Pour répondre à la monarchie présidentielle, et si on essayait le fédéralisme ?

1

Lundi 10 décembre 2018, En Europe, en France, et même en Corse, le fédéralisme fait peur et paraît comme quelque chose de bizarre, venu d’ailleurs, et pourtant se pourrait être la solution politique aux blocages actuels.

 

“Qu’est ce que le fédéralisme?”

 

 

Le fédéralisme est une structure politique dans laquelle l’exercice du pouvoir est assuré par les entités fédérées (l’échelon inférieur) à moins que la Constitution et/ou la loi fédérale n’en dispose autrement, ou n’autorise une règle différente. L’entité fédérée est donc responsable de tous les domaines de compétences, à l’exclusion de ceux qui sont confiés de façon exclusive au niveau fédéral, de plus, elle partage ceux qui sont assurés par les deux niveaux politiques.

Mais quelque soit la compétence (exclusive ou partagée), chaque niveau de responsabilité a toujours les moyens financiers, budgétaires et fiscaux autant qu’administratifs, réglementaires et législatifs pour répondre aux besoins de ses administrés. En d’autres termes, le fédéralisme : c’est l’autonomie de chaque entité fédérée par rapport aux autres, et par rapport à l’Etat fédéral, dans le cadre d’un contrat liant l’ensemble des entités fédérées à l’entité fédérale, afin de répartir les pouvoirs, les compétences, les responsabilités et les moyens d’actions de chacun.

 

Autrement dit, chaque niveau de pouvoir à son parlement démocratiquement élu, un gouvernement responsable devant lui et des compétences budgétaires, fiscales, administratives, réglementaires et législatives.

 

“L’exemple allemand… parmi d’autres”

 

L’Allemagne qui, après avoir été l’enfant malade de l’Europe dans les années 1990 et le début des années 2000, tout en ayant dû absorber le choc de la réunification, est devenue, au tournant de la crise 2007-2008, le pays élevé, en rang de modèle, par la France. Pourtant, si de nombreuses critiques peuvent être soulevées quant au modèle de développement économique de nos amis d’outre Rhin, fondées principalement sur l’exportation et la modération salariale qui ont leurs limites économiques, sociales, et environnementales, une chose semble totalement échapper aux yeux des énarques qui sont à la tête de l’Etat français, la structure étatique de l’Allemagne, état fédéral par excellence. Cette structure fédérale devrait nous inspirer pour devenir à terme, pourquoi pas, un modèle en tant que tel.

 

En effet, en Allemagne, les Länder (correspondant à nos régions en France) ont de nombreuses compétences, notamment dans la police, l’éducation, la culture, l’audiovisuel, l’économie, l’environnement, et l’Etat fédéral assure les fonctions régaliennes (justice, armée, affaires étrangères…), c’est vers cette répartition des compétences que nous devrions nous tourner.

Néanmoins, il serait faux de se limiter au modèle allemand, tant il existe d’autres modèles, en Europe et dans le monde, qui sont parfois des monarchies fédérales comme la Belgique, l’Espagne et, dans une moindre mesure, le Royaume-Uni ou parfois des républiques, comme l’Autriche ou les Etats-Unis.

 

“Vers un fédéralisme français ou européen?”

 

Les deux! Le fédéralisme est, en réalité, l’optimalisation politique de la démocratie par le contrat qui lie les peuples des entités fédérées à l’Etat fédéral. Nous devons penser le nouveau monde en pensant que la solution politique et démocratique passera par la création de la première République Fédérale à 3 niveaux. Les ”grands Etats” tels que la France, l’Allemagne, l’Italie, le Royaume-Uni, l’Espagne ou la Pologne sont à la fois trop petits pour lutter contre des défis mondiaux et trop grands pour répondre aux besoins des différents peuples qui les composent! Seuls, ils ne peuvent lutter contre le changement climatique, la spéculation financière et les paradis fiscaux. Seuls, ils ne peuvent réguler l’économie et instaurer au niveau mondial un modèle plus durable de développement et de commerce.

 

En même temps, ils sont trop gros et trop lents pour répondre à des besoins tout aussi importants mais qui nécessitent une entité fédérée plus petite. Un seul exemple : la France peut-elle sauver les dizaines de langues qui sont sur son territoire? Non! A-t-elle pour autant le droit de les laisser mourir? Evidemment, non! C’est pourquoi, ces mêmes Etats ne tiennent plus dans leur forme actuelle et doivent donner de l’espace à de nouvelles entités.

Appelez-les Länder, régions, collectivités territoriales ou autonomies, peu importe, elles deviennent impératives !

Le fédéralisme c’est le meilleur moyen de (continuer à) construire l’Europe tout en rapprochant le pouvoir des citoyens et des peuples.

 

Le fédéralisme c’est le meilleur moyen de sortir de la Vème République et son pouvoir personnel tout en construisant un modèle démocratique.

 

Le fédéralisme c’est peut-être la solution pour réunir les peuples, les nations et les Etats dans l’Union européenne. Pour cela, il nous faudra construire ce fédéralisme à 3 échelons.

Roccu Garoby

1 COMMENTAIRE

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.