Brest : Des gilets jaunes… à la grève générale, manifestation samedi 8 décembre 2018

0
15

Brest, samedi 8 décembre 2018,  “Des gilets jaunes… à la grève générale”,  manifestation samedi 8 décembre 2018 à 14h, Place de la Liberté à Brest

 

Communiqué de l’Union Départementale Cgt-Force Ouvrière du Finistère

Cela fait trois semaines que les gilets jaunes ont fait irruption sur les ronds-points et dans les rues des villes de tout le pays.

C’est la première fois qu’un mouvement d’une telle ampleur adopte les méthodes d’action que nous défendons depuis plusieurs années : blocage de l’économie, action directe, auto-organisation à la base, refus d’être « raisonnable » et de se limiter sur les revendications.

Nous ne pouvons que nous en réjouir. Comme nous l’espérions depuis longtemps, les travailleurs et les travailleuses, qu’ils et elles soient salariés, précaires, intérimaires, chômeurs, chômeuses ou retraités, ont décidé de prendre leur destin en main et de s’organiser pour faire aboutir des revendications qui sont aussi les nôtres : augmentation des salaires, défense de la Sécurité sociale et des retraites, refus de payer pour les riches, etc.

Nombreux sont les militants syndicalistes qui se sont engagés dans le mouvement. Nous, Union Départementale cgt-FO du Finistère, affirmons que nous n’avons aucunement l’intention de « récupérer » le mouvement comme certains le craignent. C’est aux personnes mobilisées de décider.

Il faut désormais se donner les moyens de gagner : pour cela, le mouvement doit s’étendre à l’intérieur des entreprises. Les salariés du transport routier sont appelés par leurs fédérations FO et CGT à la grève dès dimanche soir.

Nous appelons l’ensemble des travailleurs, salariés, chômeurs, retraités, à rejoindre les mouvements et notamment la manifestation appelée par les gilets jaunes brestois :

Samedi 8 décembre à 14h

Place de la Liberté à Brest

Nous appelons nos militants, adhérents et sympathisants à organiser dès aujourd’hui des Assemblées Générales dans leurs entreprises et à lutter par tous les moyens qu’ils jugeront nécessaires, notamment la grève, pour bloquer le pays. Nous respecterons ainsi la résolution générale du Congrès de Lille :

« Compte tenu de l’extrême gravité de la situation […] le congrès considère que la perspective d’une mobilisation interprofessionnelle est aujourd’hui nécessaire, y compris par la grève. […] Il appelle toutes les structures FO, tous les militants, à rester réactifs et mobilisés.

 

Résister, revendiquer, reconquérir. »

Vous trouverez en pièce jointe le tract des gilets jaunes de Brest qui appelle à la manifestation de samedi.

Ci-dessous, la prise de parole lue à la manifestation de samedi 1er décembre, qui rappelle les revendications FO.

—————————————————————————————— —————————————————————————————— ————————
NE LES LAISSONS PAS TOUT DÉTRUIRE !

Seule une action unie et déterminée permettra  :

·              De stopper le laminage de la fonction publique.

La fonction publique subit des attaques de très grande ampleur avec la suppression de 120  000 postes. Le gouvernement n’a qu’un seul but  :  amplifier  la privatisation des services publics.

Pas un service public n’échappe aujourd’hui à cette stratégie du choc et cette frénésie libérale. Hôpitaux, écoles, lycées, université, bureaux de poste, centres des finances, chemins de fer, énergie, police, départements et communes voient ainsi leurs moyens asséchés et leurs missions publiques démantelées.

Seule une action unie et déterminée permettra de  :

·               De stopper la dérèglementation généralisée dans le privé.

Dans le privé, l’heure est à la démolition du code du travail, à la facilitation des licenciements et au contournement des syndicats les plus combatifs.

Ces mesures vont toujours dans le même sens  : plus de précarité et de flexibilité pour les salariés, plus de «  souplesse  » et de facilité à licencier pour les entreprises.

Enfin seule une action unie et déterminée permettra  :

·              De stopper l’appauvrissement des retraités et la stigmatisation des chômeurs et des jeunes.

Les retraités taxés de « privilégiés » avec leur maigre pension de retraite de 1200 euros en moyenne donc entre 900 et 1500€ viennent de subir une hausse inédite de la CSG cette année. Et pourquoi s’arrêter en si bon chemin  ! Le gouvernement prévoit une nouvelle attaque avec un projet de loi d’ici l’été 2019  qui vise à réviser  les pensions et les droits à la réversion en cas de décès du conjoint.

Du côté des jeunes étudiants, lycéens et privés d’emploi, la réponse à leurs exigences se résume par plus de précarité, d’endettement par des emprunts pour financer leurs études, de stigmatisation, de durcissement des conditions d’indemnisation et d’un flicage renforcé.

Les organisations syndicales, le collectif des gilets jaunes qui regroupent des salariés, des chômeurs, des retraités, des jeunes etc…ont bien compris : «  Macron est un poison, nous devons nous battre pour rejeter ses mesures et obtenir une société juste. »

La politique du gouvernement est claire  : détruire toute égalité, toute solidarité et les règles et normes qui en découlent afin d’ériger une société du chacun pour soi. Force Ouvrière s’engage résolument, irréductiblement, à combattre pour le maintien et le développement du modèle social et donc des acquis et droits de tous les travailleurs.

La stratégie du pouvoir c’est de nous diviser  !

A cette situation, Force Ouvrière oppose ses revendications  pour :

Ø     Une augmentation conséquente générale des salaires, retraites et pensions, traitements et minima sociaux,

Ø     L’amélioration des conditions de travail,

Ø     La défense de la Sécurité sociale,

Ø     Le maintien du régime d’assurance chômage sans aucune étatisation et des droits afférents,

Ø     Le refus d’un régime universel de retraites par points et maintien de tous les régimes existants, pour une retraite à 60 ans à taux plein

L’urgence est la levée en masse contre cet effacement de 70 ans de conquêtes sociales.

Chaque personne doit prendre conscience que la politique de l’autruche n’est pas d’actualité  !

Ensemble nous pouvons imposer d’autres choix.

Il n’y a pas de troisième voie  : collaborer ou lutter.

L’UD FO 29 lance un appel solennel à tous ceux qui sont concernés par ce combat pour mobiliser, combattre et revendiquer.

Résister, revendiquer, reconquérir  ! Tel est le mot d’ordre pour la classe ouvrière  !

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.