Des militants pour le climat sortent Macron de la mairie de Saint-Sébastien-sur-Loire

1

Lundi 4 mars 2019, Saint-Sébastien-sur-Loire – Ce matin, 16 membres du GIGNV, groupe local d’ANV-COP 21, ont décroché le portrait officiel du président Macron dans la mairie de Saint-Sébastien-sur-Loire, à côté de Nantes. En dix jours, quatorze portraits ont désormais été emportés pas des militants du mouvement pour la justice climatique de tout le pays. Ils laissent ainsi au mur un vide qui symbolise l’inaction d’Emmanuel Macron face à l’urgence climatique et sociale.

« Urgence sociale et climatique : sortons Macron ! » Voilà ce que dit la banderole des 16 activistes qui ont mené une action non-violente ce lundi matin à la mairie de Saint-Sébastien-sur-Loire. Avec calme et détermination, les membres du GIGNV (groupe local du mouvement Action Non-Violente COP21) sont entrés dans la salle du conseil et en ont décroché le portrait officiel d’Emmanuel Macron pour le sortir de la mairie. Ils l’ont remplacé par la même image mais avec la silhouette du président vide, remplacée par cette question : « Où est Macron ? ». Ils ont informé l’accueil de l’action avant de quitter les lieux.

« Nous entendons de beaux discours, mais nous ne voyons toujours aucun acte concret à la hauteur des enjeux : l’État français ne respecte pas les objectifs de l’Accord de Paris, au contraire sa politique actuelle nous mène sur une trajectoire au-dessus des trois degrés de réchauffement climatique », affirme Aude Schmuck, militante d’ANV-COP21. « La communauté scientifique sonne l’alarme, deux millions de personnes soutiennent le recours de l’Affaire du siècle dénonçant l’inaction de l’État en matière climatique, des centaines de milliers de personnes descendent dans la rue, avec des gilets jaunes ou verts, pour la justice sociale et climatique, mais le gouvernement est toujours aux abonnés absents. Pendant ce temps, les inégalités et le désastre écologique s’aggravent. »

Pour les militants climat, nul besoin de nouvelles consultations ou procédures de débat pour savoir ce qu’il faut faire : réduire radicalement et tout de suite les émissions de gaz à effet de serre au lieu de les augmenter comme actuellement en France ; laisser les énergies fossiles dans le sol au lieu d’autoriser Total à explorer pour en trouver de nouvelles ; mettre en place des politiques d’économies d’énergie et de transfert sur des mobilités douces ou ferroviaires au lieu de continuer à faire des autoroutes et à booster le transport aérien ; partager les richesses et lutter contre l’obsolescence programmée au lieu de produire toujours plus ; préserver les terres contre la bétonisation au lieu d’autoriser Europacity ; relocaliser et réguler l’économie au lieu de ratifier des traités de libre-échange comme le CETA.

Cette action symbolique s’inscrit dans une série de réquisitions de portraits présidentiels opérées depuis le 21 février par des groupes de tout le pays : Lyon, Paris, Bordeaux, Mulhouse, Pays basque, Orléans, Perpignan… Celui de Saint-Sébastien-sur-Loire est le 14e portrait sorti depuis le début de l’opération #SortonsMacron. Certains élus ont apporté leur soutien à l’initiative, d’autres l’ont condamnée, de même que trois ministres (Sébastien Lecornu, Bruno Le Maire et Franck Riester). La répression ne s’est pas faite attendre, on compte déjà trois gardes à vue et cinq perquisitions pour retrouver les portraits disparus.

« Quand il s’agit de défendre une image, le gouvernement fait preuve d’une remarquable réactivité et n’hésite pas à criminaliser les militants », observe Rémi Donaint, aussi membre d’ANV-COP21. « En revanche, quand il s’agit de stopper le crime climatique, de respecter les objectifs de l’Accord de Paris, de défendre les conditions de vie des générations actuelles et futures, il est terriblement absent. Il défend des symboles, nous défendons la vie ! Et nous sommes prêts à prendre des risques juridiques puisque nous ne sommes pas entendus. »

Le mouvement ANV-COP21 entend « sortir » le président Macron pour lui faire voir le dérèglement climatique et l’extinction de la biodiversité, pour lui faire entendre les clameurs des gens en colère. Il appelle à généraliser ces actions et à laisser dans chaque mairie ce vide illustrant bien sa politique réelle face au péril climatique et à l’urgence sociale.

(crédit Raphaël Bodin)

1 COMMENTAIRE

  1. Enfin, les Peuples de l’hexagone sortent d’une léthargie qui a permis toutes ces exactions contre l’Humanité, perpétrées depuis des décennies par des gouvernements sans scrupules… Nul besoin de violence, de casseurs…. La justice est en marche, et, tel un rouleau compresseur elle trouvera réponse dans la marche des Peuples !

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.