class40-Fondation Digestscience) reparti de Lorient. Une brève escale technique est aussi programmée pour Romain Pilliard (ULTIME-Remade Use it again), Sébastien Marsset (Class40-Campings Tohapi), Yannick Bestaven (IMOCA-Maître CoQ) ou Fabrice Amedeo (IMOCA-Newrest-Arts & Fenêtres) qui doivent réparer dans un port ibère, mais qui repartiront très vite.

De plus, la Direction de Course a prolongé au 7 décembre la fermeture de la ligne d’arrivée, afin de permettre aux « retardataires » d’être classés, soit cinq jours de plus au compteur pour traverser l’Atlantique : 3 452 milles entre Saint-Malo et Pointe-à-Pitre. Ce week-end, il sera ainsi possible de refaire route à partir des ports de Bretagne, et dès jeudi après-midi de repartir de la pointe espagnole ou des ports portugais. Voire après, puisque les conditions météorologiques vont radicalement changer la semaine prochaine avec l’installation d’un anticyclone dimanche, puis d’une dorsale dans le golfe de Gascogne. Une accalmie provisoire puisque l’automne est réputé pour son changement de climat avec une succession de dépressions sur l’Atlantique, avant la descente des hautes pressions polaires apportant frimas et brouillards…

En attendant, le mauvais temps est toujours d’actualité au Nord des Açores, même si cette journée de mercredi marque une (légère) pause côté état de la mer et force du vent. Pour preuve, les vitesses en hausse sensible de quasiment toute la flotte même les plus au Nord du golfe de Gascogne. Cette situation ne devrait toutefois pas durer plus d’une journée, puisqu’une troisième dépression est programmée pour la nuit de jeudi à vendredi. Mais à cette date, presque tous les solitaires en mer auront déjà « dégolfé »!

 

Où sont nos navires ?

Plusieurs avaries ont marqué ces trois premiers jours de la Route du Rhum-Destination Guadeloupe. Ainsi en ce mercredi soir, des solitaires sont, soit réfugiés dans un port de Bretagne, soit en route vers une escale technique ou un abri, soit en attente d’un arrêt définitif… Mais certains sont déjà repartis à l’image de Lalou Roucayrol (Multi50) de Porto ou de Yann Marilley (Rhum Multi) de Gijon.

Lien vers l’article

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.