2019 : en faire l’année de l’espoir, du changement et du renouveau

0

Lundi 31 décembre 2018, Après une année 2017 extraordinaire pour les nations sans État, les régions et les minorités qui ont vu leurs revendications avancer d’un point de vue démocratique comme jamais, 2018, à l’exception notable du référendum en Kanaky, a été une année de durcissement et de blocage des États centraux, couplée au silence coupable de l’Europe. 2019 doit être l’année d’un nouveau départ, d’un nouvel espoir pour que le changement, le vrai, et le renouveau, le bon, profitent enfin à tous les peuples.

“S’émanciper”

 

À l’immense vague d’espoir portée par les résultats électoraux de 2017 (élections législatives au Royaume-Uni et d’excellents résultats en Écosse, au Pays de Galles et en Irlande du Nord, le référendum et les élections en Catalogne, les élections législatives et territoriales en Corse…), les États centraux ont répondu, en 2018, par la force, la violence et le refus du dialogue, que ce soit Paris, Londres ou Madrid. Aucune surprise, tant on s’y est habitué !

 

Mais la situation n’est plus la même, en 2018, car nos revendications ont encore progressé et franchi un nouveau palier : soit parce qu’elles sont rentrées en résonance avec une partie de la population qui, bien que n’ayant jamais fait partie de nos États centraux, soit parce qu’elles ont rencontré d’autres forces en mouvement qui combattent l’État central et revendiquent, elles aussi, un changement profond.

 

Quoique l’on en dise, désormais, les États centraux sont sur la défensive quand ils ne sont pas hors-la-loi comme l’Espagne qui poursuit, sans motifs valables, des élus mis injustement en prison, mettant en accusation tout le peuple catalan.

 

“Brexit or not Brexit”

 

Mais sur le chemin de l’espoir, du changement et du renouveau, il y aura, en 2019, des doutes, des incertitudes et des risques.

La première des incertitudes, en 2019, c’est le Brexit. Aura-t-il lieu ? Quand aura-t-il lieu ? Sous quelle forme ? Nul ne le sait tant l’establishment britannique n’arrête plus de nous surprendre autant qu’il n’arrête pas de se perdre dans ses propres méandres.

Les Irlandais et les Écossais vont-ils être contraints de quitter l’Union européenne contre leur gré ? Les Écossais décideront-ils de filer à l’anglaise et de quitter le Royaume-Uni ? Les Irlandais vont-ils voir s’ériger une nouvelle frontière sur leur île, menaçant la paix jeune de tout juste 20 printemps ? Bref, autant de doutes que d’espoir outre-Manche.

 

“Changer l’Europe pas le climat”

 

Aux nombreuses élections qu’il y aura en 2019, celle qui porte le plus d’espoir en termes de changement, c’est l’élection européenne. Avec un nouveau Parlement qui sera élu entre le 23 et le 26 mai prochain pour entrer en fonction le 2 juillet 2019 et un nouveau Président de la Commission européenne, une nouvelle Commission européenne, un nouveau Président du Conseil européen et un nouveau Président de la Banque Centrale Européenne qui prendront tous leur fonction le 1er novembre 2019, l’Europe aura un nouveau visage en 2019.

 

Là aussi, les incertitudes sont nombreuses. L’Europe restera-t-elle aux mains des (néo)libéraux de gauche comme de droite ? Se donnera-t-elle aux extrêmes de droite comme de gauche ? ou bien une autre majorité, prête finalement à reconnaître le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, prête véritablement à lutter contre le dérèglement climatique, prête réellement à mener une véritable politique sociale et prête à profondément démocratiser l’Europe sortira-t-elle des urnes ?

 

C’est en tout cas le message que portera Régions et Peuples Solidaires en 2019 car l’espoir d’un avenir meilleur pour nos peuples ne doit pas mourir, parce que le changement démocratique et social ne peut plus attendre et que le renouveau doit enfin être la règle !

 

Oui, c’est bien l’Europe qu’il faut changer et non le climat qu’il faut laisser se dérégler. Oui, ce sont bien les lois qu’ils faut amender et non les peuples et les régions qu’il faut faire disparaître. Oui, ce sont bien les plus fragiles qu’il faut aider et protéger et non les puissants qu’il faut câliner. Oui, ce sont bien les citoyens qu’ils faut écouter et non les lobbies qu’il faut recevoir en catimini.

En 2019, portons l’espoir que nous défendons, soyons le changement que nous voulons et incarnons le renouveau que nous souhaitons car, si le chemin de l’émancipation sera long, difficile et tortueux, il sera aussi celui de l’espoir (retrouvé), du changement (politique) et du renouveau (démocratique).

 

Bon annu 2019

Pace è salute à tutte è à tutti

Roccu GAROBY

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.