Naufrage du Ferry « ESTONIA » : le Syndicat CGT des Marins souhaite que celles et ceux qui ont fait preuve de négligences soient punis

0

Dimanche 14 avril 2019,Le naufrage le « drame » la « catastrophe «  maritime du Ferry « ESTONIA » devant le Tribunal de Nanterre, la CGT des Marins du Grand Ouest s’interroge sur la qualité de ce navire au moment des faits.
Le 28 septembre 1994 (il y aura  25 ans dans quelques mois)  un drame « une catastrophe maritime » se déroulait en Mer Baltique dans une mer forte et des vents de 50 nœuds. Le ferry « ESTONIA » parti du port de Tallinn en Estonie, se dirigeait vers le port de  Stockholm en Suède. A bord de ce ferry 989 personnes avec son Equipage en quelques instants, ce navire avait sombré faisant 852 « morts ou disparus » !

Diverses polémiques autour de ce naufrage se firent entendre, des suppositions, mais vraisemblablement aussi certaines vérités. A l’époque le Syndicat CGT des Marins du Grand Ouest avait dans un communiqué, rappelé que la Sécurité maritime était une priorité absolue sur tous les navires peu importe le pavillon, et plus précisément encore sur les navires transportant des passagers !

Le Syndicat CGT des Marins du Grand connait parfaitement ce milieu maritime, certaines dérives, certains manquements lors des contrôles dans les ports, avec comme seul critère « un navire ne doit pas rester à quai bloqué à quai», mais aussi une certaine omerta dans ce milieu, une opacité, parfois même des liens trop évidents trop proches  entre  Armateurs, Sociétés de classification, Pavillons, affréteurs, assureurs et autorités maritimes portuaires !

Les contrôles de tout type de navires doivent être effectués avec rigueur dans les ports, voire même de manière zélée. Un navire transporte des passagers  et des marchandises, souvent les deux à la fois, ces navires doivent être particulièrement  surveillés afin d’éviter de telle catastrophe, 852 disparus en quelques minutes, nous pensons aux Familles endeuillées, mais aussi aux rescapés qui devront faire face à certaines images durant toute leur vie !

Alors, que s’est-il passé dans la nuit du 27 au 28 septembre 1994 ? Cafouillages et décisions troubles, 25 ans après ce drame maritime, tout est pour le moins opaque ! Personne n’a encore été condamné. Les survivants et familles des victimes ont rapidement reçue une indemnisation, versée par l’Assureur de l’Armateur, en échange, ils ont dû s’engager à renoncer à toute action en justice contre la compagnie. En 1996, 1 300 personnes ont porté plainte contre  Bureau Veritas, la société française de classification qui a établi les certificats du navire, et le constructeur allemand du navire.

Le Syndicat CGT des Marins du Grand Ouest souhaite que le Tribunal  de Nanterre fasse toute la lumière sur ce drame, cette catastrophe. Les contrôles des navires à passagers doivent être  très rigoureux et bien plus encore dans ces zones où la météorologie est  parfois très capricieuse. Certaines sources, indiquent 14 déficiences, dont cinq, au moins, auraient dû justifier que le navire « ESTONIA » reste à quai, mais que l’inspection n’était pas officielle, un tel propos est honteux ! Que le Ferry « ESTONIA » ne disposait pas des certificats lui permettant de naviguer à plus de 20 miles (37 km) des côtes. Bureau Veritas était au courant,  la Finlande aussi, elle qui avait vendu le bateau à l’Estonie. Mais personne n’en aurait informé le port de Tallinn, nous écrivions, dans un paragraphe ci-dessus dans le 3ème paragraphe opacité etc….

Le Syndicat CGT des Marins du Grand Ouest, souhaite que celles et ceux qui ont fait preuve de négligences soient punis comme il se doit, trop d’accidents maritimes sont passés sous silence, ou éludés  !!

Pour le Syndicat CGT des Marins du Grand Ouest

Jean-Paul HELLEQUIN Secrétaires Adjoint  et Porte-parole

https://marins29.wordpress.com

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.