Abandon de Bob Escoffier sur la Route du Rhum – Destination Guadeloupe

0

Dimanche 11 novembre 2018, Après avoir pris la sage décision de se mettre à l’abri dans le port de Roscoff afin de laisser passer les trois grosses dépressions qui ont dernièrement balayé le golfe de Gascogne et largement malmené les trois quart de la flotte, Bob Escoffier s’apprêtait à profiter de la fenêtre météo qui s’ouvre aujourd’hui pour repartir en course et rallier Pointe-à-Pitre à bord de Kriter V Socomore Quéguiner. Lors de son escale, le Malouin a constaté un problème de voie d’eau qui reste, à ce jour, mystérieux et qui ne lui permet pas d’envisager d’effectuer les 3 500 milles du parcours dans des conditions normales de sécurité. Pour le doyen de la compétition, qui espérait finir en beauté sa cinquième Route du Rhum, c’est évidemment un coup dur  !

 

© DR

Il y a une semaine tout juste que le départ de la 11e édition de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe était donné, à Saint-Malo. En marin avisé, Bob Escoffier avait alors annoncé son intention de préserver sa monture et, par conséquent, sa décision de se mettre à l’abri dans le port de Roscoff avant d’être imité par de très nombreux autres marins. « Concernant ce choix, je n’ai aucun regret. Le bateau a 40 ans et moi, je n’en ai plus 25. La raison a naturellement pris le dessus sur le reste.  Dans cette période d’attente, nous avons constaté que le bateau faisait un peu d’eau, ce qui nous a poussé à le mettre à sec pour déterminer le problème. Nous avons alors détecté une fissure sur l’une des stratifications à l’arrière mais celle-ci a vite été réparée par le chantier Yvin, à Roscoff, qui a fait du super boulot. Aussi, lorsque Karine Fauconnier, mon routeur, m’a contacté pour m’indiquer qu’une fenêtre s’ouvrait ce dimanche, je me suis préparé à partir dans la matinée, réservant notamment un semi-rigide pour m’accompagner jusqu’à ma ligne de départ, puis j’ai remis Kriter V Socomore Quéguiner dans son élément, ce samedi à 10 heures. Problème : lorsque je suis revenu sur les coups de 14 heures, j’ai trouvé de l’eau dans le fond de la coque. Nous avons estimé que le bateau prenait 25 litres par heure et ce, au port, sans que le bateau souffre par l’état de la mer », détaille Bob qui a passé tout l’après-midi d’hier à pomper, éponger puis sécher son monocoque pour tenter de trouver la fuite. En vain.

« J’avoue que j’ai un peu le moral dans les baskets parce que j’étais prêt à repartir aujourd’hui et à participer à cette course dans la course qu’il va y avoir avec tous ceux, comme moi, qui se sont planqués pour éviter le mauvais temps et qui repartent maintenant à l’assaut de l’Atlantique. Nous savons que le problème n’est pas structurel mais ce n’est toutefois pas rassurant de partir dans ce type de conditions, surtout après ma mauvaise expérience d’il y a quatre ans. Je n’ai pas d’autre choix que de jeter l’éponge et c’est extrêmement frustrant pour moi, même si je ne suis pas du genre à me laisser abattre. C’est difficile de devoir renoncer à un projet auquel on a, avec mes partenaires, consacré toute notre énergie depuis un an et demi mais c’est ainsi », a conclu Bob Escoffier qui va rallier Saint-Malo, son port d’attache, dès ce midi.

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.