Brittany Ferries : incendie maîtrisé à bord du Pont Aven mais Mor Glaz ne comprend toujours pas le décret dérogatoire permettent de longer le littoral

1

Brest, lundi 29 avril 2019,Un incendie s’est déclenché dans un compartiment machine du navire à passagers le « Pont-Aven » de la  Société maritime Brittany Ferries, dans la nuit du 28 au 29 avril 2019. Il n’y a pas de blessé, d’après nos informations, l’incendie aurait été bien maitrisé avec rapidité en 40 minutes.

L’association MOR GLAZ félicite le Commandant et l’Equipage qui étaient  à bord lors de cet incendie. Cela démontre que la sécurité, les exercices répétés, la formation des Equipages est un bon investissement pour la sécurité des passagers, des Equipages et pour l’environnement !

L’association MOR GLAZ, salue cette fois, les effectifs suffisants et de nationalité Française à bord des navires de la Brittany Ferries, c’est bien pour cette raison que l’association MOR GLAZ  avait dénoncé avec force l’affrètement au mois de mai 2018  du  « CONNEMARA » sous pavillon exotique !

Le navire « Pont-Aven » se situait à environ 142 kms  au sud de la pointe de Penmarc’h dans le Finistère. Le « Pont-Aven » effectue la liaison de Plymouth vers Santander. Le navire escorté par le remorqueur « Abeille Bourbon » arrive en ce moment dans le port de Brest où il va débarquer les 908 personnes qui se trouvent à bord : 766 passagers et 142 membres d’équipage. Parmi les passagers : 12 enfants dont huit bébés. Le navire transporte également 306 véhicules et 90 motos, cette rapide précision démontre le sérieux de la Société Bretonne « Brittany Ferries ».

Depuis le mois de novembre 2012 les navires de ce type peuvent emprunter les voies navigables à proximité du littoral,  ils peuvent ainsi  contourner la pointe de la Bretagne en longeant les côtes, c’est-à-dire en passant par le « Chenal du Four » et du »Fromveur » passages particulièrement dangereux !

L’association MOR GLAZ est toujours opposée à cette « dérogation » à ce « décret » qui n’est pas justifié que pour des raisons seulement économiques, le risque vaut-il l’économie réalisée, en cas de problèmes sérieux, y compris avec des Equipages aussi compétents et sérieux le seraient-ils. L’association MOR GLAZ n’est toujours pas convaincue par les propos des autorités maritimes et ceux du Président de la Brittany Ferries !

Ce sujet avait été abordé lors des nombreuses tables rondes lors du 40ème anniversaire du naufrage du pétrolier « Amoco Cadiz » nous avions senti une certaine gêne de la part des autorités.

L’association MOR GLAZ n’admet pas que les navires puissent faire « du rase-caillou », elle  explique que la zone est très étroite et particulièrement rocheuse, ce qui pourrait entraîner des catastrophes humaines et écologiques.

Visiblement, à choisir entre économies financières dans le secteur maritime du transport de passagers et sécurité ;  l’Etat avait tranché, cette position serait-elle inéluctable ?

 

Pour l’association MOR GLAZ

Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

WWW.MORGLAZ.ORG

 

1 COMMENTAIRE

  1. Je crois Mr Hellequin que vous connaissez le monde maritime. Moi aussi, j’étais officier Marine marchande. En voulant obliger les ferries Britanny à passer par le
    large, c’est obliger ces bateaux à traverser plusieurs fois les rails de circulation pour arriver à Roscoff. C’est prendre des risques inutiles et comme vous le dites
    les marins Français ont une fois de plus fait montre de leur compétence et de leur courage.Alors oui à une dérogation. A toutes fins utiles je signale que j’étais
    passager du Pont Aven ce 29 Mai en route pour Santander et je confirme ce qui à été dit dans les journaux, tout s’est passé dans le calme et la discipline. Bravo
    aux marins de la Britanny et vive la Bretagne.

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.