Le livre noir du nucléaire militaire

0

Dimanche 3 mars 2019, Jacques Villain, ingénieur français dont la spécialité fut les missiles et la propulsion spatiale, s’est dégagé du secret qui entoure l’arme nucléaire dans un livre intitulé « Le livre noir du nucléaire militaire ». Il faut saluer ce courage, même si ses propos restent ambigus sur la perspective d’un processus de désarmement.

Sans lyrisme, et sans parti pris militant, il analyse avec un esprit scientifique l’héritage de 70 ans de dissuasion nucléaire. Chapitre après chapitre, le dispositif nucléaire tant verrouillé, encadré et contrôlé est soigneusement disséqué et discuté. Plus précisément, il dénonce la perte de contrôle des Etats-Unis et de l’ex URSS de leurs propres armements.

Si le monde entier a été témoin de catastrophes nucléaires civiles comme Tchernobyl et Fukushima, il n’en a pas été de même pour les incidents liés au nucléaire militaire depuis 1945. Le grand public n’a été que peu informé des 5 sous-marins soviétiques et des 2 sous-marins américains, équipés de missiles nucléaires, qui ont sombré avec leurs réacteurs à bord dans les fonds marins, ou des 5 bombes nucléaires perdues par les Américains. S’est-on préoccupé des victimes irradiées par les 2400 essais nucléaires effectués ? Que fait-on pour éviter la contamination des eaux par les matériaux fissiles immergés ?

Les évolutions actuelles amènent Jacques Villain à s’interroger sur l’avenir de l’arme nucléaire alors que depuis la fin de la guerre froide l’ennemi n’est plus identifié, ou alors réside dans des mouvances terroristes non-étatiques.

Il pense que les Etats détenteurs de l’arme atomique ne sont pas près de l’abandonner. Il ne croit pas à la possibilité d’une phase de transition à court terme qui serait celle du début d’un processus progressif et multilatéral de désarmement. Il semble résigné à ce que perdure la dissuasion nucléaire.

Il pense que la France pourrait s’engager vers une modernisation des techniques et une réduction des stocks, ce qui va dans le sens de ce que font actuellement les pays détenteurs de cette arme, c’est-à-dire la forme nouvelle de la course aux armements. Après un ouvrage entièrement critique et alarmiste, sa conclusion tourne le dos au désarmement progressif multilatéral.

Julie Céleste Meunier

___________________________________________________

DESCRIPTION

Depuis l’accident de la centrale de Fukushima au Japon en 2011, le nucléaire civil est remis en cause par une opinion publique de plus en plus inquiète. Pourtant, Fukushima ni même Tchernobyl ne sont les premières catastrophes. Qui connaît les terribles accidents provoqués par les arsenaux nucléaires militaires depuis 1945 ? Qui sait que 8 sous-marins ont coulé avec leurs réacteurs à bord qui se décomposent au fond des océans ? que 5 bombes nucléaires ont été perdues par les Américains ? Très peu d’incidents ont été rendus publics, secret militaire oblige. La dissuasion nucléaire, fille de la guerre froide, a parfaitement fonctionné cinquante ans durant, puisque la bombe a permis d’éviter la guerre entre puissances nucléaires ; mais à quel prix ?
Aujourd’hui, malgré les différents traités de réduction des armements, on dénombre plus de 16 000 armes nucléaires opérationnelles, sans compter les stocks de plutonium et d’uranium enrichis. Neuf pays possèdent l’arme nucléaire, que rejoindra peut-être l’Iran demain.
Fort d’informations de première main, Jacques Villain raconte la fascinante et terrifiante histoire du nucléaire militaire et dévoile des secrets longtemps tus au grand public. Il dresse un implacable bilan humain, sécuritaire, environnemental qui nous place tous face à nos responsabilités.

Au cours d’une carrière professionnelle au ministère de la Défense et dans l’industrie spatiale, Jacques Villain, ingénieur, a publié de nombreux ouvrages et réalisé des documentaires sur l’histoire de la conquête de l’espace et la dissuasion nucléaire. Il est aussi un grand spécialiste de l’histoire de la guerre froide et de l’aventure du nucléaire en France.

www.fayard.fr

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.