Imposons la renaissance de l’Alsace dans le débat national !

0

Vendredi 25 janvier 2019, Les affabulations de Marine Le Pen et les insinuations de Nicolas Dupont-Aignan sur la « vente » de l’Alsace à l’Allemagne peuvent faire rire ou pleurer, elles n’en sont pas moins révélatrices des méthodes du camp souverainiste en France. Toute flexibilité, même réduite, qu’on donnerait à une région frontalière pour dialoguer et se rapprocher de ses voisins est qualifiée de trahison ! Ce faisant, les défenseurs autoproclamés de l’identité française menacent gravement la survie de l’identité alsacienne, profondément germanique. Ont-ils seulement la moindre notion de ce qu’est l’histoire particulière de notre région ?

Cette attitude jacobine est également répandue chez les élus Les Républicains, notamment au Sénat, et dans les institutions « chiens de garde » de la République que sont le Conseil d’État et le Conseil Constitutionnel. Ces 3 institutions, Sénat, Conseil Constitutionnel et Conseil d’État, refusent ainsi depuis 20 ans la ratification par la France de la Charte Européenne des Langues régionales et minoritaires. Elles refuseront de même tout « droit à la différenciation » pour l’Alsace, rendant illusoires les promesses du gouvernement sur ce point.

À gauche, la situation n’est pas meilleure avec la disparition de l’Alsace de la carte des Régions organisée par les Socialistes en 2015 avec la complicité de leurs partenaires d’EELV… et le silence jusque fin 2017 d’Emmanuel Macron, alors conseiller de François Hollande. Et l’hostilité des élus de gauche pour toute renaissance de l’Alsace ne faiblit pas.

Les Alsaciens n’ont donc rien à attendre des partis nationaux qui se moquent d’eux depuis des décennies. Seule une large mobilisation populaire peut faire reculer les décideurs jacobins à Paris.

Unser Land appelle donc tous les Alsaciens qui veulent le retour de l’Alsace àse saisir du débat national en cours pour exiger une région Alsace dotée de compétences fortes, et à réclamer haut et fort la sortie du Grand Estdans les débats organisés et dans les cahiers de doléances ouverts dans les mairies. Les Gilets Jaunes sont mobilisés contre le système pyramidal et hypercentralisé de la démocratie représentative française. Qui, mieux que les Alsaciens, voisins de deux pays fédéraux, peut sensibiliser la France aux avantages et vertus du fédéralisme ? La Suisse notamment est une référence en matière de démocratie directe : la parole et un vrai pouvoir sont donnés aux citoyens à travers des « votations » qui inspirent le RIC, « référendum d’initiative citoyenne », réclamé par les Gilets Jaunes.

Aux Alsaciens de faire entendre leurs doléances, et notamment leur exigence d’une renaissance de l’Alsace. À eux ensuite d’en faire une terre d’expérimentation pour de nouveaux modes de gouvernance !

Andrée Munchenbach,
Présidente d’Unser Land

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.