Sardinha Cup : Le duo de Guyot environnement vainqueur de la deuxième étape !

0
7

Jeudi 4 avril 2019, Ce jeudi, à 17h52, Pierre Leboucher et Erwan Tabarly ont franchi en vainqueurs la ligne d’arrivée du deuxième round de la Sardinha Cup. Un morceau de 408 milles tonique, exigeant et riche en rebondissements que les hommes de Guyot environnement ont parfaitement négocié dans son dernier tiers, grâce notamment à une bonne vitesse au portant et un décalage judicieux sur la fin de la descente entre la Jument des Glénan et l’île d’Yeu. Un joli coup et à double titre puisque cette première place les propulse en tête du classement provisoire !

© A.COURCOUX

« La semaine d’avant la Sardinha Cup, avec Erwan, on s’était entraîné à dévaler des montagnes en faisant Chamonix-Zermatt en guise de préparation physique. Preuve que ça nous a bien servi car on a bien dévalé les vagues au portant pendant cette deuxième étape ! », s’est amusé Pierre Leboucher à son arrivée au ponton, ce jeudi en fin de journée, après avoir bouclé les 408 milles de la première grande étape de l’épreuve en à peine plus de deux jours, avec 3 minutes et 9 secondes d’avance sur ses dauphins, Martin Le Pape et Thierry Chabagny.

« Forcément, ça fait plaisir de gagner. Ça a été une étape bien tonique. Le long bord de près entre BXA et la Jument des Glénan a été dur et des écarts se sont créés. Les premiers se sont bien barrés. Quand on les a croisés alors qu’on était encore en train de louvoyer et qu’eux étaient déjà au portant, on était encore à quatre milles de la marque. Ça a été un peu dur pour le moral mais on s’est accroché et après ça, on n’a fait que remonter des places grâce à une super vitesse au portant », a indiqué le skipper du Guyot environnement qui a également réalisé une très belle opération en choisissant de rester un peu plus décalé à l’Est que le gros de ses concurrents lors de la descente entre la pointe Bretagne et l’île d’Yeu. « On savait que le vent allait refuser et cela s’est vérifié quand on a commencé à voir les copains sous le vent sous foc alors que nous, on était sous gennaker », a indiqué Pierre qui n’a jamais rien lâché pendant ce deuxième round et qui fait donc coup double, avec une victoire d’étape et une remontée au classement de la 8e à la première place. « Remporter cette course dotée d’un coefficient 3, évidemment, ça compte et ça fait du bien au moral. Se retrouver en tête au général, c’est génial aussi mais je ne m’emballe pas trop. Je sais que ça peut encore beaucoup brasser sur la troisième étape prévue mardi », a terminé Pierre Leboucher.

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.