Une autre cathédrale qui brûle en Alsace !

1
13

Mercedi 17 avril 2019, TRIBUNE LIBRE

Une autre cathédrale qui brûle en Alsace !

Notre-Dame de Paris gravement endommagée par un incendie ! Toute la France est en deuil. Des séances de prières sont organisées aux abords de l’édifice. Comme à l’unisson les Parisiens pleurent leur cathédrale, ce qui peut se comprendre car on ne peut évidemment qu’être touché par ce désastre architectural frappant un édifice vieux de 800 ans. L’émoi est donc grand. « C’est la mère des cathédrales », s’est écrié l’abbé Grosjean du diocèse de Versailles, non sans exagération ! Cet incendie est un « drame national », une « blessure à notre histoire », un « coup porté au cœur des Français »… entend-on dire à la télé. Et la surenchère continue !! Quant aux chaînes info, comme à leur habitude, elles surfent sur l’émotionnel pour maintenir le saisissement.

Du coup, immédiatement, l’argent pour la reconstruction de la charpente et du toit s’est mis à couler à flot : en deux jours, près d’un milliard récolté !!! « Nous rebâtirons Notre-Dame parce que c’est ce que les Français attendent, parce que c’est ce que notre histoire mérite, parce que c’est notre destin profond (…) c’est notre histoire, notre littérature, notre imaginaire, le lieu où nous avons vécu tous nos grands moments », a dit Emmanuel Macron le soir de l’incendie. Et déjà ce matin, il annonce que tout sera reconstruit d’ici 5 ans ! Ouf, toute la France respire à nouveau !!

 

Mais en Alsace, il y a une autre cathédrale qui brûle et se consume doucement depuis des décennies, abandonnée à son triste sort par les mêmes qui pleurent aujourd’hui sur Notre-Dame. Celle-ci est privée de pompiers pour éteindre les flammes pour la sauver et se désintègre lentement sous nos yeux dans l’indifférence de nos gouvernants. C’est une cathédrale « immatérielle », une cathédrale de la spiritualité, de l’esprit, de l’histoire et de la culture alsaciennes. C’est une cathédrale deux fois millénaire : il s’agit de notre langue livrée aux flammes par une idéologie politique mortifère qui veut la réduire en cendres. Et cette cathédrale-là, qui nous appartient en propre, celle sur laquelle personne ne pleure, elle ne pourra plus être reconstruite. Sans mobilisation pour la sauver, la perte sera définitive ! Alors, ce matin, j’ai pris la décision d’envoyer un chèque au FILAL !

 

Bernard Wittmann

Historien de l’Alsace, auteur, publiciste.

1 COMMENT

  1. Parfois des prières s’élevaient sur le parvis de ND de Paris : “Pardonnez-nous, pauvres pêcheurs” … Retour au Moyen Âge? A quand les miracles? Et malgré tout moi aussi je pleure. Pour Notre Dame presque millénaire (en exagérant un peu) envolée en fumée (pas complètement) – Pour la langue bretonne 4 à 6 fois millénaires si on sait qu’elle s’enracine dans le Gaulois et encore avant dans la langue celtique européenne, – Pour toutes les langues minorisées des pays constitutifs de l’hexagone, qui risquent de sombrer dans l’oubli – Pour les valeurs confisquées par des idéologies de chefs (Présidents, PDG, Papes et autres commandeurs, plus ou moins adorateurs du veau d’or) qui soumettent les peuples aux malédictions de la soumission. Je pleure, mais pas que … Les vainqueurs racontent l’histoire. Les peuples ont une âme et l’énergie du désespoir … Ils racontent la vie, ils écrivent des contes et des légendes, ils chantent et finissent toujours par sauver les valeurs que sont – le triomphe de la vie, – la fraternité, – la différence, – la liberté, – l’égalité. Ils savent que la mort est la nécessité unique, pour tous, sans passe-droit ni privilège. Les peuples, quand il ne s’agit ni de populations indistinctes, ni de populaces déchaînées sont seuls capables de maintenir l’humanité sur les routes de l’espérance et du triomphe de la vie.

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.