Lettre d’une Gilet Jaune à Maggy Biskupski

0

Brest, mardi 20 novembre 2018,Tiphaine Beaulieu est une militante “Gilet Jaune” de la première heure, très active dès les premiers jours de la mobilisation, elle passe des heures sans compter pour apporter aides, conseils et réconfort auprès des autres manifestants passant la nuit autour d’un feu de palettes. Au moment d’une pause, elle pense à Maggy Biskupski, présidente, militante et porte-parole de l’association « Mobilisation des policiers en colère » décédée le 12 novembre 2018.

Lettre à Maggy

Très chère Maggy,

Il est 2h52. 44h que je ne dors pas pour soutenir les gilets jaunes, non que je sois une gauloise réfractaire et encore moins une bretonne illettrée et rustre mais parce que la situation que chacun de nous vivons est insupportable. Nous avions eu l’occasion d’en échanger brièvement au moment où j’étais la porte parole des marcheurs en colère, je ne vais revenir dessus. Je t’écris ce soir pour saluer ta mémoire et ton combat. Nous nous reconnaissions dans le fait d’être des lanceuses d’alerte chacune dans le domaine que nous maîtrisons : toi dans le courage de la vérité, le courage de dénoncer les pratiques dans la Police nationale et moi dans la corruption des politiques. J’ai souvent espéré que nous allions un jour pouvoir retrouver une vie plus sereine car l’une comme l’autre avons cette quête interne, ce souci de justice et de respect de chaque individualité, je dois t’avouer Maggy que malheureusement c’est toi qui avais raison, raison de ne plus espérer, raison de dire que nos politiques étaient si corrompus qu’ils allaient tous nous conduire dans un monde qui ne ressemble plus à rien. Ce soir, alors que j’essayais de faire de la médiation entre un jeune et un policier, j’ai constaté avec déception et beaucoup de tristesse ce monde que nos politiques ont insidieusement créé. Un monde où les humains ne peuvent plus communiquer entre eux, un monde où ceux qui ont un petit pouvoir s’en servent pour humilier les autres. Demain ceux qui auront de l’argent pourront continuer d’asservir ceux qui en ont moins et ceux qui sont au pouvoir pourront continuer de mépriser leur semblables. Tu avais raison Maggy: “tant qu’il y a de la colère, il y a de la vie”. Il ne faut pas laisser la tristesse prendre le pas sur la colère. Mes larmes brouillent l’écran de mon téléphone ce soir, je commence à ressentir cette immense boule monter de mon ventre jusqu’à m’étouffer.

N’y a-t-il plus rien à faire ? Ce soir j’ai vu dans les yeux d’un policier qui s’apprêtait à me gazer sur les ordres bruyants d’un supérieur arrivé pour forcer ses troupes à répondre aux ordres d’un Préfet déconnecté du réel comme ceux qui ont répondu aveuglément aux ordres fous d’un vieux maréchal et d’un sinistre chef de gouvernement, j’ai vu dans les yeux de ce policier une profonde tristesse et des yeux se remplir de larmes au moment où on lui intimait l’ordre de nous débarquer. L’Humanité de ce policier qui s’apprêtait à faire un geste dont il savait qu’il n’était pas digne et humain, son désarroi face aux ordres et à la brutalité disproportionnée de son supérieur, m’a profondément atteinte. Voilà le nouveau monde promis par notre actuel Président et comme toi Maggy, ce monde je n’en veux pas et comme toi ma chère et tendre Maggy, je ne sais pas combien de temps les plus humanistes tiendront. Et pourtant si ce policier qui se reconnaissait dans mes yeux avait juste eu le courage de porter haut et fort son Humanisme en disant un juste “non”, je suis certaine que ses collègues l’auraient suivi.

Pour reprendre une expression d’un autre humaniste que j’aurais aimé te présenter Raphaël Pitti, “va où L’Humanité te porte”. L’Humanité m’a portée auprès des gilets jaunes ces derniers jours. Notre destin est entre nos mains. J’espère que tous les humanistes sauront se retrouver autour d’une colère commune dans les destins de notre Vie. Je t’embrasse très très fort. Je sais que tu me pardonneras de ne pas avoir été là où tu sais aujourd’hui….

Tiphaine

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.